Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Bouquet Final, un film de Michel Delgado, 5 novembre 2008, Comédie Française, Gaumont Distribution, 101’. Avec Bérénice Béjo, Didier Bourdon, Gérard Depardieu, Valérie Bonneton, Marc-André Grondin et Michel Galabru

 

Bouquet Final, comédie réalisée en 2008 par Michel Delgado, plonge le spectateur dans le monde funéraire. Fraîchement recruté comme directeur commercial Paris d’une grande entreprise américaine de pompes funèbres, le jeune Gabriel (Marc-André Grondin) doit d’abord réaliser un stage de terrain de trois mois auprès de l’acariâtre et expérimenté Gervais Bron (Didier Bourdon). Réticent et n’assumant pas son nouveau travail, il décide de faire croire à ses parents (Gérard Depardieu, Marthe Keller) et à Claire (Bérénice Béjot), sa nouvelle compagne, qu’il est musicien. Cependant les choses se compliquent lorsque Gabriel vend des obsèques d’une grande valeur à un certain monsieur Froissard (Michel Galabru) qui se révèle être le grand-père de Claire… Derrière l’humour noir dévastateur et les situations grinçantes se dessine un portrait assez précis du secteur si particulier des pompes-funèbres. Le spectateur découvre les différentes facettes du métier de « croque-mort » allant de la vente des cercueils, à la participation aux enterrements en passant par les nombreuses tâches administratives ainsi que la mise en beauté des défunts. Le contact proche avec les cadavres n’a pas été omis par Delgado et se révèle être un des ressorts principaux du film comme l’illustre la scène de la première toilette mortuaire qui met si mal à l’aise Gabriel. De même lorsqu’il est confiné avec le cadavre dans l’ascenseur, Gabriel est pris d’une peur panique face à ce contact charnel.

Figure 1: Affiche du film

Le film dévoile une certaine réalité d’un métier qui ne connaît pas la crise et où « les clients ne sont jamais pressés » comme le suggère Gervais. Un des traits principaux du film est de jouer sur un contraste entre le côté exceptionnel et tabou de la mort avec la banalité et la légèreté du quotidien puisque pour les travailleurs des pompes funèbres, l’exceptionnel (la mort) devient leur ordinaire. Une grande partie des scènes cocasses jouent sur ce décalage entre ambiance légère et gravité de la mort. Dès les premières secondes du film, ce ton est donné avec une scène d’enterrement qui est accompagnée par la musique joyeuse Rain falls for wind de The Sleepy Jackson ou encore avec Gervais qui appelle son supérieur « monsieur l’ossement » au lieu de monsieur Loxman. De même, Gilou, le fossoyeur nettoie les concessions en exhibant et manipulant les ossements sans aucune gêne ou prestance. Quant à Gervais, il fait à Gabriel un inventaire de toutes les trouvailles intéressantes qui ont été faites dans les tombes, ce qui ne l’empêche pas ensuite de le réprimander pour son manque de respect  lorsqu’il marche involontairement sur une tombe.

Un métier stigmatisant

Michel Delgado prend à bras le corps la question de la connotation sociale du métier et de sa reconnaissance. Le secteur des pompes-funèbres apparaît dès le début comme étant un secteur qui n’est pas attirant socialement. Ainsi les scènes qui dévoilent la difficulté de recrutement au sein du siège de l’entreprise « Ciel et Terre » sont très intéressantes.

Figure 2 : Un recrutement difficile

Gervais passe un entretien auprès du siège pour le poste de directeur commercial Paris. Bien qu’il ait une solide expérience sur le terrain et une grande disponibilité sans aucune contrainte familiale, il ne correspond pas au profil recherché par l’entreprise. En effet cette dernière désire recruter des jeunes fraîchement diplômés de grandes écoles, synonymes de modernité. Cependant, les jeunes candidats ne se bousculent pas pour travailler dans ce secteur. Dans le grand hall d’accueil du siège ultramoderne, les prétendants sont nombreux et discutent du poste avec des étoiles dans les yeux. Ils s’extasient devant la grandeur du groupe, devant les salaires et les possibilités d’évolution à l’étranger, notamment à New-York. Cependant, tous les postulants s’enfuient lorsqu’ils voient des individus en train de déplacer des cercueils dans le hall d’accueil et qu’ils comprennent que « le produit » n’est autre que celui de la mort. La présence des cercueils contraste très fortement avec le côté formel et anonyme des bureaux. De la même manière, Cyril, le chargé de recrutement, essaye de convaincre Gabriel de l’attrait du poste en essayant de camoufler le secteur de travail derrière des atouts financiers comme le grand chiffre d’affaire de l’entreprise, le haut salaire ainsi que la prime d’arrivée.

