Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : « Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet ».

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Du chef d’entreprise au chef d’équipe : la figure de Max 

Max (Jean-Pierre Bacri) est donc à la tête d’une petite entreprise d’événementiel, apparemment spécialisée dans l’organisation de mariages. La première image associée à ce métier est celle d’un homme débordé. Dès le générique, l’enchaînement rapide de différentes prises de vues, montrant Max marchant dans la rue au téléphone, suggère cette idée. La musique du générique au rythme rapide et saccadé va aussi dans ce sens. Pour le spectateur Max est donc cette figure couramment utilisée du chef d’entreprise qui n’a pas une minute pour lui.

En effet, Max est avant tout un chef d’entreprise avec les difficultés que cela représente. Lorsqu’il soupçonne un étrange visiteur d’être un agent de l’URSSAF, il s’associe à tous les patrons de PME pour justifier l’emploi de nombreux serveurs non-déclarés. Il est question de charges patronales trop élevées pour les premiers emplois, du manque d’aides de l’état pour les petites structures…Si on fait abstraction du contexte ce discours pourrait être celui de nombreux petits entrepreneurs partout en France.

Toutefois, dans ce film, Max est plus qu’un chef d’entreprise, il est présenté comme un chef d’équipe, presque le capitaine d’une équipe de sport. L’organisation d’un mariage nécessite un personnel nombreux et une forte coordination entre les différentes professions. C’est Max qui assure cette coordination. Lorsqu’il réunit toute l’équipe dans la salle principale du château pour rappeler les dernières consignes, il endosse le rôle de capitaine qui exhorte ses co-équipiers avant le match.

En réalité, les liens qui unissent Max à ses employés dépassent le cadre purement professionnel.  Il les connait presque tous personnellement. Certains font partie de la famille comme Julien, l’un des serveurs, (Vincent Macaigne) qui est son beau-frère.

[Figure 2: photo de Julien (Vincent Macaigne) dans les cuisines]

D’autes comme Bernard le chef traiteur (Nicky Marbot) ou Guy le photographe (JP Roove) sont des amis, les nombreuses années à travailler ensemble ayant renforcé les liens. Cette proximité assure le contrôle de Max sur ses équipes, puisqu’il peut facilement les convoquer et leur parler franchement en cas de problème. L’urgence permanente demande un dialogue direct, on entend ainsi à la minute 46, Max qui s’adresse à Guy (le photographe), sur ce ton : « active-toi, mets-toi une hélice et va bosser ».

Si on analyse plus profondément le rôle de l’organisateur de mariages, on remarque que c’est, en quelque sorte, un intermédiaire entre le client (Pierre, joué par B. Lavernhe) et ses employés. Il doit interpréter justement les désirs de celui-ci pour donner des ordres concrets à son équipe. Le mariage « sobre, chic et élégant » de Pierre se transforme dans la bouche de Max en mariage « sobre, chic et agréable ». Concrétiser la volonté du client est la plus grande difficulté dans ce métier, surtout quand celle-ci est originale et provoque le mécontentement des employés. Par exemple, Pierre voulait que les serveurs soient déguisés en Laquais, ce qui n’est pas forcément du goût du personnel concerné.

[Figure 3: Les employés en laquais]

On comprend très vite qu’une qualité est requise dans la profession de Max et dans l’événementiel en général : la capacité d’adaptation. Le discours qu’il tient régulièrement à ses équipes en est l’illustration. Par exemple, avec Adèle (Eye Haïdara) son adjointe au sujet du changement de DJ :

_  » C’est DJ Fab qui devait venir, il est malade, c’est James qui le remplace. On sait qu’il est un peu spécial. Donc qu’est-ce qu’on fait nous…_ On s’adapte  »

À tout moment un problème peut survenir, il faut alors trouver des solutions de repli pour « s’adapter » dans l’urgence. Par exemple, lorsqu’ils se rendent compte que la viande prévue au menu a daubé : Max « envoie les feuilletés » aux anchois pour couper l’appétit des invités et les faire patienter. Pendant ce temps, il active son réseau pour trouver un autre traiteur. On comprend, grâce à cette scène, que l’événementiel est un petit milieu où tout le monde se connait et où l’entraide est très importante.

