Tous les articles par itti - rédaction

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

La fabrication du regard et des “façons de voir” dans l’apprentissage du métier

Contact : pentimab@hotmail.it vanessa.remery@unige.ch

Appel à articles, coordonné par :
Barbara Pentimalli (Département de Sociologie, Université Sapienza de Rome, Italie) et Vanessa Rémery (Equipe Interaction & Formation, Secteur Formation des adultes, Laboratoire RIFT, Université de Genève, Suisse).

Continuer la lecture de La fabrication du regard et des “façons de voir” dans l’apprentissage du métier

LA DIFFICILE MISE EN IMAGE DU TRAVAIL

Carte blanche à la revue Images du travail, travail des images, dans le cadre des rendez vous de l’histoire de Blois

PROJECTION – DÉBAT

Jeudi 11 octobre 2018

9h15 – 11h30 Cinéma Les Lobis

Documentaire, France, 2011, 59 min, de Manuela FRÉSIL.

Entrée du personnel est un documentaire coup-de-poing qui témoigne de l’inhumanité du travail dans un abattoir industriel. La réalisatrice s’est heurtée à la volonté de contrôle des images par l’entreprise et à la difficulté de recueillir la parole des ouvriers.

Quelles sont les conditions requises pour saisir le travail dans sa complexité et sa diversité ? Il ne suffit pas de faire confiance à l’œil mécanique de l’appareil. Mettre en images le travail humain implique un long travail d’observation, d’enquête, de déconstruction puis de reconstruction.

INTERVENANTS
Manuela FRÉSIL, cinéaste
Jean-Paul GÉHIN, sociologue du travail, maitre de conférences émérite, Université de Poitiers
Françoise F. LAOT, sociologue, professeure, Université de Reims

MODÉRATION
David HAMELIN, historien, festival Filmer le travail

Cette carte blanche à la revue Images du travail, travail des images a été réalisée en partenariat avec le festival Filmer le travail, le Ministère de l’Éducation Nationale et la revue Cahiers de l’histoire.

Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles).

C’est quoi le travail ? Oui, toujours la même question depuis 20 ans, depuis la première édition du festival en 1998. Mais des réponses, nombreuses, en constante évolution. Cette année, le festival Regards sur le Travail continue son enquête avec 11 films, des rencontres, une Master Class, du merveilleux… Au programme :

 

Prendre soin avec De Chaque Instant, de Nicolas Philibert (avant première belge) qui pose son regard sur le parcours intense et difficile que représente la formation d’infirmier.e. En présence du réalisateur.

Regards de femmes sur le monde du travail avec une séance de courts-métrages réalisés par des femmes cinéastes et abordant de manière directe ou en toile de fond la question du travail.En présence des réalisatrices.

Des lendemains aux filières agroalimentaires industrielles avec Nul homme n’est une île, de Dominique Marchais (avant première belge, en présence du réalisateur) et une table ronde sur les circuits courts.

La mémoire des luttes sociales avec Rien de nous est donné, de Benjamin Durand, l’adaptation animée de la BD éponyme d’Etienne Davodeau Un homme est mort, et une table ronde sur la Mémoire des conflits sociaux.

Regards sur le Travail, c’est aussi :
Une Master Class exceptionnelle de la réalisatrice belge Sophie Bruneau,

Une exposition sous forme de carte blanche au festival d’art engagé Résonances,
Des événements en partenariat avec la saison18/19 de PointCulture consacrée au Travail,
Une séance de pitching de projets documentaires et un.e auteur.e lauréat.e d’une bourse d’aide à l’écriture,
Et du merveilleux ! Avec le film Peau d’âme, de Pierre Oscar Levy, qui revient sur les traces du tournage de Peau d’âne, de Jacques Demy.

CONTACT – Une programmation préparée par l’asbl Le P’tit Ciné – Regards sur les docs :
Programmation : Pauline David
Communication : Laure Bioulès
contact@leptitcine.be
+32 (0)2 538 17 57 / +32 (0)493 56 69 07
http://www.leptitcine.be
http://www.regardssurletravail.be

Continuer la lecture de Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles).

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) 

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) 

LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Long métrage de Philippe Le Guay, France, 2011, 106 minutes

Dans Les femmes du sixième étage, Philippe Le Guay interroge le travail de femme de ménage. Le réalisateur nous donne à voir l’histoire de la famille Joubert, laquelle réside dans un grand immeuble parisien. En l’année 1962, les Joubert embauchent Maria (Natalia Verbeke) – jeune immigrée espagnole – comme nouvelle bonne en remplacement de leur domestique bretonne Germaine (Michèle Gleizer), démissionnaire.

Figure 1 : Maria servant son œuf-coque à Monsieur Joubert.

Continuer la lecture de LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Bouquet Final, un film de Michel Delgado, 5 novembre 2008, Comédie Française, Gaumont Distribution, 101’. Avec Bérénice Béjo, Didier Bourdon, Gérard Depardieu, Valérie Bonneton, Marc-André Grondin et Michel Galabru

 

Bouquet Final, comédie réalisée en 2008 par Michel Delgado, plonge le spectateur dans le monde funéraire. Fraîchement recruté comme directeur commercial Paris d’une grande entreprise américaine de pompes funèbres, le jeune Gabriel (Marc-André Grondin) doit d’abord réaliser un stage de terrain de trois mois auprès de l’acariâtre et expérimenté Gervais Bron (Didier Bourdon). Réticent et n’assumant pas son nouveau travail, il décide de faire croire à ses parents (Gérard Depardieu, Marthe Keller) et à Claire (Bérénice Béjot), sa nouvelle compagne, qu’il est musicien. Cependant les choses se compliquent lorsque Gabriel vend des obsèques d’une grande valeur à un certain monsieur Froissard (Michel Galabru) qui se révèle être le grand-père de Claire… Derrière l’humour noir dévastateur et les situations grinçantes se dessine un portrait assez précis du secteur si particulier des pompes-funèbres. Le spectateur découvre les différentes facettes du métier de « croque-mort » allant de la vente des cercueils, à la participation aux enterrements en passant par les nombreuses tâches administratives ainsi que la mise en beauté des défunts. Le contact proche avec les cadavres n’a pas été omis par Delgado et se révèle être un des ressorts principaux du film comme l’illustre la scène de la première toilette mortuaire qui met si mal à l’aise Gabriel. De même lorsqu’il est confiné avec le cadavre dans l’ascenseur, Gabriel est pris d’une peur panique face à ce contact charnel.

Figure 1: Affiche du film

Continuer la lecture de Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : « Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet ».

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Continuer la lecture de Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Continuer la lecture de Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Techniques du dessin et travail cinématographique

Appel à proposition d’articles pour le numéro n° 9 (janvier 2020) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Jean-Paul Géhin, Jean-Marc Leveratto et Gwenaële Rot

Ce numéro vise à interroger la place et le rôle du dessin dans le processus de production cinématographique de films de fiction comme de films documentaires. Il s’agit d’analyser tous les rapports existant, sans se focaliser sur le cinéma d’animation, entre le dessin et le cinéma, sur la base d’observations précises et concrètes des usages du dessin dans la production cinématographique et sa communication commerciale.

Continuer la lecture de Techniques du dessin et travail cinématographique

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

 

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

 

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Continuer la lecture de L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images