Un des obstacles au recrutement est la difficulté pressentie pour assumer ce travail. Le métier d’agent funéraire semble presque être une honte ou un stigmate social. Toute l’intrigue repose sur les quiproquos engendrés par le fait que Gabriel cache son métier non seulement à ses parents mais surtout à la femme qui lui plaît en lui faisant croire qu’il est pianiste. Quant à Gervais, à ses débuts, il faisait croire à ses proches qu’il travaillait dans une agence de voyage. Cependant, à la fin du film, Delgado dresse un portrait plus clément de la profession. La dureté du métier au quotidien est davantage mise en avant comme le montre la scène des gaz produits par le cadavre. Après le décès de sa mère adoptive Carmen, Gervais semble être moins cynique. De même, il va jusqu’à utiliser son métier pour draguer une femme lors du mariage de Gabriel en montrant le côté difficile et l’abnégation que demande sa profession qu’il présente presque comme une vocation. Apparaît aussi l’idée que c’est un métier dont il faut être fier car c’est un des « plus vieux métier du monde ».

Enfin, en ce qui concerne l’organisation hiérarchique du secteur, il apparaît que le grand siège parisien de Ciel et Terre dirige les différentes antennes locales. Il y a une forte différence entre le siège où le prestige social, le réseau et le diplôme priment et le terrain où c’est l’expérience qui fournit la légitimité et les lettres de noblesse. La réticence de Gabriel lorsqu’il apprend qu’il doit faire un stage de terrain illustre cette fracture.

Un travail caractérisé par la vente de services mortuaires

Delgado s’attelle aussi à représenter la nouvelle tournure qu’a pris le métier depuis son ouverture à la concurrence pendant la décennie 1990 avec une accentuation de la dimension mercantile du secteur. La firme Ciel et Terre est un grand groupe mondialisé qui souhaite renforcer son organisation à l’américaine. La notion de profit et d’argent revient tout au long du film notamment avec la question des devis comme le fameux « devis Froissard » à 25 000 euros. Il y a une constante recherche de toujours faire plus de bénéfices, tel Gervais qui reproche à Gabriel de ne pas avoir « refilé » au client « la concession à perpet ». Le terme de « la belle adresse » désigne les clients fortunés qui peuvent potentiellement être synonymes de gros devis. Afin de maximiser les profits, il y a une certaine standardisation et une uniformisation des produits.

Le décor de la boutique est composé de présentoirs avec des messages d’adieu préinscrits, les différentes gammes de cercueils sont répertoriés dans des catalogues et référencés avec des noms plus ou moins commerciaux comme « Champagne » ou « Chantilly ». En plus d’une uniformisation en ce qui concerne les produits, les services sont également standardisés comme le montre Marie (Valérie Bonneton), la thanatopractrice qui répète à chaque famille de manière automatique que le défunt était un bel homme ou une belle femme. Quant à Gervais, il fait le même discours d’oraison en changeant juste le nom si bien qu’il butte en prononçant le prénom de Simone. Ainsi, face à cette recherche ultime de profit sur un sujet aussi tragique et sacralisé qu’incarne la mort, Gervais et ses collègues apparaissent presque par moment comme des personnes uniquement intéressées par l’argent. La scène avec l’agent du crématorium qui tente de récupérer le bois d’acajou du cercueil en est une des représentations. S’ajoute la question de profiter des clients les plus faibles dans un contexte où ils traversent des périodes de profonde tristesse. Il y a vraiment une dualité de représentation du métier comme le montre le désaccord entre Claire qui considère Gabriel comme un vendeur voire un requin et son grand-père, monsieur Froissard, qui le qualifie de « petit jeune » « gentil ». Il est vraiment reconnaissant envers Gabriel car il lui a permis de rendre un bel hommage à sa défunte femme.

