Tous les articles par itti - rédaction

La fiction au travail. Recherche et formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou web)

Appel à articles pour la revue Images du travail, Travail des images

http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=495

Numéro coordonné par Pascal Cesaro et Pierre Fournier

De longue date, les disciplines des sciences sociales recourant à l’ethnographie, à l’observation directe de situations d’interaction sociale, valorisant la compréhension permise par la proximité voire le partage d’expérience avec les personnes étudiées, se posent la question de l’usage documentaire qu’elles pourraient faire de la caméra dans la phase de recueil des données au plus près des situations investiguées. L’histoire de l’anthropologie et celle des techniques filmiques ont ainsi de nombreux points de rencontre autour de tentatives d’équipement léger du chercheur de terrain (Piault, 2000). Au-delà, au moment d’analyser les images collectées, la possibilité de proposer aux enquêtés de les commenter dans une démarche d’auto-confrontation est aussi discutée (Theureau, 2010). De même que l’idée de les utiliser à titre d’illustration au moment de présenter des résultats de recherche (Ganne, 2012).

Continuer la lecture de La fiction au travail. Recherche et formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou web)

l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter

Long métrage d’Anne Depétrini, France, 2018, 87 minutes

Avec sa comédie L’école est finie, l’actrice et réalisatrice Anne Depétrini se donne pour mission de revaloriser le métier d’enseignant en en montrant toute la complexité, avec humour bien sûr. Avantage indéniable : elle connaît l’envers du décor puisque sa propre mère a longtemps travaillé dans le milieu. Inspiré du livre Chronique d’une prof qui en saigne (2010) de Princesse Soso[1], le film raconte les débuts d’une jeune professeure d’anglais, Agathe Langlois (Bérengère Krief), parisienne jusqu’au bout des ongles et titularisée au collège Émile Zola à Trouilly-sur-Selles, en pleine Picardie. Loin de tout ce qu’elle connaît, de sa sœur Diane (Marilou Berry) et de ses copines, elle redécouvre son métier et les vicissitudes qui l’accompagnent. En effet, enseigner, c’est rarement faire cours à des mômes ravis d’apprendre et avides de connaissances comme l’étaient ses premiers élèves du lycée Montaigne, lors de son année de probation. Une fois mutée, son public change radicalement. Elle doit braver l’absence de curiosité intellectuelle des uns et l’insolence des autres, en jonglant avec les multiples fonctions qui lui incombent désormais : prof, éducatrice, psy, assistante sociale, informaticienne etc. En bref : une fiction qui révèle en toute légèreté la difficile polyvalence des enseignants d’aujourd’hui.

Figure 1 : affiche du film l’école est finie.

Continuer la lecture de l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter

Travail, genre & images : Les archives revisitées

Pour accompagner la publication de son numéro spécial 6/7 “Femmes au travail: quelles archive visuelles”, la revue Images du travail, travail des images, vous invite à une journée d’études le 3 juin 2019 à la Bibliothèque Nationale de France Quai François Mauriac, 75006 Paris Transports : Métro Lignes 6 et 14 ; Bus 89 ; RER C journée ouverte à tou.te.s dans la limite des places disponibles pré-inscriptions obligatoires à l’adresse mail : alain.carou@gmail.com : la bibliothèque étant fermée au public le lundi matin, seules les personnes inscrites pourront accéder à la journée d’étude

Continuer la lecture de Travail, genre & images : Les archives revisitées

Être au travail

À l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, l’exposition Êtres au travail regroupe du 16 mars au 14 juillet 2019, sur les grilles du Jardin du Luxembourg (Rue Médicis – 75006 Paris) 80 photographies de Magnum Photos et de photographes indépendants.

Donner à voir le travail à un public large, stimuler les réflexions de chacun en articulant regards artistiques et points de vue scientifiques, telles sont les ambitions de cette exposition qui fait aussi l’objet d’un ouvrage collectif bilingue de 128 pages croisant photographies et textes d’experts.

©Steve McCurry/Magnum Photos
Continuer la lecture de Être au travail

Usimages

Du samedi 27 avril au samedi 15 juin 2019 se déroule la troisième édition d’Usimages, Biennale de la photographie industrielle, sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette année Usimages propose 12 expositions gratuites et s’attache à explorer les relations entre la photographie et la commande d’entreprise. Elle soulève aussi la question de sa capacité à témoigner ou non des réalités du monde du travail. Pour ce faire, la programmation interroge le rapport des artistes à la commande industrielle et souligne la difficulté à exercer un regard libre au sein des entreprises. La programmation s’articule autour d’expositions de photographes internationaux qui permettent de croiser point de vue historique et contemporain. Comme le souligne le dossier de presse de la biennale, c’est la diversité des époques, des entreprises commanditaires, des origines géographiques et des choix esthétiques des photographes qui permet d’engager une réflexion poussée sur la photographie industrielle

Continuer la lecture de Usimages

Partir – 35 histoires de migration

Exposition réalisée par Jean-François Fort, en partenariat avec le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et le centre social du Toit du Monde.