Pour conclure sur le personnage de Max Angéli, il est important de souligner la responsabilité dont il est investi. La mise en scène est à cet égard très suggestive :  alors que le mariage semble complètement gâché parce que l’électricité a cessé de fonctionner, on voit Max traverser le champ de la caméra tout seul avec une torche. C’est lui qui répond des erreurs de son équipe. En cas de problème il est tout seul face au client. Dans un milieu où une bonne réputation est clef, à « chaque soirée (il) joue (sa) vie ».

L’événementiel : une cohabitation difficile entre de nombreuses professions

Un chef cuisinier, une brigade de serveurs, un photographe, un animateur … :  de nombreux professionnels sont mobilisés pour organiser un mariage. Le spectateur visualise particulièrement cette organisation complexe à la 30e minute grâce à un travelling où la caméra suit Max de dos. On commence par la réserve, pour ensuite entrer dans la cuisine et finir dans un couloir. On voit ainsi tous les métiers qui, chacun de leur côté, s’activent avant le début des festivités. Les fonctions sont différentes mais intimement liées. Une erreur d’un serveur qui débranche le camion réfrigéré et ce sont les musiciens qui tombent malades. Faire travailler tout le monde ensemble est une gageure.

Ce système fait d’interdépendances multiples a été mis en évidence par le sociologue W.F Whyte dans The social structure of a restaurant[1]. Il explique que plus un restaurant est grand, plus il est difficile de coordonner les activités. Le « flow of work », cette chaine qui relie, de fait, toutes les professions pour finalement aboutir au client, est fragile. L’entreprise d’événementiel de Max est d’autant plus difficile à orchestrer qu’à l’activité de traiteur s’ajoutent bien d’autres métiers. Ce qui explique pourquoi, à certains moments, des problèmes de communication ont rompu cette fluidité du travail. Cela devient particulièrement frappant dans le film lorsque deux serveurs (Alban Ivanov et William Lebghil) déclenchent le feu d’artifice sans attendre le signal de Max.

Cette juxtaposition, outre les problèmes de communication, entraine aussi des conflits. Le spectateur perçoit très vite cette ambiance tendue puisque à la 6e minute le titre du film s’affiche à l’écran avec en fond sonore une dispute entre l’animateur James (Gilles Lellouche) et Adèle l’adjointe de Max (Eye Haïdara).

[Figure 4 : Tensions au travail : dispute entre James (Gilles Lellouche) et Adèle (Eye Haïdara)]

Une hiérarchie implicite se forme entre les différents corps de métiers. Chaque membre lutte pour y défendre sa place.  Les serveurs revendiquent le pompeux titre de « maître d’hôtel », James et Adèle se battent pour utiliser le monte-charge. Autre exemple révélateur : les musiciens sont les seuls à manger comme les invités et ne touchent pas au plateau repas des autres employés.  L’affirmation de cette distinction énerve, tout particulièrement Adèle : « Il y a toujours un problème avec les orchestres : les mecs se prennent pour des vedettes, ils se croient à l’Olympia. Ils font du mariage comme nous, pas au-dessus de nous, on n’est pas leurs larbins ».

Dans ce film, les personnages sont caricaturaux pour renforcer l’effet comique. Toutefois, on perçoit facilement comment ils se mettent en scène pour attirer sur eux l’attention. Par exemple, le DJ se fait appeler James alors que son vrai prénom est Etienne. Le photographe quant à lui, parle « d’argentique », de « grain de la photo », alors que les invités du mariage l’ignorent et prennent des photos avec leur portable. Pour exister dans cette hiérarchie, il faut montrer que son métier est plus complexe, plus technique, bref plus central que les autres afin de se donner de l’importance.

Côtoyer le sublime

Une entreprise d’évènementiel ne fournit pas seulement un service. Le client exige quelque chose d’exceptionnel, d’unique qui fera de la soirée un moment inoubliable.

Organiser un mariage s’apparente à une forme d’art dramatique. Dans ce film le mariage est abordé comme une représentation théâtrale où les employés de Max sont les acteurs et les invités les spectateurs. L’espace est divisé en deux : d’une part, les coulisses avec les cuisines et la réserve ; d’autre part, la scène avec le jardin et la salle de réception. Dans le film, à intervalles réguliers, le décompte avant la soirée apparaît à l’écran, ce qui fait monter la pression chez les acteurs avant leur performance. Les membres de la brigade de Max dépassent leur condition de serveur, de cuisiner… ils côtoient les artistes qui, avant une performance en live, savent qu’ils ne peuvent pas décevoir.

