Archives de catégorie : Actualités de la recherche

Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Introduction

Le programme Recherche, art et participation (REAP) propose de mettre en œuvre au cours des deux années à venir (2024-2025) une série d’expériences à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’art et de la science participative pour tester différents modes d’enquête et de diffusion des résultats de la recherche. Il est résolument interdisciplinaire : il réunit des anthropologues, des sociologues, des historiens, des politistes, des cinéastes, ainsi que des plasticiens, des artistes sonores et du spectacle vivant. Collaboratif et participatif, il intègre les citoyens dans les processus de recherche, de production et de circulation du savoir et de la création.

Cette démarche vise trois objectifs :
1) Réévaluer les capacités de nos dispositifs de recherche contemporains à saisir les changements de notre monde ;
2) Explorer d’autres positionnements des chercheurs et des artistes dans la société ;
3) Renouveler les modes de co-production, de partage et de circulation du savoir.

Enquêtes, séminaires et ateliers expérimentaux

Deux enquêtes seront mises en oeuvre sur des terrains distincts de la région Provence Alpes Côte d’Azur, où s’opèrent des grandes transformations de notre monde contemporain. La première enquête, coordonnée par Cédric Parizot, se déploie dans la vallée de la Roya. Elle cherche à saisir, par l’écoute, la création sonore et la cartographie alternative, les circulations et les reconfigurations des limites qui façonnent cette vallée.
La seconde enquête portée par Pascal Cesaro, à Marseille explore, à partir de l’archive audiovisuelle et de sa déconstruction par les personnes concernées, un métier méconnu du travail social : celui des aides aux mères et aux familles à domicile.
Au cœur de ces deux enquêtes l’accent sera mis sur la collaboration étroite avec les citoyens.

Le second axe du programme REAP articule un cycle de séminaires qui expérimente des moyens innovants de production et de présentation de la recherche (performances, installations, projections, etc.) et des ateliers expérimentaux (masterclass et workshops) qui offrent des formes inédites de formation (à la vidéo, au cirque, au théâtre, à la création sonore, etc.). Ces initiations sont à destination des collègues intéressés, et de leurs étudiant/es (Master, Doctorat), avec l’idée de favoriser une synergie entre les initiatives et expériences art-science existantes au sein de l’Institut SoMuM et de l’Université d’Aix Marseille.

Continuer la lecture de Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Dockers, une histoire nantaise : travailler et lutter sur les quais (XVIe siècle-XXe siècle)

Pendant plusieurs siècles, le port de Nantes fut une grande place de la mondialisation, faisant la renommée et la richesse de la ville, notamment lors de son implication dans le commerce triangulaire. Pourtant certains acteurs de l’activité maritime sont mal connus, et les dockers sont du lot.

Cet ouvrage entend combler cette lacune en proposant l’histoire de cette corporation depuis le XVIe siècle. Loin des clichés, les dockers forment une communauté rugueuse et solidaire, pugnace, attachée à ses us et coutumes, et porteuse d’une forte éthique professionnelle qui s’exprime par la volonté de gérer sans intermédiaire chargements et déchargements.

Samuel Guicheteau, historien, enseignant à Nantes Université Inspé, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique ; Manuella Noyer, archiviste et historienne, animatrice-chercheuse au Centre d’histoire du travail ; Christophe Patillon, historien, animateur-chercheur au Centre d’histoire du travail. Préface de John Barzman, professeur d’histoire contemporaine émérite à l’Université du Havre, spécialiste du monde portuaire.


Format 14×20.5, 296 p

2023, 22 euros, ISBN : 9782912228406

Le ou la geste technique : recherche et artisanat au musée (Archives)

Faisant suite à plusieurs années d’analyse et de rencontres entre le dessin et les savoir-faire, le mucem lab tentera cette année une expérience nouvelle avec des artisans qui viendront parler et montrer quelques aspects de leurs métiers en direct au musée. « Sur pièce » et « sur pratique », nous confronterons avec les élèves et auditeurs les apports respectifs des savoirs et savoir-faire pratiques.
Les questions techniques, culturelles et patrimoniales habituelles seront confrontées aux conditions sociales et économiques des métiers artisanaux. Il s’agit en effet de réfléchir à la combinaison des expertises des artisans, des conservateurs et des chercheurs, pour résister à la captation et à la globalisation prédatrice des savoir-faire gestuels par quelques groupes dominants.

