LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Long métrage de Philippe Le Guay, France, 2011, 106 minutes

Dans Les femmes du sixième étage, Philippe Le Guay interroge le travail de femme de ménage. Le réalisateur nous donne à voir l’histoire de la famille Joubert, laquelle réside dans un grand immeuble parisien. En l’année 1962, les Joubert embauchent Maria (Natalia Verbeke) – jeune immigrée espagnole – comme nouvelle bonne en remplacement de leur domestique bretonne Germaine (Michèle Gleizer), démissionnaire.

Figure 1 : Maria servant son œuf-coque à Monsieur Joubert.

Si l’intrigue du film se concentre principalement sur la relation amoureuse qui naît entre Jean-Louis Joubert (Fabrice Luchini) – agent de change et propriétaire de l’appartement où se déroule l’essentiel de l’action – et Maria, Philippe Le Guay nous propose aussi des réflexions sur la réalité du travail de bonne, sur les solidarités qui ont pu exister entre les différentes domestiques espagnoles vivant à Paris dans les années 1960 et sur la nature des relations qu’elles entretenaient avec les familles qui les employaient.

Le travail de bonne : la mise à disposition de soi au service d’un autre

Le travail des femmes de ménage est évidemment le point central de notre analyse du film de Philippe Le Guay. Les tâches liées à cette profession nous sont souvent montrées par l’usage du même plan : Maria – seule dans la cuisine – prépare un rôti, cire les chaussures de Monsieur Joubert ou étend le linge. Ainsi sont-ce les mêmes activités auxquelles la domestique s’adonne tous les jours, dans un espace restreint et séparé de celui de la famille des propriétaires. Si, parfois, elle accomplit des missions plus ponctuelles comme le nettoyage de l’argenterie, Maria continue néanmoins de répéter les mêmes gestes de frottement.

Le réalisateur nous montre également que le quotidien des bonnes est marqué par un grand nombre de normes et d’exigences. Alors qu’elle vient d’être recrutée, Maria est mise en garde par Monsieur Joubert : la réalisation d’œufs-coques doit être parfaite, ceux-ci devant être cuits pendant exactement trois minutes trente. Aussi la femme de ménage subit-elle d’emblée une pression de son employeur – représentée par le regard perçant que lance Fabrice Luchini à Natalia Verbeke – qui suspend son embauche à la qualité du travail qu’elle fournit. Madame Joubert (Sandrine Kiberlain), pour sa part, impose à sa domestique l’usage de certains produits d’entretien plutôt que d’autres selon ses goûts : l’utilisation de la javel est ainsi strictement proscrite.

La réception organisée chez les Joubert, quant à elle, montre au spectateur les tâches extraordinaires de la femme de ménage. Lors de cette soirée, Maria et sa collègue Dolorès (Berta Ojea) sont affectées au service aux côtés de Gérard (Philippe Duquesne), embauché comme « extra » pour la réception seulement. Dans cette scène, Philippe Le Guay nous montre ce que nous pourrions qualifier – de manière peut-être anachronique – de harcèlement sexuel au travail : Gérard n’a en effet de cesse de toucher Maria et de lui parler par sous-entendus. Aussi le réalisateur parvient-il à nous faire sentir une dimension du travail de domestique parfois méconnue.

Au-delà de leur quotidien et des évènements exceptionnels auxquels elles participent, l’environnement de travail des bonnes est restitué dans sa globalité. Ainsi le spectateur est-il confronté dès les premières minutes du film à l’insalubrité des chambres du sixième étage où sont logées les domestiques espagnoles : il n’y a ni eau courante dans les chambres, ni eau chaude à l’étage, ni toilettes fonctionnelles. Les dialogues des femmes des employeurs indiquent aussi que les femmes de ménage travaillent tous les jours, y compris le dimanche.

Le film montre également les trajectoires professionnelles des bonnes : Maria raconte à Monsieur Joubert qu’elle a quitté son village natal à la fin de l’adolescence pour aller travailler à l’usine quinze heures par jour – où elle était contrainte de vivre pour des raisons pratiques –, après avoir grandi dans un couvent où elle a appris le français. Le cinéaste donne ainsi à voir la force de l’aliénation de ces femmes de ménage par le travail : elles sont réduites à la répétition des mêmes tâches manuelles, vivent dans un environnement insalubre et sont issues de milieux étrangers très défavorisés.