Chapelle Saint Louis, 1 rue Louis Renard, Poitiers
Du 25 mars 2019 à 18h30 ; jusqu’au 15 avril 2019
Horaires: du lundi au vendredi de 12h / 18h. Samedi et dimanche de 14h / 18h.

Continuer la lecture de Partir – 35 histoires de migration

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Deux billets précédents soulignent l‘intérêt croissant de la bande dessinée pour aborder le travail, l’activité professionnelle ou le métier présentés tantôt comme contrainte, tantôt comme vocation. Non seulement les scénaristes et les graphistes qui s’intéressent à ces questions sont de plus en plus nombreux mais surtout ils développent souvent un point de vue original mêlant une documentation précise et détaillée, et un regard personnel, singulier, intimiste.

Ce point de vue, que l’on peut qualifier d’engagé au sens fort du terme, a été construit en général de manière longue et progressive. Nous avons vu dans les précédents billets plusieurs voies d’acquisition. Dans l’enfance, lorsque le métier et l’entreprise sont un héritage familial qui peut s’avérer encombrant à l’âge adulte, comme le montre le dessinateur de presse Aurel dans La menuiserie. Dans la phase d’entrée dans la vie active où les difficultés de se faire un nom dans les métiers de la bande dessinée impliquent bien souvent des activités professionnelles vivrières que ce soit l’intérim, les petits boulots ou toutes sortes de minijobs… Dans les luttes, lorsque la bande dessinée participe au combat et permet de souder le collectif (Louis Theillier, Journal de bord d’une entreprise en lutte). Ou encore, de manière plus volontariste, lorsque l’auteur se fait embaucher dans une profession pour pouvoir en rendre compte de l’intérieur (Kazuta Tatsuta, Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F). Ce point de vue original peut aussi être obtenu par la mise en images d’un récit biographique sur le travail ; Ma vie est un best-seller est ainsi le produit d’une rencontre entre Aurélia Aurita, dessinatrice et Corinne Maier, écrivaine à succès… Ou encore Putain d’usine, qui est l’adaptation graphique par Efix du roman éponyme de Jean Pierre Levaray.

Ces cas de figure n’épuisent pas les différentes manières de construire un point de vue à la fois intimiste et documenté sur le travail. Comme le montre ce troisième billet, ce peut être le résultat d’un long travail d’observation, s’inscrire dans un processus de reconversion professionnelle dans les métiers de la bande dessinée ou à l’inverse s’inspirer d’une vocation, d’un métier rêvé d’enfance ou d’adolescence qui n’a pas pu être atteint.

Observation participante et/ou participation observante.

Depuis 2017, Philippe Squarzoni, plutôt connu pour ses bandes dessinées politiques, publie chez Delcourt, une série documentaire, Homicide. Une année dans les rues de Baltimore, retraçant, avec une précision et une chronologie aussi fidèles que possible, le fonctionnement de la brigade criminelle de cette ville qui compte alors 240 meurtres par an et est l’une des plus pauvres des USA : tome 1, 18 janvier – 4 février 1988 ; tome 2, 4 février – 10 février 1988 ; tome 3, 10 février – 2 avril 1988. David Simon, reporter au Baltimore Sun, a passé toute l’année 1988 au sein de cette brigade et en a tiré en 1992 un roman documentaire, A year on the killing street, qui raconte avec précision et de nombreux détails techniques le quotidien de la police d’investigation. Cette longue observation participante propose un regard renouvelé sur les services de police et de justice, qui sont débordés par les affaires de drogue et souffrent d’un manque patent de moyens matériels…  Et ceci dans un contexte politique de relégation des pauvres, principalement d’origine africaine et latino-américaine, dans des ghettos insalubres et de dégradation vertigineuse de l’école publique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Appel à contribution pour un colloque international à oslo sur le travail de La mode

À l’occasion de l’exposition “Tomorrowear. A French Story”, qui aura lieu à Oslo en Norvège, Oslo Metropolitan University accueillera les 11 et 12 juin 2019 une conférence internationale intitulée “Labor in the Creative Industries: The Case of Fashion”. La conférence est organisée par Johanna Zanon et Romy Wyche, en collaboration avec le séminaire “Histoire & Mode” à l’Institut d’Histoire du Temps présent à Paris.