Figure 3 : Un travail avec une dimension commerciale

En outre, tout au long du film, deux types de relations distinctes semblent se dessiner : les relations intra-professionnelles c’est-à-dire entre collègues et les relations entre les professionnels et les clients.  Entre les collègues, l’humour et le sarcasme sont très présents. A l’inverse, en présence des clients la dimension cynique du métier s’efface totalement pour laisser place à la prestation de service, à la technique et au professionnalisme. Marie incarne très fortement ces deux types de relations bien distinctes. Transpirant d’éloges devant les familles concernant le beau physique des défunts, elle multiplie les critiques et les moqueries devant ses collèges.

Humour au travail

Les interactions entre les différentes professions sont bien représentées à l’écran. Ainsi Gervais semble constamment en train de courir et d’organiser des rendez-vous avec les marbriers, les porteurs, le maçon, la thanatopractrice, l’agent du crématorium… Entre eux, les situations grinçantes et caustiques s’enchaînent comme par exemple l’utilisation de la chambre froide pour stocker des bières Mort Subite. Cyril explique de lui-même qu’il règne dans la profession un « humour de hyènes ». Lorsque le client n’est pas là, les travailleurs ont parfois tendance à qualifier les cadavres avec des expressions peu gratifiantes. De même, Gervais et sa secrétaire sont pris d’un fou rire lorsqu’ils apprennent le décès d’un de leur client qui portait le nom de famille El Hajoui. Lorsque Gabriel à des difficultés à conduire le corbillard lors du cortège d’enterrement à tel point que les proches du défunt respirent à plein poumons les gaz du pot d’échappement, Gervais a les mots suivants « tu les asphyxies, remarque ça fera du chiffre ». Dans la même lignée, Marie ne montre que peu d’empathie pour les morts lorsqu’elle parle de son travail avec ses collègues. Elle dépersonnalise les cadavres et les considère plutôt comme une matière première de travail que comme des êtres humains. Lorsqu’elle dit qu’elle n’est pas un « garde-meuble » ou qu’il « fallait décongeler [le corps] plus tôt », elle compare implicitement les cadavres à des meubles ou à de la viande.

De même, lors des moments de pauses entre collègues, il y a un goût pour se raconter les petites anecdotes. Il y a la recherche des « beaux » cas qui permettent de faire une histoire intéressante à narrer à l’heure du repas. Par exemple, au restaurant Marie prend du plaisir à raconter son expérience. Elle explique que dans son métier « on ne s’ennuie pas » et enchaîne, entre deux bouchées de son plat, les anecdotes peu ragoutantes comme le cas d’une dame qui voulait garder les yeux de son mari dans son frigidaire. Elle ne ressent aucune gêne vis-à-vis de son métier qu’elle considère comme normal au point de parfois désarçonner les personnes extérieures. Par exemple, pour revivifier le teint d’un cadavre, elle emprunte un rouge à lèvre à Claire et, par politesse, lui rend l’objet sans penser une seconde au caractère déplacé et décalé du geste.

Figure 4 : Un métier non dénué d’humour

Engagement au travail et professionnalisme

Tout au long du film apparaît au deuxième plan l’idée qu’il y a un réel goût du travail bien fait. C’est un métier technique qui pourrait presque s’apparenter à de l’artisanat. Gervais enseigne à Gabriel les nombreux gestes propres à la profession comme rouler avec le corbillard à la bonne allure. Il faut faire « attention au matériel » c’est-à-dire prendre soin des cadavres. Les termes techniques comme le mot de concession pour tombe, de corbi pour corbillard s’enchaînent tout au long du film et montre que la profession a son propre dialecte. De même, l’agent du crématorium s’extasie devant un bois qu’il qualifie de « bel acajou du Brésil » et Gervais parle de « maîtres marbrier de Toscane » preuve d’un profond respect pour le travail bien fait.

Enfin, il semble y avoir une répartition genrée des tâches à réaliser. Les femmes sont présentes dans les postes qui demandant des qualités relationnelles et une apparence soignée à l’égard de Marie qui s’occupe de la mise en beauté des défunts et de Evelyne (Chantal Neuwirth) la secrétaire. Cependant, dès que le métier demande un tant soit peu d’effort physique, la gente masculine domine comme chez les porteurs. La scène où Evelyne n’arrive pas à porter une pierre tombale dans la boutique en est le point d’orgue.