L’ensemble de ces éléments contraste singulièrement avec le descriptif de l’autre métier que Philippe Le Guay donne à voir : celui d’agent de change. A plusieurs reprises, les bureaux de la charge de Monsieur Joubert sont filmés. Equipés d’un mobilier moderne et riches en boiseries, ils s’opposent à l’insalubrité du sixième étage et à l’étroitesse de la cuisine des Joubert où Maria est cantonnée. Monsieur Joubert est par ailleurs montré comme étant systématiquement en discussion avec des clients, quand les bonnes sont supposées accomplir leur travail seules et être ainsi privées de toute interaction.

La communauté des travailleuses : la persistance des solidarités et des libertés

Philippe Le Guay choisit en réalité de nous montrer l’immense solidarité qui unit les différentes femmes du sixième étage entre elles. D’abord, leur qualité de migrantes et leur langue commune semblent être des éléments centraux de leur proximité : il y a de nombreuses scènes où les bonnes échangent en espagnol, y compris – parfois – devant leurs employeurs. C’est aussi un moyen pour elles d’exclure de leur communauté la domestique française et la concierge de l’immeuble (Annie Mercier), qu’elles regardent systématiquement avec une certaine méfiance. Elles n’intègreront la femme de ménage bretonne à leur groupe que quand celle-ci aura été malmenée et chassée par ses employeurs.

Les bonnes espagnoles forment aussi une communauté unie dans leur foi religieuse. Celles-ci n’imposent en effet qu’une seule condition à leurs employeurs quant à leurs heures de travail : elles exigent de pouvoir se rendre à la messe de six heures tous les matins. Elles participent de surcroît à un pèlerinage annuel à Lisieux – seul week-end de congé qu’elles demandent à leurs patrons – sur la tombe de Sainte-Thérèse. La vie de toutes les femmes du sixième étage est donc rythmée de la même façon et par deux facteurs : le travail et la religion.

Ces solidarités qui nous sont données à voir hors des heures de travail des bonnes existent bel et bien pendant celles-ci. Lors de son premier jour chez les Joubert, Maria est dépassée par la charge de travail qu’elle doit accomplir. Elle appelle alors – en espagnol – toutes ses collègues et amies depuis une fenêtre ouvrant sur la cour de l’immeuble. Toutes abandonnent alors leur ouvrage pour prêter main forte à celle des leurs qui est encore en période d’essai. Philippe Le Guay organise cette scène comme un ballet qui paraît extrêmement bien chorégraphié et dans lequel la jeune et inexpérimentée Maria trouve doucement ses marques.

Figure 2  : Les femmes du sixième étage face à l’insalubrité de leur logement.

Si le travail est présenté comme une activité qui unit et intègre les différentes femmes de ménage, il est aussi contesté par l’une d’entre elles. Carmen (Lola Dueñas) vend L’Humanité tous les dimanches à la sortie de la messe et invite sans cesse ses collègues à se syndiquer en dénonçant l’exploitation des patrons qui seraient « tous les mêmes » et tireraient profit de leur condition. Si ses amies semblent assez insensibles à son discours, Carmen continue de le tenir tout au long du film et même devant Monsieur Joubert.

Les femmes de ménage paraissent néanmoins conscientes de leur situation de dominées et cherchent à s’élever socialement. Pour l’une d’entre elles, Teresa (Nuria Solé), cette émancipation passe par le mariage hypergamique. Elle est successivement courtisée par un militaire et un coiffeur parisien de renom. A l’annonce de son mariage avec ce dernier, elle se réjouit d’accéder à un meilleur statut et à une nouvelle vie : elle va désormais laver les blouses des clientes et nettoyer le sol du salon de coiffure. En fait, elle ne changera pas réellement de travail.

Le travail, justement, est vu par toutes les femmes du sixième étage comme un moyen d’obtenir leur propre liberté. Chacune économise la plus grande partie possible de son salaire en la dissimulant sous son lit ou dans une boîte à cigares : Concepción (Carmen Maura), par exemple, se fait bâtir une maison par son mari en Espagne. C’est alors que Monsieur Joubert leur propose de « faire travailler » l’argent issu de leur labeur en le plaçant en bourse pour pouvoir mener au mieux leurs projets.

Les relations avec les « patrons » : entre subordination et accommodements

Ce dernier épisode nous invite à nous interroger sur la façon dont le film de Philippe Le Guay met en scène le rapport entre employeurs et employés, capital en ce qui concerne le travail des femmes de ménage tant les deux catégories d’individus sont amenées à interagir fréquemment. Il nous faut tout d’abord montrer qu’une grande violence symbolique caractérise ces rapports. Au début du long-métrage, les femmes des employeurs parlent des bonnes comme on parlerait d’équipements électroménagers ou de marchandises importées. Ainsi – et alors qu’elle cherche une nouvelle domestique –  Madame Joubert s’entend-t-elle par exemple dire : « C’est fini les Bretonnes (…). Aujourd’hui tout le monde a une Espagnole à son service ! ». Lors de la réception organisée chez les Joubert, ces mêmes femmes raillent le métier de leurs bonnes en disant : « Je ne vois pas ce qu’il peut y avoir de courageux à passer la serpillère. ».