Cette conférence entend jeter un nouveau regard sur le travail dans les industries créatives, en s’attachant plus particulièrement au cas de la mode. La conférence s’intéresse au sujet sans limites chronologiques ni géographiques, et encourage les contributions venues de différentes disciplines, ainsi que les contributions interdisciplinaires. Les intervenant.e.s peuvent s’exprimer sur un vaste éventail de problématiques, depuis la dimension collective du travail dans la mode, jusqu’au travail éthique, en passant par la professionnalisation des nouvelles activités. Véronique Pouillard, Professeure en histoire à l’Université d’Oslo en Norvège réalisera la conférence inaugurale.

Continuer la lecture de Appel à contribution pour un colloque international à oslo sur le travail de La mode

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

La fabrication du regard et des “façons de voir” dans l’apprentissage du métier (archives)

Contact : pentimab@hotmail.it vanessa.remery@unige.ch

Appel à articles, coordonné par :
Barbara Pentimalli (Département de Sociologie, Université Sapienza de Rome, Italie) et Vanessa Rémery (Equipe Interaction & Formation, Secteur Formation des adultes, Laboratoire RIFT, Université de Genève, Suisse).

Continuer la lecture de La fabrication du regard et des “façons de voir” dans l’apprentissage du métier (archives)

LA DIFFICILE MISE EN IMAGE DU TRAVAIL (archives)

Carte blanche à la revue Images du travail, travail des images, dans le cadre des rendez vous de l’histoire de Blois

PROJECTION – DÉBAT

Jeudi 11 octobre 2018

9h15 – 11h30 Cinéma Les Lobis

Documentaire, France, 2011, 59 min, de Manuela FRÉSIL.

Entrée du personnel est un documentaire coup-de-poing qui témoigne de l’inhumanité du travail dans un abattoir industriel. La réalisatrice s’est heurtée à la volonté de contrôle des images par l’entreprise et à la difficulté de recueillir la parole des ouvriers.

Quelles sont les conditions requises pour saisir le travail dans sa complexité et sa diversité ? Il ne suffit pas de faire confiance à l’œil mécanique de l’appareil. Mettre en images le travail humain implique un long travail d’observation, d’enquête, de déconstruction puis de reconstruction.

INTERVENANTS
Manuela FRÉSIL, cinéaste
Jean-Paul GÉHIN, sociologue du travail, maitre de conférences émérite, Université de Poitiers
Françoise F. LAOT, sociologue, professeure, Université de Reims

MODÉRATION
David HAMELIN, historien, festival Filmer le travail

Cette carte blanche à la revue Images du travail, travail des images a été réalisée en partenariat avec le festival Filmer le travail, le Ministère de l’Éducation Nationale et la revue Cahiers de l’histoire.

Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles) (archives)

C’est quoi le travail ? Oui, toujours la même question depuis 20 ans, depuis la première édition du festival en 1998. Mais des réponses, nombreuses, en constante évolution. Cette année, le festival Regards sur le Travail continue son enquête avec 11 films, des rencontres, une Master Class, du merveilleux… Au programme :

 

Prendre soin avec De Chaque Instant, de Nicolas Philibert (avant première belge) qui pose son regard sur le parcours intense et difficile que représente la formation d’infirmier.e. En présence du réalisateur.

Regards de femmes sur le monde du travail avec une séance de courts-métrages réalisés par des femmes cinéastes et abordant de manière directe ou en toile de fond la question du travail.En présence des réalisatrices.

Des lendemains aux filières agroalimentaires industrielles avec Nul homme n’est une île, de Dominique Marchais (avant première belge, en présence du réalisateur) et une table ronde sur les circuits courts.

La mémoire des luttes sociales avec Rien de nous est donné, de Benjamin Durand, l’adaptation animée de la BD éponyme d’Etienne Davodeau Un homme est mort, et une table ronde sur la Mémoire des conflits sociaux.

Regards sur le Travail, c’est aussi :
Une Master Class exceptionnelle de la réalisatrice belge Sophie Bruneau,

Une exposition sous forme de carte blanche au festival d’art engagé Résonances,
Des événements en partenariat avec la saison18/19 de PointCulture consacrée au Travail,
Une séance de pitching de projets documentaires et un.e auteur.e lauréat.e d’une bourse d’aide à l’écriture,
Et du merveilleux ! Avec le film Peau d’âme, de Pierre Oscar Levy, qui revient sur les traces du tournage de Peau d’âne, de Jacques Demy.

CONTACT – Une programmation préparée par l’asbl Le P’tit Ciné – Regards sur les docs :
Programmation : Pauline David
Communication : Laure Bioulès
contact@leptitcine.be
+32 (0)2 538 17 57 / +32 (0)493 56 69 07
http://www.leptitcine.be
http://www.regardssurletravail.be

Continuer la lecture de Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles) (archives)

La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

 

Journée d’étude – Création collective au cinéma 24 Septembre 2018

CSO, Sciences Po, 19 rue Amélie 75007

Coordonnée par Bérénice Bonhomme, Morgan Lefeuvre, Katalin Pór, Gwenaële Rot

Continuer la lecture de La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)