Archives de catégorie : Actualités de la recherche

Séminaire images du politique et politiques de l’image en méditerranée

Projection du film « Marseille. Phocée contre fossés » et débat avec les réalisateurs Ahmed Nadjar et Vincent Geisser à  La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, le jeudi 12 janvier 2023 de 16h à 18h dans le Grand amphithéâtre

C’est un changement d’ère politique que raconte ce film, retraçant un héritage municipal de plus de vingt-cinq ans à partir d’images d’archives, de séquences tournées durant la bataille électorale pour la conquête de la mairie en 2020 et de témoignages d’anonymes et de personnalités locales. Ce film n’est pas simplement un documentaire politique et électoral : il retrace l’histoire vivante de Marseillaises et de Marseillais ordinaires et extraordinaires, confrontés aux réalités d’une des villes les plus pauvres de France mais animés aussi par des espoirs, des utopies et des rêves qui leur permettent de survivre et de « tenir ensemble ».

Discussion avec les réalisateurs introduite par Pascal Cesaro, chercheur en cinéma (AMU/Prism,) et par Cesare Mattina, sociologue, (AMU/Mesopolhis)

Une séance organisée dans le cadre du séminaire inter-laboratoires de la MMSH

Images du politique et politiques de l’image en Méditerranée (IPPI Med)
Coordination : Ph. Aldrin (Mesopolhis), P. Cesaro (Prism), P. Fournier (Mesopolhis), V. Geisser (Iremam)

 

MMSH
5, rue du Château de l’Horloge.
Aix-en-Provence

Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales

Il se tiendra pour sa quatrième édition du 15 au 18 juin 2023 à Marseille, au Mucem. 

Focus vous propose de participer aux ateliers et rencontres POC et Pitch” !
Ces ateliers et rencontres ont pour objectif de faciliter les partenariats entre SHS et économie créative. 
«Fabriquer» un film documentaire, un documentaire sonore, un portfolio, imaginer une exposition, un livre graphique ou se lancer dans une écriture multimodale se construit peu à peu au cours de différentes étapes, allant d’une réflexion sur la narration, sur les collaborations nécessaires, ou encore sur les partenaires pour assurer leur diffusion. 

Continuer la lecture de Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales

JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93)

À travers cette journée d’étude, il s’agit à la fois de :

– problématiser les questions de la recherche et de la valorisation des sources, et de la recherche à une échelle locale, grâce à l’intervention de chercheurs et chercheuses à partir de leurs propres travaux

– consolider le partenariat universitaires/archivistes/responsables d’associations de mémoire, d’histoire et d’éducation populaire établies sur le territoire de la Seine-Saint-Denis grâce à la valorisation de leurs fonds d’archives, à travers quelques exposés témoignant de réalisations archivistiques et/ou mémorielles

– faire un bilan de la première année de ce projet, affiner la programmation de la deuxième année et esquisser la poursuite de la recherche, au-delà de la fin du projet, à la lumière de ce qu’il aura permis de révéler.

Vendredi 20 janvier 2023 (9h-17h)

Salle de conférences – Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 54 avenue du Président Salvador-Allende, 93000 Bobigny

 

Programme

Vendredi 20 janvier 2023

9h00 – 9h30 : Accueil

9h30 – 9h45 : Ouverture : Christine Langé, Directrice du service d’archives, Conseil départemental de la Seine Saint-Denis et Pierre Laffitte, co-Directeur du Centre de recherche Experice, Université Paris 8-PPA (S/R)

  • 9h45 – 10h45 : Sources orales et histoire. Acquis, questionnements, chantiers en cours. Florence Descamps, Maîtresse de conférences HDR, École pratique des hautes études (Modération : Emmanuel de Lescure)
  • 10h45 – 11h45 : Chercher les femmes en formation aux XIXe et XXe siècles : quelles archives ? Marianne Thivend, Maîtresse de conférences HDR, Université Lyon 2 (Modération : Françoise F. Laot)

