Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire

Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.
Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.

Sébastien Marnier (scénario et couleurs) et Élise Griffon (dessin et scénario) ont co-réalisé cette bande dessinée, d’abord hébergée sous forme d’un blog hébergé par Libération. Elle a été publiée par les éditions Delcourt, face au succès rencontré (plus d’un million de clics) auprès d’un public jeune qui y retrouve son expérience des petits boulots.

Tous les deux diplômés Bac+5 en études cinématographiques, ils ont multiplié les emplois précaires et l’intérim, tout en réalisant des activités artistiques dans leur branche (films documentaires, romans, scénarios, dessins de presse) sans pouvoir complétement en vivre. Ils ont donc enchaîné pendant une dizaine d’années un grand nombre de contrats d’intérim faisant l’expérience de la précarité, de l’exploitation et de la domination… Mais toujours avec l’espoir de pouvoir un jour vivre de leurs activités artistiques. Ce que le succès de cette bande dessinée doit leur permettre. Des petits boulots pour alimenter de grands projets ! C’est aussi une dimension, certes minoritaire, de l’intérim.

Cet album décrit avec beaucoup d’humour un monde du travail déshumanisé, souvent violent, quelquefois absurde, où un nombre croissant de jeunes sortant peu diplômés du système éducatif se trouvent cantonnés. Une trentaine de ces petits boulots réalisés par Sébastien ou Élise sont décrits. Le scénario de Sébastien Meunier met l’accent sur les dialogues et les situations de travail alors que les dessins et les décors minimalistes d’Élise Griffon laissent le lecteur libre de se projeter dans des situations qu’il a connues. On suit ainsi Sébastien en livreur de pizza, secrétaire d’une communicante hystérique, déguisé en bouteille d’eau gazeuse, barman, chargé de l’accueil dans un grand magasin de prêt à porter, aide cuisinier dans une pizzéria… Émilie, en garde d’enfants et de chiens, hôtesse de caisse, femme de ménage, ambassadrice de tri ou répondant au téléphone rose… Tous les deux, pour de nombreux petits contrats dans des salons d’expositions spécialisés ou un grand parc de loisirs à Marne la vallée.

Pour faire le lien entre chacune de ces situations, les auteurs se sont mis en scène en train d’attendre dans une association caritative une improbable aide financière et, pour passer le temps, de se raconter des anecdotes sur les petits boulots qu’ils ont réalisés. En fait, ce qui donne sa cohérence d’ensemble à cet ouvrage est ailleurs : c’est la conclusion de chacune de ces expériences du monde du travail par le calcul du salaire net : salaire horaire X nombre d’heures = salaire net. Cette conclusion systématique présente un double intérêt. Elle souligne les conditions matérielles de l’échange. Elle produit un fort effet de réel, rappelant que les petits boulots ont bien existé, qu’il s’agit d’expériences vécues et que la bande dessinée repose sur un travail documentaire ; ce que pourrait nous faire oublier le caractère caricatural voire absurde des situations présentées.

L’ouvrage nous plonge dans la jungle du monde du travail dérégulé et violent, où tout semble permis. Les travailleurs précaires, qui ne font qu’un passage éclair dans les entreprises, sont souvent maltraités, relégués aux tâches ingrates et pour le moins peu considérés. Les auteurs mettent l’accent sur les humiliations subies venant tant de leurs supérieurs que de la part des clients, voire des collègues ou encore des intermédiaires du marché du travail : agence d’intérim, ressources humaines, conseillers en tout genre.

Comme chroniques ordinaires du travail intérimaire, Salaire net et monde de brutes ne se contente pas de dénoncer des situations scandaleuses, des abus manifestes de quelques employeurs. Il souligne l’usage massif de ce type de gestion de la main d’œuvre, principalement et pas uniquement juvénile. Les auteurs rendent compte des pratiques de certains grands groupes qui recourent au travail intérimaire en le rationnalisant : renforcement des contrôles par l’encadrement intermédiaire ou même les collègues, formation spécifique comme des réunions dites de Team Building organisées par telle chaine de magasins de prêt à porter. Il s’agit d’activités de soirée ou de week-end, obligatoires et non rémunérées, reposant sur des jeux dans l’objectif  de souder les équipes.

Au total, même s’il court le risque d’alimenter le discours sur « l’université, usine à chômeurs », cet ouvrage apporte un regard original et construit sur des pratiques de plus en plus courantes qui sont devenues la norme pour nombre de travailleurs peu qualifiés. Avec le recul que leur donne leurs études et leurs projets artistiques, Sébastien Marnier et Élise Griffon nous en fournissent une vision à la fois de l’intérieur et ayant une distance critique. Regard nécessaire, qui peut faire penser à celui des établis des années 1970 même si les objectifs poursuivis comme le contexte économique et social sont bien différents. En tout cas à en juger par le nombre de vues et de réactions sur le net, cette bande dessinée a une portée politique. Elle a d’ailleurs déclenché de nombreux témoignages. Comme le remarque ce bloggueur : « C’est le monde dans lequel on vit. Dans lequel certains survivent. Amusez-vous donc en vous en indignant : riez jaune avec ce décapant Salaire net et monde de brutes. »

Jean-Paul Géhin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.