Lorsqu’il y a un contact direct avec les clients, l’attitude des employés des pompes-funèbres change radicalement et devient très mesurée. Très réfléchi, leur comportement s’inscrit réellement dans une relation de service. Il faut sans cesse accompagner les familles des défunts comme Gabriel qui soutien avec son bras une cliente affaiblie. Cela demande de s’adapter face à la diversité des clients en particulier lorsqu’il faut intervenir à domicile. Le contraste des scènes ayant lieu dans des beaux quartiers parisiens, notamment chez le capitaine, avec celle du camp des gitans illustre très bien cette diversité. Dans le milieu des gens du voyage la notion de famille est extrêmement importante et il y a tout un rituel à respecter notamment brûler la caravane du défunt. A l’inverse, dans un riche appartement de la capitale, les descendants sont déjà en train de se battre pour l’héritage avant même l’enterrement. Cette adaptation constante demande de faire preuve d’une bonne dose d’intelligence émotionnelle de la part de Gervais et de Gabriel. Ils sont constamment dans le contrôle. Lorsque la situation les dépasse et qu’ils risquent de perdre la face devant le client, ils sont obligés de trouver des astuces et des stratagèmes plus ou moins efficaces pour garder une contenance comme lors de la scène du fou rire devant la télévision dans la caravane.

L’idée d’avoir une attitude très professionnelle est également présente lorsque Gervais explique à Gabriel qu’il faut bannir certains mots comme les termes de mort, défunt, décédé ». Il faut être « distant mais proche » et ne pas parler d’argent tout de suite… Le port obligatoire du costume traduit cette volonté d’apparaître comme un professionnel aux yeux des familles. A plusieurs reprises, le spectateur aperçoit Gervais et Gabriel réajuster leur nœud de cravate ou leur pochette par exemple. C’est un métier où il n’y pas le droit à l’erreur face aux familles car les cérémonies d’enterrement ont un côté très spirituel et chargé de sens. Ainsi lorsque Gabriel se trompe et fournit un cercueil avec une croix chrétienne pour un enterrement de confession musulmane, la gêne est palpable. De même, le malaise règne lorsque Gervais, lors de l’oraison funèbre butte sur le nom de la défunte Simone Froissard ou encore lorsque Marie panique parce que le cadavre n’a pas été décongelé à temps pour la cérémonie.

Gervais semble avoir noué des relations de longue date avec des familles entières. Il a, par exemple, réussi à fidéliser la grande famille des gens du voyage. Cette fidélisation de la clientèle passe notamment par une forte personnalisation des services proposés et cela ne se réduit pas au culte de la personne. Il y a une vraie recherche de la part de Gervais et de Gabriel pour satisfaire le client qui parfois peut être « pointilleux ». Ainsi le film commence avec un client en train de tester le confort d’un cercueil orné d’un tissu au motif French Cancan ou encore avec Gabriel qui vend à Monsieur Froissard une tombe en forme de dauphin sans même avoir cela dans le catalogue. Le choix très personnel de mettre la musique « La maman des poissons » de Boby Lapointe pour l’enterrement de Madame Froissard et le fait que les défunts peuvent être mis en bière avec leur objet préféré montrent également cette recherche croissante d’individualisation des prestations.

Figure 5 : Une personnalisation des services mortuaires

Conclusion

Ainsi, dans cette comédie au ton léger malgré la lourdeur du propos, le spectateur découvre sans concession le quotidien parfois drôle, parfois émouvant, parfois commercial des pompes-funèbres. Le film abonde de joutes verbales et les personnages évoluent dans un décor soigné pour restituer au mieux l’ambiance unique des pompes-funèbres. Pour réaliser son film, Delgado s’est d’ailleurs fait aider de Yves Gamin, conseiller en pompes-funèbres et de Huguette Amarger, conseillère en thanatopraxie. Tout le succès du film repose sur le jeu des acteurs et les scènes totalement décalées. Cependant il est possible d’exprimer une série de regrets quant à l’absence d’efforts réalisés en ce qui concerne la qualité presque inexistante des plans et des prises de vue.

Marie Coulet, Sciences Po Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.