Albums. Des histoires dessinées entre ici et ailleurs : Bande dessinée et immigration 1913-2013

 

album entete2
Albums. Des histoires dessinées entre ici et ailleurs, de Marie V., Ollivier G., dir. Futuropolis, 2013, 190p.

Albums c’est le titre d’une exposition du musée de l’histoire de l’immigration qui se déroule du 16 octobre 2013 au 27 avril 2014. C’est aussi le catalogue de cette exposition dirigé par Vincent Marie et Gilles Ollivier, publié par les éditions Futuropolis. Alors que l’immigration continue à alimenter les débats nationaux, il est bon de rappeler l’histoire étroite et multiforme entre le neuvième art et les mouvements migratoires intenses, structurants et souvent liés au travail, qui se sont accélérés durant les dernières décennies.

Albums, c’est d’abord l’histoire de ces nombreux auteurs issus de l’immigration comme Goscinny et Uderzo, créateurs d’Astérix, le plus gaulois des héros. Albums, c’est aussi toute une série de personnages comme Aya, Abdulah, Little Nemo, Bouzid et bien d’autres, héros imaginaires ou réels qui écrivent la double histoire de l’immigration et de la bande dessinée. Albums, c’est surtout une nécessaire réflexion sur la représentation de cette question sociale sensible qu’est l’image du migrant, de l’étranger, de l’autre.

Le catalogue, illustré par de nombreux extraits de bandes dessinées, reprend ce plan en trois parties en croisant les points de vue artistiques, littéraires, sociologiques et historiques.

Tant en Amérique qu’en Europe, les auteurs issus de l’immigration ont marqué l’histoire de la bande dessinée. C’est le cas de Winsor McCay, l’un des fondateurs de la bande dessinée américaine avec Little Nemo in Slumberland, mais aussi Will Eisner, théoricien du média et inventeur du roman graphique ou plus récemment Art Spiegelman et Joe Sacco qui, chacun à leur façon, réinventent la bande dessinée. La bande dessinée argentine est elle aussi très marquée par les mouvements migratoires avec l’Europe, et ceci dans les deux sens, avec José Munoz et Carlos Sampayo, et bien sûr Hugo Pratt et son héros nomade, Corto Maltese, inspiré de son expérience intime de l’exil.

La bande dessinée francophone n’échappe pas à ce mouvement qui s’accélère, avec les flux migratoires, depuis une trentaine d’années et reflète les pays d’origine. Il s’agit d’abord d’auteurs d’origine européenne avec, entre autres, Enki Bilal, arrivant de Yougoslavie ou Hervé Baruela dit Baru, d’origine italienne. Pour ce dernier, l’histoire de la migration se confond avec celle de la classe ouvrière de la Lorraine sidérurgique marquée par la reconstruction, les trente glorieuses, le communisme et la figure du travailleur immigré. À travers les quatre tomes d’une de ses principales œuvres, les Années spoutnik (Casterman, 1999-2003), il nous propose une approche sensible de son enfance, de la vie des travailleurs immigrés, de leurs luttes, de leur dignité, qui rejoint les analyses de son contemporain, l’historien Gérard Noiriel, qui montre dans Le Creuset français (Paris, Seuil, 1988), le rôle intégrateur du mouvement ouvrier. Intégration dans laquelle la culture joue un rôle déterminant, et notamment le cinéma comme le souligne Jean-Marc Leveratto, autre fils d’immigrés italiens en Lorraine (Cinéma, Spaghettis, Classe ouvrière, Immigration, La Dispute, 2010).

La montée de l’immigration maghrébine va rapidement se refléter dans la bande dessinée, avec Farid Boudjellal (l’oud, 3 tomes, Futuropolis, 1983-1986), qui repose sur sa mémoire familiale, ou Jérôme Ruillier (Les Mohamed, Sarbacane, 2011), qui s’appuie, tout en les réinterprétant pour se les approprier, sur les entretiens approfondis réalisés par Yamina Benguigui et la série documentaire qui en est tirée : Mémoires d’immigrés (3x52mn, Canal+, 1997). Au début des années 2000, nombre d’auteurs africains vont migrer vers l’Europe, souvent dans des conditions difficiles, faisant des migrations internationales, de la mondialisation et des relations Nord/Sud leurs thèmes majeurs, abordés à travers le regard de quelques personnages singuliers. On pense en particulier à Malamine, héros de la bande dessinée de Christophe Ngalle Edimo et Simon-Pierre Mbumbo (Les enfants rouges, 2009) qui, après un doctorat à la Sorbonne, n’arrive pas à trouver sa juste place ni en France, ni au Sénégal. Ou encore à Innocent (Aya de Yopougon, Marguerite Abouet, Clément Oubrerie, 6 tomes, Gallimard, 2005-2010), jeune coiffeur homosexuel ivoirien, qui porte un regard naïf et décalé sur la société française d’aujourd’hui.

Au delà du poids des immigrés parmi les dessinateurs, les scénaristes et les héros, la bande dessinée s’avère une source d’informations originales sur le phénomène de l’immigration, son accélération et ses transformations récentes. Les auteurs ne se contentent pas d’enregistrer le réel et le monde social, ils l’interprètent, le reconstruisent à travers leur point de vue singulier, leur expérience intime de la migration et de l’exil. Cette capacité est renforcée par les mouvements qui traversent le 9e art depuis quelques décennies.

