La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Ainsi, depuis 2014, on constate une forte montée en puissance des bandes dessinées mettant en scène le travail sous tous ses aspects (vie de l’entreprise, activités professionnelles, luttes sociales…) et s’appuyant sur une approche très documentée et fortement engagée : dessinateurs et/ou scénaristes entretiennent une relation étroite, intime avec les activités montrées, ayant par exemple une double casquette, à la fois bédéaste et impliqué dans l’espace professionnel mis en scène. C’est le cas du roman graphique d’Aurel, La menuiserie, Chronique d’une fermeture annoncée (Futuropolis, 135p., 2016). L’album documente les derniers jours d’une petite menuiserie en Ardèche. L’entreprise va fermer faute de repreneur, puisque Aurel, fils du patron qui prend sa retraite, est devenu dessinateur de presse et que le projet de reprise par les ouvriers sous forme de SCOP est en train d’échouer.

Pour l’auteur, qui est celui qui ne reprendra pas la menuiserie et par qui la fermeture arrive (Mège, 2016, Images du travail, travail des images n° 3), cet album est une manière de participer à l’histoire de l’entreprise, qui se mêle à celle de la famille depuis quatre générations. Pour ce faire, il retourne dans le village de son enfance, revient sur ses souvenirs et réalise des entretiens qu’il retranscrit sous l’œil attentif de sa grand mère, ancienne institutrice, qui malgré 30 ans de retraite n’a pas perdu ses réflexes orthographiques. Il prend le temps d’écouter, de comprendre les différents protagonistes et s’engage dans une observation participante en accompagnant différents salariés dans leurs activités quotidiennes. Il participe un peu à la production et surtout n’hésite pas à se mettre en scène dans sa démarche d’enquête. Grace à ce travail documentaire et graphique, on saisit mieux les représentations et les contraintes des différents acteurs, du patron de gauche qui rêvait de transmettre son entreprise aux salariés sous forme de SCOP, aux ouvriers trop engagés dans d’autres activités et espaces sociaux pour envisager une reprise qui implique un fort investissement. Se dégage une vision originale d’une PME rurale où travail et famille sont étroitement liés et dans laquelle les logiques sociales, familiales, amicales… interfèrent fortement avec les rapports sociaux de production.

On retrouve cet enchevêtrement entre espace professionnel et vie domestique dans les quatre tomes du manga Chiisakobé de Minetaro Mochizuki (le lézard noir, 204, 212, 232 et 232 p., 2016, 2017). Inspirée du roman historique de Shugoro Yamamoto, ce manga très attaché à la forme et à la recherche esthétique raconte à la première personne, la difficulté de la direction d’une petite entreprise de charpente traditionnelle dans le Japon contemporain. Avec une grande économie de moyens (peu de textes, dessins très dépouillés) ce somptueux manga raconte le travail et la vie quotidienne de Shigeji, jeune marginal traveller, obligé de reprendre l’entreprise familiale après la mort de ses parents dans un vaste incendie.

Shigeji n’est pas seul. Il est aidé, pour tenir la maison et s’occuper des apprentis de l’entreprise, par une jeune fille, Ritsu, elle même flanquée de cinq garnements qui viennent de l’orphelinat du quartier qui a également brulé pendant l’incendie et qui font les 400 coups dans le voisinage. Malgré les deuils, les difficultés financières, l’hostilité des voisins, le caractère taciturne et l’inexpérience du repreneur, le récit débouche sur une conclusion optimiste : la possibilité de réussite de l’opération de reprise grâce à l’éthique des personnages. Là encore c’est une vision très humaniste de l’entreprise qui se dégage où se mêlent les dimensions économiques, sociales, familiales, morales et sentimentales.

 

Dans d’autres cas, les points de vue exprimés par des salariés à l’intérieur de l’entreprise peuvent être très critiques et dénoncer les modes d’organisation ou les politiques de gestion des salariés. Dans Ma vie est un best-seller (Casterman, 2015, 102p, Aurélia Aurita, dessin et Corinne Maier, scénario), Corinne Maier trace le portrait d’une salariée nouvelle d’une multinationale, chargée de réaliser des démarches corporate et du cobranding dans un univers qu’elle considère comme kafkaïen, superficiel et dominé par la novlangue. Peu motivée par son travail, elle écrit pendant ses heures de bureau un pamphlet sur l’absurdité de son activité de cadre et la superficialité du monde de l’entreprise. Cet ouvrage, Bonjour paresse, va déclencher une forte polémique, un buzz médiatique débouchant sur une grande réussite éditoriale (500 000 exemplaires) et un licenciement. Cette aventure est racontée avec beaucoup d’humour dans ma vie est un best-seller, album qui bénéficie des dessins incisifs de Aurélia Aurita, auteure reconnue qui s’inscrit dans la veine de la Bande dessinée autobiographique. Sont ainsi décrits et analysés de l’intérieur le travail des cadres dans les services centraux des grandes entreprises (Dujarier M. A. Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, La Découverte, 2015. 250 p.) et aussi celui des auteurs de best-sellers confrontés à l’emballement médiatique.