11h45 – 12h00 : Pause

  • 12h00 – 12h45 : Les archives du monde du travail conservées aux AD 93 : des sources pour l’histoire de la formation des travailleurs et travailleuses ? Pascal Carreau (Responsable du secteur des archives privées aux AD-93) (Modération : Vivien Soldé)

12h45 – 14h00 : Pause repas

  • 14h00 – 14h30 :  Vers une exposition en janvier 2024 – Projection d’archives numérisées et/ou identifiées dans le cadre du projet SAFO-93 

14h30 – 16h00 : Table ronde : Histoire et mémoire en Seine-Saint-Denis : question sociale, travail et formation                       

  • Éric Lafon-Amrhein, directeur du musée d’Histoire vivante de Montreuil
  • Ioânna Kasapi ou Jean-Philippe Legois, responsables de Cité des mémoires étudiantes (localisée à Aubervilliers)
  • Pascal Guillot, président de l’Association histoire et mémoire des mondes ouvriers (AHMO), Seine-Saint-Denis
  • José Pinto, président de l’Institut d’histoire sociale CGT 93
  • Jacques Grossard, président de l’association Mémoire vivante de la Plaine

(Co-modération : Emmanuel Bellanger et Anna Cattan)

16h00 – 16h15 :  Pause

  • 16h15 – 16h45 : Formation des travailleurs et des travailleuses, et sources de l’expression ouvrière : des recherches en correspondance Eliane Le Port, Docteure en histoire, IDHES-Évry

16h45 – 17h00 : Clôture

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93)

Une bande dessinée sur le travail des migrants mineurs

L’Observatoire de la Migration de Mineurs (et de jeunes) a été créé en 2014 au sein du laboratoire Migrinter.  Ses productions sont aujourd’hui nombreuses et méritent d’être diffusées, surtout dans l’intérêt et la reconnaissance du travail comme de la parole des jeunes accompagnés. 
 
– Le clip de la belle chanson ‘Y a du bon y a du mauvais’ (sous-titré en EN et ES) produite en collaboration avec Alpha Records 86 : https://www.youtube.com/watch?v=vSFDHhxH9bE 
 
– Le livre en téléchargement gratuit ‘Mi Vida- Mon combat’ (en FR) et un entretien vidéo de la très touchante jeune auteure comorienne Soiyarta Attoumani : https://o-m-m.org/index.php/2022/12/05/publication-de-mi-vida-mon-combat-de-soiyarta-attoumani/ 
 
– La vidéo (sous-titres en FR à activer sur Youtube) présentant le réseau d’accueil citoyen du Puerto de Santa Maria au sud de l’Espagne. Une belle image du partage solidaire entre personnes locales et jeunes migrants, surtout marocains: https://www.youtube.com/watch?v=Azq0be0ZYlo&t=18s 
 
– La video (en FR) de présentation du livre ‘Sur le chemin de mes rêves’ (Dacres éditions, 2022) du jeune auteur camerounais Baba Fotso Toukam Junior (a.k.a. Luciano Tanger 997), basé à Saint Sebastien, en Espagne : https://www.youtube.com/watch?v=Fkz4IjA4pEo&t=51s 
 
On mettra en particulier ici en avant l’ouvrage réalisé par Louis Fernier et Daniel Sénovilla Hernandez en collaboration avec le dessinateur Maxime Jeunes. Sous forme de bande dessinée, Migration Positive montre le point de vue des migrants mineurs sur leur projet de vie et surtout le travail :

Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde

Cette année, au MUCEN, le séminaire « Une autre façon de raconter » connecte trois lignes de réflexion, sur les nouveaux modes de narration en sciences humaines et sociales, la question des impensés de la patrimonialisation muséale la question de la “digitalisation du monde”.

Comme en 2018-2019 nous réunirons de façon plus interactive et réflexive les productions des artisans, des chercheurs et des auteurs-dessinateurs.

