Quai d’Orsay

Long métrage, France, 2013, 1h53. Réalisé par Bertrand Tavernier, d’après la bande dessinée Quai d’Orsay de Blain et Lanzac. Directeur de production : François Hamel.

1L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller (2011, 1h52), La Conquête de Xavier Durringer (2011, 1h45), ou encore Pater d’Alain Cavalier (2011, 1h45) : il semblerait qu’une vague de films montrant le travail des politiques s’abatte sur le cinéma français. Le réalisateur Bertrand Tavernier s’inscrit dans ce mouvement en adoptant un ton plus piquant et humoristique, avec Quai d’Orsay sorti dans les salles de cinéma françaises en novembre 2013. Ce film est l’adaptation de la bande dessinée du même nom de Christophe Blain et Abel Lanzac (de son vrai nom : Antonin Baudry) ; où Baudry retranscrit son expérience en tant que plume politique de Dominique de Villepin, alors ministre des affaires étrangères de France. Le film Quai d’Orsay, co-écrit par les auteurs de la bande dessinée, doit donc relever cet ardu défi de métamorphoser la discontinuité en continuité, tout en restaurant le ton humoristique de l’album. Et de fait, le but premier de ce film demeure la comédie, voire la « Comedia del Arte » rapportée ( ?) au « monde de la politique » comme le remarque le critique Xavier Leherpeur (Studio Ciné Live) dans l’émission de Frédéric Beigbeder Le Cercle (diffusée le 11 novembre 2013 sur Canal +).

Lien bande annonce

Filmer l’écriture

Le premier travail capturé par la caméra de Bertrand Tavernier est celui de plume politique, structurant la trame narratrice de la bande dessinée. Le personnage de la plume, “Arthur Vlaminck“, centre le point de vue subjectif de l’histoire, tout en agissant comme un formidable outil pour grossir les traits de l’organisation salariale politique. Inspiré de l’expérience vécue d’Antonin Baudry et interprété par le jeune et lisse Raphaël Personnaz, Arthur Vlaminck est un personnage caricatural structuré par des stéréotypes exacerbés. Ainsi il illustre la figure de ce « petit nouveau » de gauche, fraîchement diplômé de l’ENA et tout juste embauché au ministère des Affaires Étrangères.

L’enjeu est de frotter cet être aussi novice que le spectateur avec le monde particulier de la politique, pour en souligner les innombrables codes, qu’ils soient vestimentaires, linguistiques ou comportementaux : la première volonté de Bertrand Tavernier est d’isoler humoristiquement le personnage principal face à cette série de coutumes qu’il ignore entièrement ; et dont il va devoir apprendre les règles pour se fondre dans le corps des travailleurs qui l’alimentent. Ainsi un code linguistique est instauré, s’illustrant par la désignation des attachés nationaux ou des ambassadeurs par leur nationalité (« le croate », « le lousdéménite », etc); mais aussi un code vestimentaire (un costume coûteux et des chaussures impeccablement cirées sont exigées) et même un code comportemental (un coup bas de la conseillère Afrique jouée par Julie Gayet n’est autre qu’une invitation au flirt…).

2

Qu’en est-il du geste de l’écriture politique, dont les produits ne sont autres que les discours du ministre ? Comment Bertrand Tavernier porte-t-il cet acte proprement intellectuel à l’écran ? Voilà un défi indéniable, qui se heurte aux exigences de divertissement du cinéma : rappelons que nous sommes dans une satyre politique et non dans un documentaire sur le travail. Pourtant ce caractère de comédie, s’il dissimule nécessairement une partie du travail de plume, va aussi en souligner des difficultés. Bertrand Tavernier capture l’écriture en montrant le héro tapoter sur un clavier d’ordinateur, dans un bureau minuscule. Est ainsi mis en valeur la pluri-spatialité de ce geste purement intellectuel, qui dès lors qu’il peut être accompli en toutes circonstances (si l’on a l’outil requis, comme une feuille ou un ordinateur portatif, ce qui est le cas d’Arthur), plonge le héros dans diverses difficultés. Ajoutons que ce travail a une dimension “omnitemporelle“, s’extrapolant au-delà de l’espace et du temps habituellement réservé au travail. Il n’est pas anormal pour une plume de travailler toute une nuit chez elle, dès lors qu’elle réunit les conditions matérielles nécessaires pour produire un discours.