[Figure 5: Les « coulisses » du mariage: se préparer avant d’entrer en scène]

« C’est magique de côtoyer le bonheur d’aussi près comme ça » commente Valéry Laprade (Grégoire Bonnet) qui s’apprête à racheter la société de Max. En effet, pour nous profanes, c’est l’idée que l’on se fait de l’organisation d’un mariage : une profession qui tutoie le sublime puisqu’elle consiste à rendre les gens heureux. La réalité est tout autre et de nombreuses images dans le film mettent à mal ce préjugé.

Dans la scène d’introduction, qui est extérieure à l’intrigue principale, le sublime vient s’écraser contre le bas, le moche, le pécuniaire. Les clients font pression pour baisser le budget au détriment de la qualité de la réception. Les considérations financières cassent l’aspect magique de la cérémonie, les mariés apparaissent comme de vulgaires clients et Max comme un simple prestataire de services.

Le rôle de Max et de sa brigade est justement de cacher cette relation et de recréer artificiellement le sublime. Les invités ne doivent pas voir ce sur quoi le client a fait des économies, mais surtout ils doivent avoir l’impression que tout va bien même si en réalité tout va mal.

Encore une fois la mise en scène a son importance. Au bout de 1h20 de film, alors que tous les invités semblent s’amuser, le réalisateur fait un gros plan sur Max puis la musique change pour devenir plus grave et angoissante. La caméra fixe ensuite un par un tous les défauts de la soirée qui semblent invisibles pour les invités : Julien, le serveur, qui drague la mariée / la contrôleur de l’URSAF / James, le DJ, qui fait tourner les serviettes.

La soirée est réussie lorsque l’équipe, parvenant à dépasser les conflits, surmontant les imprévus, approche la perfection pour atteindre un moment de grâce. Lors du « Show Hélium » qui consiste à faire voler le marié accroché à un ballon géant gonflé à l’Hélium, la magie opère. Le réalisateur filme un-à-un les visages émerveillés et éclairés par une lumière blanche venant du ciel.

[Figure 6: Un moment de grâce]

La musique « Meaning » de Cascadeur suspend l’instant et fait oublier les nombreux problèmes de la soirée. L’alchimie est la même à la fin de la soirée quand les musiciens indiens improvisent alors que le lancement du feu d’artifice a échoué et que le château est privé d’électricité. Toute la beauté de ce métier se retrouve alors dans les larmes de la mariée et dans son « merci ». Peu de professions recherchent cette émotion et aboutissent à de telles réactions chez les clients. La reconnaissance de la mariée semble justifier les efforts, la pression et l’implication de la brigade.

***

On comprend très vite que les métiers de l’événementiel forment un tout, une sorte de composite qui réunit différentes professions. La réussite d’une soirée réside justement dans une parfaite coordination et une forte capacité d’adaptation. L’objectif d’Olivier Nakache et d’Éric Toldeno était de nous faire voir l’invisible. C’est à dire toutes les personnes qui travaillent pour organiser le mariage mais doivent s’effacer et ne sont jamais remarquées pendant la fête.

On découvre que ces métiers s’apprennent par la pratique. C’est la pratique qui crée des liens entre les employés, ce sont des années d’expérience qui aident Max à surmonter tous les imprévus. Dès le mardi suivant, la brigade est en charge d’un nouveau mariage. Max organise régulièrement ces événements mais il n’arrive pas à créer une forme de routine. Ce qui arrive au client est exceptionnel et ça l’est presque tout autant pour l’organisateur. Hugues dans le drame du travail social[2] disait du métier de médecin: « votre urgence est sa routine ». Ici, dans ce film: « votre urgence est leur urgence ». Peut-être est-ce une mise en abîme du travail de réalisateur, qui, pendant le tournage d’un film, doit sans cesse faire face à l’imprévu.

Martin Lepercq / Sciences Po Paris

[1] The Social Structure of the Restaurant, William Foote Whyte, American Journal of Sociology, Vol. 54, No. 4, Industrial Sociology (Jan., 1949), pp. 302-310, Published by: The University of Chicago Press

[2] Le Drame du travail social, Everett Hugues, Actes de la recherche en sciences sociales: les nouvelles formes de domination dans le travail, 1996, p94-99


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.