Un premier mouvement correspond aux bandes dessinées historiques qui portent une autre vision du passé en le recréant esthétiquement et en produisant un effet de réel paradoxal : l’image, souvent imprégnée de détails exacts, donne l’impression d’une représentation fidèle alors que les éléments narratifs émanent d’auteurs qui ne sont pas historiens et qui n’ont pas connu l’époque évoquée. Ainsi Baru s’appuie non seulement sur ses souvenirs d’enfant mais aussi cherche à rendre compte de la mémoire familiale et les traumatismes qu’elle véhicule. Il construit une histoire différente de celle produite par les spécialistes, présentant sans doute de nombreuses limites mais aussi l’intérêt de véhiculer des sentiments et de rendre compte de la subjectivité des acteurs.

Un autre mouvement qui traverse la bande dessinée contemporaine est le développement de l’autobiographie permettant de proposer un regard intime et un accès direct à l’expérience vécue. Marjane Satrapi rend compte dans la célèbre série Persépolis (2000-2005, L’association) de son enfance dans l’Iran des mollahs et de son adolescence marquée par l’exil en Autriche puis en France. Le récit permet de comprendre comment le contexte social, ici la république islamique puis la migration, participe à la construction de la personnalité. Dans le récit autobiographique, l’auteur donne beaucoup de lui, de sa vie, de son intimité, de ses sentiments, comme c’est le cas de Patrick Essono dit Pahé qui, dans La Vie de Pahé (2006, 2008, Glénat), témoigne avec humour de ses nombreux va et vient dès l’enfance entre l’Afrique et la France.

On retrouve ce point de vue à la fois subjectif et documenté dans la montée récente de la bande dessinée dite de reportage mais qu’il est préférable de qualifier de documentaire dans la mesure où le temps consacré au travail de terrain permet à l’auteur d’affirmer sa propre subjectivité et de l’assumer sur le modèle du documentaire de création. Joe Sacco met en avant une longue enquête, un important travail documentaire et l’affirmation claire d’un point de vue politique tant dans ses productions sur la paupérisation de certaines zones géographiques aux États Unis (Jours de destruction Jours de révolte, avec Chris Hedges, Futuropolis, 2012) que sur la dangereuse traversée de la méditerranée par les clandestins africains (« Les indésirables », dans Reportages, Futuropolis, 2011). Il est à la fois observateur et acteur et rend compte des épreuves que traversent les migrants africains débarquant clandestinement à Malte comme des peurs, des appréhensions et de la mauvaise consciente des habitants de l’île dont il est lui même originaire.

À travers cette évolution significative des pratiques et des conceptions de la bande dessinée, qui est concomitante avec son orientation de plus en plus nette vers les adultes et sa reconnaissance comme une pratique culturelle légitime, se dessine une transformation des imaginaires sociaux et des représentations collectives de l’immigré. Retraçant un siècle de bande dessinée franco-belge, Olivier Terrades souligne des mutations d’ampleur. Il note une quasi absence de l’immigré jusqu’aux années 1970. Durant cette période même la figure de l’étranger reste rare, souvent réduite à des stéréotypes superficiels et utilisée comme faire valoir du héros blanc. Si, dès les années 1960, on peut repérer l’apparition de l’immigré, travailleur infatigable multipliant les petits boulots, il faut encore attendre pour que cette figure prenne de l’épaisseur psychologique et sociologique : individu complexe et singulier avec Hugo Pratt et son anti héros, Corto Maltese ; dureté des relations de travail et racisme dans le pays d’accueil avec Bilal, Ceppi, Baru et bien d’autres. Enfin au tournant du siècle, l’immigré devient une figure phare de la bande dessinée, un héros ordinaire, un sujet dont on découvre la vie quotidienne, les pensées intimes, la culture et l’identité. On peut cependant regretter que les dimensions économiques et, en particulier le travail, pourtant centrales dans les phénomènes migratoires, soient peu présentes, reléguées au second plan derrière les aspects identitaires et culturels.

Il est vrai que la bande dessinée s’intéresse d’abord aux mouvements, aux migrations plus qu’à l’immigré et ses conditions de vie et de travail dans le pays d’accueil. L’accent est ainsi mis sur le départ du pays d’origine perçu comme un arrachement, sur le choc culturel et les difficultés d’intégration dans le pays d’accueil, et surtout sur le voyage, Odyssée moderne semée d’embûches. Pour ce média marqué par l’action, le trajet des migrants, aujourd’hui dans la plupart des cas clandestins, devient une aventure presque toujours dangereuse et souvent dramatique. Pour nuancer ce propos, on peut souligner deux tendances fortes de la bande dessinée française, très visible dans les albums mettant en scène les migrations : la prise en compte des minorités visibles dans une société de plus en plus multiculturelle et que les différentes migrations successives ont profondément transformée ; la féminisation parallèle des auteur(e)s et des héro(ïne)s de bandes dessinées offrant un regard ouvert et des perspectives renouvelées sur le phénomène migratoire trop souvent pensé comme masculin.

Albums s’avère très convainquant pour montrer tout l’intérêt des analyses de corpus de bandes dessinées pour aborder, analyser, rendre compte de phénomènes socio-historiques d’ampleur comme les migrations. Sans conteste, ce média permet de saisir des expériences personnelles, des mémoires familiales, des subjectivités partagées qui nous informent sur les pratiques culturelles, les représentations collectives et leurs évolutions. En revanche, on reste plus sur sa faim concernant les éléments d’analyse apportés par cet ouvrage. Le plan adopté en trois grands chapitres qui se recouvrent pour partie, et surtout le grand nombre et la diversité des auteurs contributeurs qui conduit à de multiples redites, font que cet ouvrage est d’abord un ensemble riche et diversifié de matériaux sur cette question : on dispose ainsi d’éclairages sur des points particuliers, de nombreux extraits significatifs de bandes dessinées et des biographies d’auteurs.

Jean-Paul Géhin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.