3

Par ailleurs un autre aspect fondamental du travail de plume de ministre –et auquel notre héros ne s’attendait probablement pas- est celui du langage. Dés que la version du discours est terminée, la plume doit aller la porter au ministre. Bertrand Tavernier construit l’intimidation de la modeste plume, qui toussote avant de toquer à la porte du ministre ; puis doit sans cesse composer avec les refus et critiques qu’essuie son discours. Elle s’expérimente à la négociation pour essayer de valoriser son travail, dans le but de ne pas réécrire l’entièreté du discours. Et la communication règne aussi dans ses relations nouées avec les autres collègues (directeur de cabinet et conseillers), façonnant des complicités, et facilitant de ce fait son intégration dans la communauté politique ultra-normée. On pense à la séquence montrant Arthur fredonner des chants paillards avec les autres conseillers, avant d’être réprimandé par le ministre.

Puisque le cinéma est aussi un divertissement, Bertrand Tavernier ne peut restituer dans son entièreté le travail de plume. Dans un premier temps, de fortes ellipses viennent interrompre le geste de l’écriture, pour maintenir la cohérence du récit. Cependant la dureté épuisante de l’acte est parfois explicitée dans des dialogues, lorsqu’Arthur explique par exemple qu’il a passé la nuit à reformuler le discours. Ces dialogues permettent au spectateur de prendre conscience de l’importance de cette partie du travail. Comme déjà mentionné, l’écriture est un travail principalement intellectuel, consistant à aligner des mots dans sa tête puis à les matérialiser par écrit, via un ordinateur dans le cas d’Arthur. Cependant Quai d’Orsay se heurte également à la difficulté de montrer la partie « réflexion » du travail de plume, où l’auteur élabore une structure, reformule ses phrases, et bute plusieurs minutes sur une page blanche (ce qui, dans le cas d’une énième version du même discours doit –on le suppose-, arriver fréquemment). Il est vrai qu’il aurait été peu divertissant et peu facile de capturer les difficultés intellectuelles du héros. Notons tout de même une tentative de Bertrand Tavernier, lorsqu’il filme en plan rapproché Arthur, autour duquel flotte une série de mot (qu’il est censé intégrer dans le discours –plus ou moins, dans le cas de “reblochon“-), comme pour montrer l’encombrement de son esprit. Cependant on peut reprocher à cette séquence sa courte durée (cinq secondes environ), qui ne met pas en valeur cette partie du travail pourtant essentielle.

Le ministre et son Directeur

4

Quai d’Orsay n’est pas un film centré autour du travail de « ministre des affaires étrangères ». Divers éléments constituant le geste ministériel sont dissimulés, comme la lecture des discours ou les réunions avec le président de la République et autres personnalités politiques. Cependant au travers du regard d’Arthur, Bertrand Tavernier dresse un portrait du ministre sociologiquement intéressant, même si le personnage du ministre est hautement caricatural. Il suffit de se pencher sur son nom (Alexandre Taillard de Worms) pour s’en convaincre. Tout en fait un homme de culture et d’élégance : sa crinière argentée impeccablement peignée, ses lectures et citations antiques, sa voix forte et son articulation des mots parfaites (on constate un véritable travail sur la prononciation de la part de l’acteur Thierry Lhermitte).

Bertrand Tavernier met en place une série d’éléments pour révéler l’exceptionnalité et l’anormalité de la fonction ministérielle. L’un de ces éléments est sa confrontation avec le modeste Arthur. Dans un premier temps, le luxe royal de son bureau (authentique car filmé dans le vrai bureau du ministre au Quai d’Orsay) tranche radicalement avec le minuscule bureau de la plume où s’entassent trois personnes. Il y a une grande différence d’espace de travail, pour seulement deux grades de hiérarchie séparant les deux hommes. Ainsi lorsque Arthur se rend dans le bureau du ministre, le décor se déforme pour accentuer l’intimidation ressentie par la plume : le plafond absent écrase le personnage. L’image s’incline sous la volonté de Bertrand Tavernier pour poser le spectateur face à une asymétrie sociale vertigineuse.
Le ministre est présenté comme un personnage d’une haute exigence envers ses conseillers. Cette exigence est exagérée jusqu’à être parfois incompréhensible et bornée pour servir la comédie. A titre d’exemple : le ministre ordonne à Arthur d’intégrer un triptyque roi dans son discours, mais ce triptyque ne cesse d’évoluer, passant de « légitimité, lucidité, efficacité », à « lucidité, unité, fraternité ». Cependant, le réalisateur nous fournit des éléments supplémentaires pour expliquer cette exigence. En effet le ministre est une figure publique. En ce sens, il a sans cesse des comptes à rendre au monde entier. Si ses conseillers ne sont pas à la hauteur, c’est sa propre image qui en pâtit, voilà pourquoi il dit à Claude Maupas, son directeur de cabinet : « si je n’ai pas mes fiches, je vais me mettre à bredouiller, et j’aurais l’air ridicule ». On comprend alors l’extraordinaire pression, absolument plausible, qui pèse sur les épaules du ministre. C’est pourquoi une grande partie du travail ministériel va être, selon Bertrand Tavernier, de pousser ses conseillers à refaire leurs travaux, d’accomplir le meilleur d’eux-mêmes, et ce, par une communication et une parole particulièrement travaillée et stéréotypée dans Quai d’Orsay.