L’ouvrage Berlin 2.0 (Futuropolis, 95p., 2016) nous plonge dans la vie très animée de Berlin qui est devenue en quelques années la capitale européenne de la culture et un lieu important de la nouvelle économie. En effet, un nombre croissant de jeunes diplômés issus de toute l’Europe sont attirés par la multiplication des start-up, un marché du travail dynamique, des loyers peu élevés, une ambiance de fêtes et de détente. Dès le début des années 2000, la formule du maire de l’époque a connu un grand retentissement : « Berlin est pauvre mais sexy ». Mathilde Ramadier, la scénariste, est à l’image de son personnage principal une étudiante en philosophie, un peu lassée de la vie parisienne, qui a tenté sa chance à Berlin, trouvé un grand appartement pas cher en colocation et cherché du travail dans les domaines de la communication et de l’art. Elle nous conte par le menu la vie quotidienne, les rencontres, les échanges, les moments de détente.

Le dessin d’Alberto Madrigal, précis, coloré et réaliste, renforce la proximité et la capacité d’identification du lecteur aux personnages. Les auteurs nous montrent aussi la face cachée de ce pays de cocagne et des start-up dynamiques qui exploitent les jeunes diplômés, profitant éhontément des compétences, énergies et investissements disponibles, et surtout de la libéralisation du marché du travail engagée par le gouvernement Schröder et complétée par Angela Merkel : minijob très mal payés, stage à rallonge, temps partiels imposés, existence d’un salaire minimum que depuis 2015… Il y a dans cet album un grand souci de réalisme pour introduire le lecteur dans la vie quotidienne de la jeunesse européenne à Berlin, grâce à la précision des dessins, la retranscription fidèle de dialogues ordinaires ou encore la longue préface et le glossaire fourni en fin d’ouvrage. Là encore, le travail et aussi les loisirs sont montrés de l’intérieur.

Depuis quelques années, on voit fleurir ce type d’album critique s’appuyant sur une expérience personnelle réalisée par le dessinateur et/ou le scénariste, et dénonçant un marché du travail précaire et l’exploitation d’une main d’œuvre souvent juvénile. Pour les auteurs, se sont aussi les premières expériences souvent réussies dans le monde de la bande dessinée.  Ainsi Sébastien Marnier et Élise Griffon dans Salaire net et monde de brute (Delcourt, 2013, 160p.) dénoncent avec humour et brio les petits boulots offerts aux étudiants. Devant le succès de leur blog, cette dénonciation du travail temporaire sera publiée puis deviendra une série de dessins animés produite par Arte. De même, Tiphaine Rivière dans Carnets de thèse (seuil, 2015, 180 p.) propose une autobiographie dénonçant les conditions de travail des doctorant·e·s dans une grande université parisienne. Après trois ans d’un épuisant travail de thèse et de petits boulots mal payés au sein de son école doctorale, elle abandonne, ouvre un blog illustré et se dirige avec succès vers le roman graphique.

C’est aussi sa première expérience du monde du travail comme libraire dans une grande enseigne que Leslie Plée raconte dans son blog en critiquant les modalités de gestion du personnel de petits chefs décomplexés qui n’hésitent pas à comparer les livres à des packs de bière. Sa bande dessinée deviendra vite un album, Moi vivant, vous n’aurez jamais de pause (éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2009), bientôt suivi d’autres dans la même veine de narration du quotidien, du vécu ordinaire et du ressenti. Ainsi ce regard sur le travail à la fois documenté et intimiste de la bande dessinée contemporaine renvoie pour partie aux difficultés de se faire reconnaître comme bédéaste impliquant couramment l’exercice d’une activité vivrière, source d’inspiration pour ces jeunes dessinateurs et/ou scénaristes.

 

Jean-Paul Géhin, Université de Poitiers

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.