Chacune des journées sera l’occasion de faire se rencontrer des métiers et savoir-faire originaux sur des enjeux de techniques, de patrimoines et de numérisation du monde que nous mettons en débat non seulement du point de vue des contenus mais également de point de vue de leur mise formes et en récits, qu’ils soient muséographiques, dessinés, photographiques ou textuels.

Continuer la lecture de Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde

Un documentaire sur le travail d’une peintre

Dans le cadre du cycle Filmer l’intime des Mardis Cinéma, le mardi 13 décembre à 17h, à l’Auditorium de l’Humathèque Condorcet (Espace Françoise Héritier), le  documentaire Marjatta l’Éblouie de Corinne Fortier (2017 – 52 min) sera projeté.

Ce documentaire de création fait de peinture et de couleurs dessine le portrait intimiste d’une femme artiste, Marjatta Taburet, peintre et céramiste d’origine finlandaise devenue une référence « bretonne » dans le patrimoine artistique local. Marjatta a suivi les traces de femmes artistes finlandaises pionnières à l’époque comme Helene Schjerfbeck. Elle explore les sources inconscientes de sa création, sa compatibilité avec sa propre maternité, et reconstruit par bribes l’histoire même de son origine. Elle formera, avec son mari, Jean-Claude Taburet, céramiste ayant également travaillé pour la faïencerie Henriot à Quimper, un couple d’artistes ayant réussi, ce qui est exceptionnel dans l’histoire de l’art, à collaborer tout en développant leur propre style. Après ce portrait filmique, Marjatta ressaisira à sa manière le miroir qui lui a été tendu, pour peindre son premier autoportrait à 85 ans, « avant de devenir vieille ».

La projection sera suivie d’un échange avec la réalisatrice Corinne Fortier, anthropologue, chargée de recherche au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (CNRS-EHESS) et Jacques Lombard (réalisateur et anthropologue, membre du conseil scientifique de ITTI). Il se conclura par un verre de l’amitié.

La présentation de la séance et le programme sont en ligne.

” Faire parler les photographies” Colloque international Institut National d’Histoire de l’Art – INHA Paris 6 et 7 octobre 2022

On connaît le pouvoir des photographies pour déclencher l’anamnèse, le récit de soi ou des autres, dans des expériences privées ou administratives – en son for intérieur, en famille comme dans un commisariat de police ou devant une cour de justice. « Faire parler » les images ou faire parler à partir d’elles est aussi devenu une pratique courante dans les enquêtes en sciences sociales qui mérite que l’on s’y attarde. Ce colloque veut interroger de manière croisée la mobilisation de photographies et leurs mises en récit, afin de réfléchir aux manières dont elles peuvent s’enrichir mutuellement.

Nous voudrions dans ce colloque faire dialoguer actrices et acteurs issus du monde académique mais aussi de la littérature, du documentaire, du journalisme, de l’art contemporain… La mise en récit est envisagée ici de manière plurielle. Elle peut être verbale, à travers des mots dits à l’occasion d’une interview, d’un enregistrement, d’une discussion. Elle peut être écrite, en plaçant les photographies dans des dispositifs iconotextuels plus large : une photographie collée et commentée dans une correspondance épistolaire, des mots griffonnés, une description accompagnant une carte postale. Elle peut encore être visuelle à travers des collages, des assemblages ou des photomontages dans des journaux intimes, des albums photographiques ou sur les murs d’une pièce qui, eux aussi, racontent des histoires.

La fabrique des mémoires

Les doctorants et doctorantes du GRESCO proposent un colloque international “La fabrique des mémoires” qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2022 à la MSHS de Poitiers.

 

Ce colloque original invite à une réflexion sur les constructions sociales des mémoires individuelles et collectives.