Comme dans la fonction de plume, un geste récurrent et fondamental dans le travail ministériel est celui de la parole. D’abord, et de façon évidente, par les discours que le ministre prononce (tous suggérés et non montrés, à l’exception du discours final devant les Nations Unies). Mais aussi par les innombrables monologues qu’il déverse à ses conseillers, à Arthur, à Claude Maupas. Notons l’effort de Bertrand Tavernier d’animer ces monologues pour les rendre dynamiques et vifs. Il ponctue et rythme le travail ministériel, changeant rapidement d’angle de vue dès que le ministre prononce ses fameux « tac, tac, tac », et illustrant de fait la fascination de ceux qui écoutent le ministre parler. C’est donc le prestige particulier de la fonction ministérielle que Bertrand Tavernier met ici en valeur. Or cette valorisation sociale possède une explication non-explicitée dans le film. Le ministre est une institution hautement politique nommée par le Président, lui-même élu par le peuple. Cette légitimité démocratique fonde la hiérarchie et le travail ministériel.

5

Au contraire, le directeur de cabinet, Claude Maupas (joué par Niels Arestrup), énonce des monologues lentement, dans une grande monotonie, avec des plans fixes. L’idée de Bertrand Tavernier est la suivante : Claude Maupas gère la majorité de l’appareil ministériel, et Alexandre se cantonne dans un rôle plus représentatif, il va même jusqu’à entraver le travail de son directeur de cabinet. Pourtant la légitimité démocratique d’Alexandre le place dans une supériorité hiérarchique absolue, et non remise en cause. Claude obéit donc à ses ordres. L’issue du directeur de cabinet est ainsi de se placer dans la négociation. Elle est rendu visible à l’écran par les tournures de phrases indirectes de Claude, commençant généralement par : «Alexandre, tu ne penses pas que… », « et si… », « je crois… » lorsqu’il s’adresse au ministre, afin d’exprimer son opinion.

Cependant Quai d’Orsay ne compartimente pas les fonctions de ministre et directeur de cabinet autant qu’il n’y paraît. Car le ministre des Affaires Étrangères a beau être un stéréotype d’homme pseudo-cultivé, ridiculement lettré et attentif à son image, il n’en demeure pas moins l’homme qui a impulsé et récité ce fameux discours du 14 février 2003, applaudi par les Nations Unie. Ce discours traitant de la possible détention d’armes atomiques en Irak s’axait aussi bien sur un début “technique, maîtrisé, précis, structuré”, comme le remarque le spécialiste de la crise irakienne Frédéric Bozo dans une interview à Pascal Riché (publiée sur le site de L’OBS le 11 novembre 2013) ; que sur une “envolée lyrique” finale et “décalée par rapport à ces éléments techniques”. Or c’est justement cette partie lyrique du discours que le film se donne pour but d’expliquer. Les orientations superbement floues que le ministre cherche à donner au discours dans le film prennent sens lors de la récitation publique de ce-dernier. Bertrand Tavernier construit ainsi un suspens, une attente qui explose comme un feu d’artifice lors des cinq dernières minutes du film. L’ultime prise de vue est un tableau occupé à part égale par le ministre et par sa plume, les deux fonctions se réunissant dans cette apothéose finale, jonction de leurs deux fonctions.

On peut tout de même exprimer une série de regret sur ce film. Tout d’abord, sa légèreté méconnaît des aspects plus sombres de l’emploi politique, comme la corruption, l’ambition parfois destructrice, et enfin, le sérieux de certaines crises, affectant l’homme se cachant derrière le politique ; aspects davantage traités dans l’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller. Par ailleurs le Quai d’Orsay est un ministère réputé pour son fonctionnement plutôt efficace, et donc pas nécessairement représentatif de la réalité politique d’autres ministères rencontrant de véritables difficultés organisationnelles, comme le ministère de l’Intérieur, celui des Finances, ou encore de l’Éducation nationale…

Juliette Berthier, Sciences Po Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.