18 janvier 2024 au MucemLab

Dévoiler un handicap invisible (archives)

Handicap au travail : « J’ai préféré ne rien cacher, je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences »

Révéler ou taire son handicap invisible à l’entreprise est un cas de conscience pour nombre de personnes concernées. Témoignages.

Par Sophie Viguier-Vinson Publié dans LE MONDE du 23 mars 2023 à 13h00, modifié le 24 mars 2023 à 09h37

“Dans son magasin Grand Optical de Saint-Etienne, Stéphanie Muguet, 45 ans, conseille sa clientèle avec entrain. Personne ne soupçonnerait le synovialosarcome qui lui a coûté un muscle fessier en 2014, ni les récidives aux poumons limitant sa capacité respiratoire. Mais elle n’en a jamais fait mystère. « Après réflexion, j’ai préféré ne rien cacher dès le début. J’occupais un poste de directrice et je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences. »

Son choix s’inscrit dans la mouvance des coming out de grands patrons, comme tout récemment celui d’Arthur Sadoun, dirigeant de Publicis, communiquant sur son cancer de la gorge. Dans la foulée, au dernier sommet de Davos, la fondation du groupe a annoncé le lancement de la plate-forme Working With Cancer, invitant toutes les entreprises à rejoindre le mouvement afin de permettre aux collaborateurs concernés de ne pas craindre de stagner ou de perdre leur emploi.

Pour Stéphanie, la transparence a payé : « Ma direction m’a bien accompagnée. Comme je ne pouvais plus assumer pleinement le management, j’ai basculé sur un poste de simple opticienne, mais je ne le vis pas comme une rétrogradation. C’est moins stressant, j’ai bénéficié d’un fauteuil adapté ainsi que d’un espace de repos et je fais bien mon travail. J’ai même le temps de m’investir comme bénévole à la Ligue contre le cancer. »La réalité n’est pas toujours aussi enthousiasmante et rassurante sur le plan professionnel. Leila Abes (l’identité a été changée), 47 ans, s’est ainsi vue licenciée pour inaptitude alors qu’elle souffrait de grave dépression, à la suite d’un cancer du sein. « J’étais aide-soignante dans un grand groupe de soins picard au début de ma maladie, et mon employeur informé m’a bien soutenue. C’est en rejoignant un groupe concurrent que les choses se sont gâtées. Je n’ai pas évoqué mon cancer à l’embauche, on m’a postée en unité de soins palliatifs, très anxiogène, et j’ai développé une dépression. »

            © STÉFANIA INFANTE

Continuer la lecture de Dévoiler un handicap invisible (archives)

Gestes techniques et savoir faire des peuples sibériens (archives)

Exposition de photographies
Du lundi au vendredi
Du 14 avril au 26 mai 2023
De 10 à 19 heures
Espace Françoise Héritier
10 cours des humanités
AUBERVILLIERS
 
Les sociétés sibériennes sont très diversifiées. Elles sont composées d’anciens groupes de chasseurs cueilleurs et/ou d’éleveurs nomades et transhumants répartis sur un territoire grand comme à peu près 26 fois la France. Jusqu’à la période soviétique, le mode de subsistance de ces communautés dépendait fortement du milieu environnant. La connaissance fine de ce milieu permettait l’exploitation des
ressources brutes et leur transformation en produits manufacturés (artisanaux), mais elle conditionnait également l’organisation sociale et les représentations.
Dans une perspective identitaire, les sociétés autochtones sibériennes contemporaines remettent à jour certains des savoir-faire qu’elles considèrent comme traditionnels. Interroger ces savoir-faire revient à questionner non seulement les connaissances, actions et techniques mobilisées dans les productions matérielles, mais également leur transmission, ainsi que les modes de vie, les rapports entre l’humain et son environnement, entre l’humain et la matière, les rapports sociaux, et les visions dumonde. La question de savoir pourquoi, dans un contexte postsoviétique, ces savoir-faire-là sont réactualisés plutôt que d’autres, est aussi très importante. En d’autres termes, qu’est-ce que les savoir-faire peuvent nous apprendre des sociétés qui les mobilisent ?
Dans le but de répondre à cette interrogation, les photographies de cette exposition présentent quelques-uns des savoir-faire des sociétés autochtones sibériennes, éventuellement sous la forme des chaînes opératoires des actions effectuées. Les textes descriptifs qui accompagnent la mise en scène des procédés de fabrication,
volontairement succincts, permettent de replacer ces savoir-faire dans leur contexte, en faisant le lien entre les dimensions matérielles, sociales, religieuses et esthétiques. Avec la volonté de donner à voir et à comprendre, cette exposition vise à mettre en avant les sociétés autochtones sibériennes, leurs connaissances et techniques du corps comme savoir-faire, les discours qui les accompagnent et permettent leur transmission, mais aussi le travail de recueil de données effectué par
les anthropologues du Centre d’Études Mongoles et Sibérienne.