 

Des lieux de mémoire à la construction de récits mémoriels dans l’éducation nationale, en passant par les pratiques mémorielles numériques et les mémoires d’événements violents, la première journée abordera une variété de thématiques liées aux pratiques mémorielles et proposera une réflexion sur les enjeux éthiques et épistémologiques du traitement mémoriel.

 

La deuxième journée cherchera davantage à éclairer l’articulation entre silences, oublis et mémoires, en abordant différents types de mémoire collective (mémoires familiales, mémoires de guerre, mémoires ouvrières) et en interrogeant la place des pratiques et récits mémoriels dans l’espace social. Une exposition, une table-ronde et une projection-débat se tiendront également durant ces deux jours, ouverts par deux conférences inaugurales. 

On notera l’intérêt pour les images fixes comme animées des doctorantes et des doctorants du GRESCO qui ont organisé ce colloque.

métiers et filières de l’audiovisuel à l’ère du streaming

Depuis déjà plusieurs années, une « révolution numérique » redessine les contours des industries du cinéma et de l’audiovisuel. Les usages des technologies numériques, et notamment l’importance prise par les plateformes de vidéo en streaming, affectent tout à la fois les manières de fabriquer les œuvres, de les produire, de les distribuer et de les consommer. Ce colloque se focalise sur les métiers, filières et circuits du cinéma et de l’audiovisuel en mutation aujourd’hui. Il examine le travail de différentes catégories de professionnel.les de ces industries, sur la base d’enquêtes de terrain qui font la lumière sur l’activité de participant.es clés à la création des œuvres, qui restent pourtant souvent dans l’ombre : scénaristes, producteurs et productrices, mais aussi personnels techniques du cinéma, spécialistes des données intervenant dans la définition des stratégies de contenu, professionnel.les de la distribution et de la circulation internationale des films.

Continuer la lecture de métiers et filières de l’audiovisuel à l’ère du streaming

L’anniversaire de Thomas

Lorsqu’un film rend compte de l’histoire de la sidérurgie lorraine et de celle de l’immigration italienne après la seconde guerre.

L’histoire de ce film et, par la même occasion, celle du festival de cinéma italien de Villerupt est faite aujourd’hui par les acteurs de l’époque. et par des chercheurs. Elle concerne d’autant plus ITTI  que  plusieurs membres ou intervenant de la revue en sont les témoins ou les acteurs : Jean Marc Leveratto, membre du comité de rédaction, Hervé Baruela, qui a réalisé plusieurs affiches du festival et Nadège Mariotti qui relate ainsi le contexte du film :

” Du 30 octobre au 14 novembre 1982, se déroule la 7e édition du Festival italien de Villerupt. Cette manifestation est née d’un heureux concours de circonstances. En 1976, la MJC organise durant les week-ends des séances de cinéma autour de divers genres comme le Western ou la comédie. C’est à cette occasion que l’idée émerge de diffuser 17 films italiens en version originale sous-titrée en français. Le public, en grande partie composé de familles issues de l’immigration italienne, est au rendez-vous ; les spectateurs passent d’environ 700 ordinairement à environ 3 500. Cet événement, reconduit chaque année, devient un festival reconnu et apprécié par le public et par les professionnels du cinéma italien qui font le déplacement et rencontrent le public à l’occasion de forums organisés dans la salle de l’hôtel de ville de Villerupt. 

La 7e édition est un peu particulière puisqu’elle offre à la diffusion un film français. L’Anniversaire de Thomas est réalisé par Jean-Paul Menichetti en 1980 et sort sur les écrans à cette occasion en 1982. Il est inspiré de l’ouvrage éponyme de Jean Salque, Jacques Maccarini, Philippe Maillet et Bernard Reiss. Le titre, à propos duquel Jean-Marc Leveratto signale Pour qui connaît bien la région, le secret du titre réside dans le fait qu’il fait communiquer le film de famille et le documentaire historique […]. , évoque le centenaire de l’invention du procédé mis au point par l’anglais Sydney Gilchrist Thomas en 1879, qui permet à la Lorraine, à partir de 1881, de transformer la « minette », un minerai de fer phosphoreux, en fonte. Le film relate la vie quotidienne des ouvriers italiens au fil des quatre saisons, de la naissance des hauts-fourneaux à leur destruction, les luttes pour la survie de la sidérurgie et de ses emplois, illustrée par des images d’époque, de fiction et des témoignages. 