Le cynisme dont les employeurs font montre à l’endroit des femmes du sixième étage se donne aussi à voir dans leurs interactions. Ainsi Monsieur Joubert reprend-t-il Maria quand celle-ci lui dit : « A ce soir », alors qu’elle devrait lui répondre : « A ce soir Monsieur ». De la même manière, il lui reproche son audace quand celle-ci exige un traitement mensuel de quatre cents francs, là où l’ancienne bonne n’en touchait que deux cent cinquante : il rappelle à Maria – non sans condescendance – son manque de « références ».

Si les patrons dénigrent leurs domestiques quand ils sont entre eux et maintiennent des us et coutumes véhiculant une forme de domination, il leur arrive aussi de méconsidérer plus directement leurs employées. A plusieurs reprises, Maria est sévèrement réprimandée par Monsieur Joubert et ce de manière injustifiée : quand elle n’a pas fini de remettre l’appartement en ordre après la réception alors que Madame Joubert lui avait donné congé ou bien quand elle est la victime de harcèlement de la part de Gérard. De la même manière, la femme de ménage bretonne des Joubert avait fait l’objet de violents emportements de Madame Joubert, qui avait notamment lancé : « Vous êtes payée pour obéir ».

Figure 3 : Monsieur Joubert autorisant Dolorès à utiliser son téléphone personnel.

Il faut néanmoins garder à l’esprit que Philippe Le Guay nous livre une vision beaucoup plus nuancée des rapports employeurs-employés que le tableau que nous avons jusqu’alors dressé peut le laisser croire. Monsieur Joubert incarne en effet une figure conciliante : il accepte par exemple très rapidement – et face au délice des œufs-coques de Maria – les revendications salariales de sa domestique. Il ne réprimande pas non plus Maria quand elle s’absente pour aller réconforter une de ses collègues durant son temps de travail. Enfin, il permet à Dolorès d’utiliser son téléphone personnel et Madame Joubert autorise Maria à utiliser la salle de bain de ses fils.

Monsieur Joubert va en réalité plus loin que de simples accommodements avec les employées travaillant dans l’immeuble : il cherche à les aider à améliorer leurs conditions de travail. Dans la lignée des philanthropes du dix-neuvième siècle, Monsieur Joubert paye sur ses propres deniers la réparation des sanitaires du sixième étage. Il aide de surcroît Pilar (Concha Galán) – une des femmes de ménage – à se reloger alors qu’elle est battue par son mari en lui donnant un nouvel emploi de concierge et la loge qui lui est associée.

Mais c’est dans la seconde moitié du film que les frontières entre employeurs et employées se brouillent totalement quand Monsieur Joubert – répudié par son épouse – s’installe au sixième étage, au grand dam de Carmen. Celle-ci, dans la filiation de ses engagements politiques et idéologiques, estime qu’il n’est pas sain qu’un patron s’installe parmi les bonnes : elle vient le lui dire dans sa chambre du sixième étage, où les deux personnages paraissent finalement être à égalité. Les frontières susmentionnées sont d’autant plus estompées qu’une idylle naît, nous l’avons dit, entre Monsieur Joubert et Maria.

 

A la lumière de notre analyse, il apparaît clairement que le film de Philippe Le Guay nous montre le travail de bonne dans ce qu’il a de répétitif et d’aliénant. La difficulté de cette profession est de surcroît accrue par la violence symbolique dont les employeurs font montre à l’égard de leurs domestiques. Le réalisateur fait néanmoins le choix de nous montrer aussi les solidarités qui unissent les différentes femmes de ménage entre elles et la compassion dont font preuve certains patrons à leur égard.

Philippe Le Guay, au travers de la romance qu’il met en scène, nous propose un intéressant renversement des rôles sociaux traditionnellement dévolus aux patrons et aux domestiques, ces derniers étant cantonnés à la sujétion à l’endroit de ces premiers. C’est finalement l’irréductible tension entre le don des bonnes dans le service des autres et l’autonomie ainsi que les libertés dont parviennent à jouir les travailleuses que réside sans aucun doute le sel qui fait que ce film « prend ». Ainsi le spectateur déguste-t-il ce film une heure quarante durant, comme l’on pourrait apprécier des œufs-coques cuits en exactement trois minute trente.

Yann RABAUD, étudiant en deuxième année au Collège Universitaire de Sciences Po, Paris, France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.