Des images du travail ?

Les idées reçues véhiculent des représentations plus ou moins partagées et mêlent vrai et faux.  Elles orientent nos conceptions et éclairent nos visions du monde. C’est le projet de la collections “Idées reçues” de la maison d’édition Le cavalier bleu.

Le dernier ouvrage collectif paru dans cette collection éveille notre attention : Idées reçues sur le travail emploi, activité, organisation. Dirigé par Marie-Anne Dujarier, il dresse un bilan éloquent de nos représentations collectives. Dommage qu’il n’intègre pas plus d’images matérielles.

Continuer la lecture de Des images du travail ?

Chercheurs et réalisateurs en milieu viticole (archives)

La prochaine séance du séminaire Image animée du Centre Max Weber aura lieu de 17 mars 2023. Cette séance se propose de poursuivre la réflexion sur les relations entre humains et non-humains, à travers une activité humaine particulière : la viticulture. Comment ces relations ont évolués depuis l’avènement de la monoculture ? Comment sont-elles aujourd’hui réinterrogées sous les effets conjugués de différents facteurs (pression sociale, mise au jour de maladies professionnelles, prise de consciences des agriculteurs et des riverains…) ? Comment la recherche en Sciences Humaines et Sociales, épaulée par l’image animée, peut peser sur la prise en compte du vivant dans cette activité ?

Elle prendra la forme de projections débats. Organisée autour de la projection de deux films Terrain d’entente (Gasc, 2022) et Rémanences(Girardot-Pennors, 2022), cette séance permettra d’aborder la question de la relation humains non-humains à travers l’usage des pesticides en milieu viticole, selon deux points d’entrée différents (celui des riverains et celui des viticulteurs).
Réalisés tous deux à partir des travaux de recherche de deux chercheur.e.s en Sciences Humaines et Sociales (Etienne Amiet pour Terrain d’entente, Fabienne Goutille pour Rémanences), mais répondant
tous deux à des contextes et des dispositifs de réalisation bien différents, cette séance nous permettra également d’interroger de manière précise et documentée les usages et enjeux de l’image animée pour la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)

Il se tiendra pour sa quatrième édition du 15 au 18 juin 2023 à Marseille, au Mucem. 

Focus vous propose de participer aux ateliers et rencontres POC et Pitch” !
Ces ateliers et rencontres ont pour objectif de faciliter les partenariats entre SHS et économie créative. 
«Fabriquer» un film documentaire, un documentaire sonore, un portfolio, imaginer une exposition, un livre graphique ou se lancer dans une écriture multimodale se construit peu à peu au cours de différentes étapes, allant d’une réflexion sur la narration, sur les collaborations nécessaires, ou encore sur les partenaires pour assurer leur diffusion. 

Continuer la lecture de Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)

JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93) (archives)

À travers cette journée d’étude, il s’agit à la fois de :

– problématiser les questions de la recherche et de la valorisation des sources, et de la recherche à une échelle locale, grâce à l’intervention de chercheurs et chercheuses à partir de leurs propres travaux

– consolider le partenariat universitaires/archivistes/responsables d’associations de mémoire, d’histoire et d’éducation populaire établies sur le territoire de la Seine-Saint-Denis grâce à la valorisation de leurs fonds d’archives, à travers quelques exposés témoignant de réalisations archivistiques et/ou mémorielles

– faire un bilan de la première année de ce projet, affiner la programmation de la deuxième année et esquisser la poursuite de la recherche, au-delà de la fin du projet, à la lumière de ce qu’il aura permis de révéler.