C’est dans ce contexte qu’est réalisé le reportage pour les actualités Lorraine soir de France 3 du 5 novembre 1982 dont est extrait le passage présenté. D’emblée, le titre intrigue et c’est bien la raison pour laquelle, les premières images montrent Gilles Patassi, alors président de la Maison des jeunes et de la culture de Villerupt, en donner les explications. 

Le lien avec le passé industriel de la ville est mis en valeur par l’arrière-plan filmé qui présente le laminoir de Villerupt installé sur le site voisin de Micheville de 1971 à 1986. Les plans suivants montrent le président et le journaliste Gérard Emica cheminer sur la passerelle supérieure de la piscine en plein air de Micheville, abandonnée, transformée depuis en salle polyvalente. Cette installation, financée après 1936 par la Société des aciéries de Micheville et située à côté de la sortie principale de l’usine, est ouverte d’avril à octobre grâce aux gaz de haut-fourneau récupérés qui la chauffe. 

Pour illustrer la venue des familles, originaires d’Ombrie et des Marches, le cœur vert de l’Italie et plus spécifiquement des villes de Gubbio et Fabriano, le cadreur, Georges Minangoy, choisit de filmer les cités ouvrières aux rues bordées de maisons similaires, aux jardins cultivés dans lesquels sèche le linge, la devanture d’un café bien nommé « des ouvriers ». Le montage présente quelques plans d’enfants jouant au ballon et sur une balançoire, accompagnés d’un texte évoquant les générations qui se succèdent. Armand Sacconi, maire de Villerupt, interrogé sur L’Anniversaire de Thomas, apparaît comme le nœud générationnel entre les images précédentes des jeunes en devenir et le souvenir des aînés venus travailler dans un autre pays. Pour lui, c’est cette histoire que raconte le film. Au café, des clients jouent aux cartes, des voix fusent, mélange de français et d’italien, langage unique propre aux terres d’immigration. Au comptoir, le cafetier M. Frizzero, dit qu’en tant que « fils d’Italiens », bien que ce soit un documentaire, L’Anniversaire de Thomas ne montre pas la réalité de ce que les anciens ont vécu. Effectivement, Philippe Maillet, directeur de la MJC de Villerupt, devant l’affiche de Trevico-Torino, viaggio nel Fiat-Nam d’Ettore Scola, déclare que ce film c’est une des histoires qu’on peut raconter sur l’Histoire de Villerupt

C’est sans doute, cette valeur de remémoration (Leveratto, 2000, p.375) qui confère, encore aujourd’hui, à ce film une aura particulière, emblématique d’une région. “

Bibliographie

  • Jean-Marc Leveratto, La mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « Le festival du film italien de Villerupt : minoration nationale, majoration culturelle » , Cahiers de sociolinguistique, n°10, 2005/1, p. 59.
  • Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, Paris, La Dispute, Paris, 2010, p. 123. 
  • Jean Salque, Jacques Maccarini, et al., L’anniversaire de Thomas, Villerupt, ville du fer, 1880-1939, Studio 16, Villerupt, 1982, 366 p.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « L’anniversaire de Thomas. Quand les Italiens entrent dans le patrimoine lorrain », Diasporas :Histoires et sociétés, n°6, 2005, pp. 71-82, [en ligne], https://www.persee.fr/doc/diasp_1637-5823_2005_num_6_1_986, page consultée le 3 janvier 2022.

Salon des écritures alternatives en sciences sociales

Le Focus, salon des écritures alternatives en sciences sociales, (anciennement SEAS) est une manifestation créée en 2020 par un réseau national de chercheurs valorisant les nouvelles formes de narration en sciences humaines et sociales.L’objectif du salon est de fédérer les chercheurs qui utilisent les écritures alternatives et d’impulser des rencontres avec des acteurs de l’économie créative (producteurs, techniciens, diffuseurs, commissaires…). Le Focus se déroule à Marseille, au Mucem. Pendant deux jours, chercheurs, étudiants et acteurs des économies culturelles et créatives investissent les espaces du musée au cours de plusieurs événements : conférences, ateliers, tables rondes, rendez-vous professionnels, projections de films, présentations d’œuvres et salon d’exposants. Dans ce cadre, Laurence Elléna présentera la revue Images du Travail, Travail des Images.
La journée du 10 juin est ouverte à tous à l’Auditorium du Mucem.

Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.

Le festival Jean Rouch a présenté le jeudi 5 mai 2022 un documentaire original et passionnant de Nicolas Mai. Sociologue, ethnographe et cinéaste, il est professeur de sociologie à l’Université de Newcastle en Australie. Inspiré par les ethnofictions de Jean Rouch, qui incluait les sujets de recherche en tant que producteurs et interprètes actifs de leurs propres représentations, Nicola Mai a développé une méthodologie participative et créative, basée sur la réalisation de films collaboratifs. Ses écrits académiques et ses films se concentrent sur les expériences et représentations des migrants, souvent transgenre et sans papier, travaillant dans l’industrie du sexe. Ils remettent en question les représentations humanitaires dominantes des relations entre migration et travail du sexe en termes de traite.

https://vimeo.com/455358635
Continuer la lecture de Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.

Présentation du numéro 12 de la revue “images du travail, traval des images”: Images, travail et syndicalisme

Si le travail est souvent associé aux syndicats, son traitement scientifique est largement sous mobilisé lorsque ces organisations sont analysées avec de l’image. Les archives ne manquent pourtant pas et les images ont été très tôt l’objet d’une appropriation importante par les syndicats. Sources secondaires en histoire contemporaine et en sociologie mais aussi difficilement accessibles du fait de l’épreuve du temps, l’image syndicale et les représentations de ces corps intermédiaires sont au cœur de ce douzième numéro présenté par David HAMELIN (historien, chargé de cours à l’Université de Poitiers, Directeur de l’association Le-Centre). Les raisons de cette production, la négociation du contenu et les usages militants de l’image sont questionnés avec pour objectif de revaloriser ce matériau trop peu exploité afin de promouvoir de nouveaux objets de recherche comme de nouvelles manières de se sensibiliser aux luttes politiques des travailleur.ses.

Pour regarder l’entretien avec David HAMELIN: https://videotheque.univ-poitiers.fr/video.php?id=b6t2hqltff4w67j8jhtt&link=zjzmm748lh6q2sh3sq52lqmfdbfh1c

Pour lire le 12ème numéro de la revue: https://journals.openedition.org/itti/2144

Sommaire :

Quand les syndicats se saisissent de l’image, Sophie Béroud et David Hamelin

Dossier

Promouvoir l’entreprise dans la presse technique : l’exemple de la revue Ganterie dans l’entre-deux-guerres – Promoting the Company in the Technical Press: The Example of the Magazine Ganterie in the Inter-War Period, Audrey Colonel

Le collectif Front paysan : films de luttes et travail syndical dans les années 1970 – The Front Paysan Collective: Films of Struggle and Trade Union Work in the 1970), Édouard Lynch

Mises en scène de cultures syndicales des « années 68 » au début des années 2000 – Visual Productions of Trade Union Cultures from the 1968s to the early 2000), Nathalie Ponsard

 Caméra aux poings. Images dans la grève : des usages pluriels dans la lutte syndicale – Camera in Hand: A Variety of Uses in the Trade Union Struggle, Jordane Burnot et Lina Cardenas