Vendredi 20 janvier 2023 (9h-17h)

Salle de conférences – Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 54 avenue du Président Salvador-Allende, 93000 Bobigny

 

Programme

Vendredi 20 janvier 2023

9h00 – 9h30 : Accueil

9h30 – 9h45 : Ouverture : Christine Langé, Directrice du service d’archives, Conseil départemental de la Seine Saint-Denis et Pierre Laffitte, co-Directeur du Centre de recherche Experice, Université Paris 8-PPA (S/R)

  • 9h45 – 10h45 : Sources orales et histoire. Acquis, questionnements, chantiers en cours. Florence Descamps, Maîtresse de conférences HDR, École pratique des hautes études (Modération : Emmanuel de Lescure)
  • 10h45 – 11h45 : Chercher les femmes en formation aux XIXe et XXe siècles : quelles archives ? Marianne Thivend, Maîtresse de conférences HDR, Université Lyon 2 (Modération : Françoise F. Laot)

11h45 – 12h00 : Pause

  • 12h00 – 12h45 : Les archives du monde du travail conservées aux AD 93 : des sources pour l’histoire de la formation des travailleurs et travailleuses ? Pascal Carreau (Responsable du secteur des archives privées aux AD-93) (Modération : Vivien Soldé)

12h45 – 14h00 : Pause repas

  • 14h00 – 14h30 :  Vers une exposition en janvier 2024 – Projection d’archives numérisées et/ou identifiées dans le cadre du projet SAFO-93 

14h30 – 16h00 : Table ronde : Histoire et mémoire en Seine-Saint-Denis : question sociale, travail et formation                       

  • Éric Lafon-Amrhein, directeur du musée d’Histoire vivante de Montreuil
  • Ioânna Kasapi ou Jean-Philippe Legois, responsables de Cité des mémoires étudiantes (localisée à Aubervilliers)
  • Pascal Guillot, président de l’Association histoire et mémoire des mondes ouvriers (AHMO), Seine-Saint-Denis
  • José Pinto, président de l’Institut d’histoire sociale CGT 93
  • Jacques Grossard, président de l’association Mémoire vivante de la Plaine

(Co-modération : Emmanuel Bellanger et Anna Cattan)

16h00 – 16h15 :  Pause

  • 16h15 – 16h45 : Formation des travailleurs et des travailleuses, et sources de l’expression ouvrière : des recherches en correspondance Eliane Le Port, Docteure en histoire, IDHES-Évry

16h45 – 17h00 : Clôture

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93) (archives)

Une bande dessinée sur le travail des migrants mineurs

L’Observatoire de la Migration de Mineurs (et de jeunes) a été créé en 2014 au sein du laboratoire Migrinter.  Ses productions sont aujourd’hui nombreuses et méritent d’être diffusées, surtout dans l’intérêt et la reconnaissance du travail comme de la parole des jeunes accompagnés. 
 
– Le clip de la belle chanson ‘Y a du bon y a du mauvais’ (sous-titré en EN et ES) produite en collaboration avec Alpha Records 86 : https://www.youtube.com/watch?v=vSFDHhxH9bE 
 
– Le livre en téléchargement gratuit ‘Mi Vida- Mon combat’ (en FR) et un entretien vidéo de la très touchante jeune auteure comorienne Soiyarta Attoumani : https://o-m-m.org/index.php/2022/12/05/publication-de-mi-vida-mon-combat-de-soiyarta-attoumani/ 
 
– La vidéo (sous-titres en FR à activer sur Youtube) présentant le réseau d’accueil citoyen du Puerto de Santa Maria au sud de l’Espagne. Une belle image du partage solidaire entre personnes locales et jeunes migrants, surtout marocains: https://www.youtube.com/watch?v=Azq0be0ZYlo&t=18s 
 
– La video (en FR) de présentation du livre ‘Sur le chemin de mes rêves’ (Dacres éditions, 2022) du jeune auteur camerounais Baba Fotso Toukam Junior (a.k.a. Luciano Tanger 997), basé à Saint Sebastien, en Espagne : https://www.youtube.com/watch?v=Fkz4IjA4pEo&t=51s 
 
On mettra en particulier ici en avant l’ouvrage réalisé par Louis Fernier et Daniel Sénovilla Hernandez en collaboration avec le dessinateur Maxime Jeunes. Sous forme de bande dessinée, Migration Positive montre le point de vue des migrants mineurs sur leur projet de vie et surtout le travail :

Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde (archives)

Cette année, au MUCEN, le séminaire « Une autre façon de raconter » connecte trois lignes de réflexion, sur les nouveaux modes de narration en sciences humaines et sociales, la question des impensés de la patrimonialisation muséale la question de la “digitalisation du monde”.

Comme en 2018-2019 nous réunirons de façon plus interactive et réflexive les productions des artisans, des chercheurs et des auteurs-dessinateurs.