Produire la solidarité par l’image ? Les caisses de grève et leurs représentations comme dispositifs de sensibilisation militants (2016-2020) – Producing Solidarity Through Image? Strike Solidarity Funds and their Representations as Militant Sensitizing Devices (2016-2020), Gabriel Rosenman

Images syndicales du travail cheminot. Les archives photographiques du Landesverband au Luxembourg – Trade Union Images of Railway Work. The Photographic Archives of the Landesverband in Luxembourg, Sébastien Moreau

Varia

La chambre dans l’atelier. François Kollar et le travail des artisans (1931-1934) – The Chamber in the Workshop. François Kollar and the Work of Craftsmen (1931-1934), Cédric Perrin

Grand entretien

Rendre accessibles et valoriser les archives visuelles du syndicalisme, entretien avec Raphaël Baumard et réalisé par David Hamelin

Images en chantier

Une nationalité à construire : le cinéma brésilien et la recherche de l’unité nationale dans l’Institut national de cinéma éducatif (INCE) – A Nationality to Build: Brazilian Cinema and the Search for the Unity of the Nation in the National Institute of Educational Cinema, Rafael Beverari

 Une affiche originale : quand un syndicat dénonce les accidents du travail – An Original Poster: When a Union Denounces Industrial Accidents, Morgan Poggioli

Un œil, une image

Le loup dans la bergerie, Yves Gaonac’h

Un travail comme un autre ?, Serge D’Ignazio

Dans la zone, au cœur d’un chantier de désamiantage, Emmanuel Roy

Comptes rendus

Thierry Roche et Guy Jungblut, Jean-Pierre & Luc Dardenne, Seraing, Crisnée (Belgique),Yellow Now, 2021, Jean-Paul Géhin

Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand, La Sociologie filmique, Paris, CNRS Éditions, 2020, 256 pages, Pascal Cesaro

Benjamin Carle (scénario) & David López (dessin), Sortie d’usine. Les GM&S, la désindustrialisation et moi, Paris, Steinkis, 2021, 110 pages, Jean-Paul Géhin

Les sociologues au travail

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, un couple de sociologues, qui a largement contribué à rendre légitime l’étude de la grande bourgeoisie, des riches, des classes dominantes sont au cœur du documentaire À demain mon amour (2022, 1h32mn). Bien qu’à la retraite du CNRS, ils continuent leur travail de terrain et analysent les inégalités sociales, notamment en cherchant à comprendre le mouvement des gilets jaunes. Pendant près de 5 ans, un jeune documentariste, Basile Carré-Agostini, les a suivis dans l’ensemble de leurs activités, des conférences en province au soutien des mouvements sociaux en passant par l’écriture, la lecture, les interviews et les différentes techniques d’enquête en sciences sociales.

C’est donc le travail des sociologues que nous donne à voir ce documentaire à l’image du film de Pierre Carles sur Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat (2001, 2h20mn, CP productions, actuellement en accès libre sur le site de la production : https://www.cp-productions.fr/la-sociologie-est-un-sport-de-combat/) ou encore celui en chantier, Bourdieu, le retour, en cours de réalisation par Pierre Carles et Annie Gonzalez.

Grace au sens de l’humour et de l’autodérision de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot, A demain, mon amour réussit à la fois à nous toucher, à déclencher des rires et à nous faire réfléchir. Il est vrai qu’ils n’hésitent pas à se mettre en scène tant dans les activités professionnelles que dans l’espace privé comme ils l’ont fait en bande dessinée avec Marion Montaigne (Riche, pourquoi pas toi, 2013, Dargaud, 133 pages). Cette mise en scène permet de traiter avec le même irrespect les chercheur.es que leur objet, les riches, et surtout elle renvoie à la méthode d’enquête utilisée, de type ethnographique. Comme ils le soulignent dans la préface de l’ouvrage « Les observateurs se retrouvent observés et peuvent, après coup, s’observer eux-mêmes, dans leur travail d’enquête. Juste retour des choses ! »

Ce positionnement est loin d’être unique et éclaire sans doute l’intérêt renforcé des sociologues depuis quelques années pour les autobiographies ou, pour le dire plus sociologiquement, l’auto-socio-analyse. C’est le cas de la dernière publication de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Notre vie chez les riches, mémoires d’un couple de sociologues, 2021, zones) ou encore plus récemment, de l’ouvrage de Gilles Moreau (S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s)d’un sociologue de province, 2022, La dispute, 198 pages) qui cherche à répondre à la question posée en quatrième de couverture : « Comment une origine rurale, un père garde champêtre, une mère sans diplôme et un militantisme post 68 fabriquent-ils un professeur de sociologie ? ».

 

Les homo sapiens au travail

Les héroïnes et les héros de ce livre sont les femmes, les hommes et les enfants qui peuplaient l’Europe il y a 40 000 à 10 000 ans. Les nombreuses fouilles et les progrès des analyses du mobilier archéologique nous permettent aujourd’hui de connaître nombre de détails sur leur vie quotidienne. L’analyse fine des vestiges qu’ils ont laissés derrière eux nous apprennent ce qu’ils chassaient, ce qu’ils cueillaient, ce qu’ils mangeaient, la façon dont ils s’abritaient des intempéries. Les manifestations artistiques et les sépultures retrouvées nous donnent un aperçu de leurs préoccupations non utilitaires. Mais ce ne sont pas ces aspects de leur vie quotidienne, déjà bien connus et largement publiés ailleurs, qui m’ont retenue ici.

L’autrice a choisi de mettre la focale dans cet ouvrage sur les usages du corps de ces Homo sapiens qui peuplaient alors l’Europe occidentale. Il est aujourd’hui possible d’avoir une idée assez précise de leur apparence à partir des squelettes retrouvés et des analyses ADN, de leur habillement, de leur parure, mais aussi de la manière dont ils se soignaient, dont ils se déplaçaient, dont ils se mouvaient lorsqu’ils accomplissaient leurs tâches quotidiennes.

Les vestiges de leurs activités permettent parfois de retrouver leurs gestes, leurs postures, leurs attitudes corporelles. La répartition des tâches entre hommes et femmes peut aussi être approchée à partir des traumatismes que le travail laisse sur le corps. De même, de modestes témoins suggèrent la présence des enfants dans les grottes ornées et dans les habitats. On peut aussi parvenir à savoir de quoi les gens souffraient, mais aussi comment ils se soignaient ou apaisaient leurs maux. Enfin, quel sort réservaient-ils au cadavre et comment se représentaient-ils leur propre corps ? Bref, c’est à une archéologie du corps qui est proposée… Il s’agit de s’interroger sur ce qu’ils percevaient, ce qu’ils ressentaient. En un mot, sur ce qu’on peut saisir de leurs perceptions, de leurs émotions, de leurs affects.

C’est donc tout ce qu’on considère généralement comme invisible et totalement hors de portée qui est mis en avant dans cet ouvrage. Une sorte d’archéologie de l’intime et de l’infime, qui permet notamment d’éclairer les activités de travail .

CHAPITRE III. Le corps au travail. Qui faisait quoi ?
Préjugés tenaces et comparatisme ethnographique
De l’origine de la diversification sexuelle des tâches
Des aires d’activité spécialisées dans l’habitat
Ce que révèle le mobilier d’accompagnement dans les tombes Comment le travail marque le corps
Et que font les enfants ?

Cette approche originale pose au fond la question de savoir ce que nous partageons avec ces hommes et ces femmes si lointains dans le temps mais si proches dans leur humanité. Retrouver l’homme dans son essence même complète à merveille l’objectif que s’était fixé André Leroi- Gourhan de faire de l’ethnologie du passé, ce qu’il appelait de l’« ethnologie préhistorique ».