Chacune des journées sera l’occasion de faire se rencontrer des métiers et savoir-faire originaux sur des enjeux de techniques, de patrimoines et de numérisation du monde que nous mettons en débat non seulement du point de vue des contenus mais également de point de vue de leur mise formes et en récits, qu’ils soient muséographiques, dessinés, photographiques ou textuels.

Continuer la lecture de Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde (archives)

Un documentaire sur le travail d’une peintre (archives)

Dans le cadre du cycle Filmer l’intime des Mardis Cinéma, le mardi 13 décembre à 17h, à l’Auditorium de l’Humathèque Condorcet (Espace Françoise Héritier), le  documentaire Marjatta l’Éblouie de Corinne Fortier (2017 – 52 min) sera projeté.

Ce documentaire de création fait de peinture et de couleurs dessine le portrait intimiste d’une femme artiste, Marjatta Taburet, peintre et céramiste d’origine finlandaise devenue une référence « bretonne » dans le patrimoine artistique local. Marjatta a suivi les traces de femmes artistes finlandaises pionnières à l’époque comme Helene Schjerfbeck. Elle explore les sources inconscientes de sa création, sa compatibilité avec sa propre maternité, et reconstruit par bribes l’histoire même de son origine. Elle formera, avec son mari, Jean-Claude Taburet, céramiste ayant également travaillé pour la faïencerie Henriot à Quimper, un couple d’artistes ayant réussi, ce qui est exceptionnel dans l’histoire de l’art, à collaborer tout en développant leur propre style. Après ce portrait filmique, Marjatta ressaisira à sa manière le miroir qui lui a été tendu, pour peindre son premier autoportrait à 85 ans, « avant de devenir vieille ».

La projection sera suivie d’un échange avec la réalisatrice Corinne Fortier, anthropologue, chargée de recherche au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (CNRS-EHESS) et Jacques Lombard (réalisateur et anthropologue, membre du conseil scientifique de ITTI). Il se conclura par un verre de l’amitié.

La présentation de la séance et le programme sont en ligne.

” Faire parler les photographies” Colloque international Institut National d’Histoire de l’Art – INHA Paris 6 et 7 octobre 2022

On connaît le pouvoir des photographies pour déclencher l’anamnèse, le récit de soi ou des autres, dans des expériences privées ou administratives – en son for intérieur, en famille comme dans un commisariat de police ou devant une cour de justice. « Faire parler » les images ou faire parler à partir d’elles est aussi devenu une pratique courante dans les enquêtes en sciences sociales qui mérite que l’on s’y attarde. Ce colloque veut interroger de manière croisée la mobilisation de photographies et leurs mises en récit, afin de réfléchir aux manières dont elles peuvent s’enrichir mutuellement.

Nous voudrions dans ce colloque faire dialoguer actrices et acteurs issus du monde académique mais aussi de la littérature, du documentaire, du journalisme, de l’art contemporain… La mise en récit est envisagée ici de manière plurielle. Elle peut être verbale, à travers des mots dits à l’occasion d’une interview, d’un enregistrement, d’une discussion. Elle peut être écrite, en plaçant les photographies dans des dispositifs iconotextuels plus large : une photographie collée et commentée dans une correspondance épistolaire, des mots griffonnés, une description accompagnant une carte postale. Elle peut encore être visuelle à travers des collages, des assemblages ou des photomontages dans des journaux intimes, des albums photographiques ou sur les murs d’une pièce qui, eux aussi, racontent des histoires.

La fabrique des mémoires

Les doctorants et doctorantes du GRESCO proposent un colloque international “La fabrique des mémoires” qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2022 à la MSHS de Poitiers.

 

Ce colloque original invite à une réflexion sur les constructions sociales des mémoires individuelles et collectives.

 

Des lieux de mémoire à la construction de récits mémoriels dans l’éducation nationale, en passant par les pratiques mémorielles numériques et les mémoires d’événements violents, la première journée abordera une variété de thématiques liées aux pratiques mémorielles et proposera une réflexion sur les enjeux éthiques et épistémologiques du traitement mémoriel.

 

La deuxième journée cherchera davantage à éclairer l’articulation entre silences, oublis et mémoires, en abordant différents types de mémoire collective (mémoires familiales, mémoires de guerre, mémoires ouvrières) et en interrogeant la place des pratiques et récits mémoriels dans l’espace social. Une exposition, une table-ronde et une projection-débat se tiendront également durant ces deux jours, ouverts par deux conférences inaugurales. 

On notera l’intérêt pour les images fixes comme animées des doctorantes et des doctorants du GRESCO qui ont organisé ce colloque.