Archives de catégorie : Actualités de la recherche

Récits de Travail, précarité et bandes dessinées. Appel à communication pour le colloque d’Angoulême, 27/28 mars 2025.

Les rapprochements entre bande dessinée et monde universitaire se sont intensifiés et diversifiés depuis quelques années. Sources et archives pour l’histoire, moyens de diffusion et de valorisation de la recherche, objets d’études en sociologie ou en sémiologie, la bande dessinée et le roman graphique concernent de plus en plus de disciplines scientifiques. Cet intérêt est nourri par l’évolution du secteur de la BD, la croissance significative de son  édition et son ouverture vers des questions sociales comme l’écologie, les migrations ou le travail. Il est à souligner que les évolutions notables, qui articulent de manière diversifiée travail documentaire, enquête de terrain, réflexivité et autobiographie, concernent les trois grandes traditions de bande dessinée : asiatique, américaine et européenne.

En prolongement du récent numéro thématique de la revue Images du Travail, Travail des images (Géhin, Laot & Nocérino, 2023), une réflexion est en cours pour mieux comprendre les récits de travail produits par ce qu’il convient d’appeler l’art séquentiel (Eisner, 1985 ; McCloud, 2002). Le projet est de constituer un groupe de recherche en sciences sociales du travail au niveau européen ou de la francophonie, interrogeant le contenu et la fabrique des récits de travail en bande dessinée. Des membres d’équipes belges, françaises, luxembourgeoises et suisses ont participé à cet échange. L’idée d’élargir à d’autres pays francophones (Québec, Afrique francophone) ou européens (Allemagne, Italie, Espagne) a été évoquée.

Les auteurs et autrices de bande dessinée ont désormais franchi la porte de l’atelier[1], du bureau et des différents espaces professionnels pour questionner le travail et « impliquer le lecteur dans l’expérience du travail » (Loriol, 2023). C’est ce regard renouvelé, qui fera l’objet de ce colloque, qui abordera la question du double point de vue des trajectoires et des conditions de travail des autrices et des auteurs (Aquatias, 2023) d’une part, et d’autre part des représentations qu’ils ou elles donnent des différentes professions et activités (y compris la leur).

© Léandre Ackermann (2023) certaines activités, notamment intellectuelles ou dans le tertiaire sont difficiles à représenter.

Continuer la lecture de Récits de Travail, précarité et bandes dessinées. Appel à communication pour le colloque d’Angoulême, 27/28 mars 2025.

Le CNRS édite une BD abordant le travail des anthropologues

ANTHROPOLOGUES! par Emmanuelle Seguin, avec la collaboration de Frédérique Fogel, Anne Monjaret et Armelle Leclerc, 2024, 92 pages.

” L’anthropologie est peut-être la plus humaine des sciences, puisqu’elle dépend intimement de la personne qui mène la recherche. L’anthropologue construit de façon particulière ses relations aux gens qu’il ou elle rencontre sur le terrain, avec lesquels il ou elle discute et vit parfois, pour comprendre de l’intérieur le fonctionnement de leur société. Chaque recherche pose un regard et propose une analyse sensible sur les matériaux recueillis en enquête.

Pour autant, l’anthropologie reste une science, fondée sur des méthodes précises : l’observation, la collecte puis l’analyse de données, sur une grande variété de thématiques et dans une grande diversité de contextes. Elle se pratique en immersion ou non, dans un milieu naturel ou urbain, dans un environnement familier ou étranger, au sein de sa propre société ou très loin, sans références évidentes ni expériences communes.

Cette bande dessinée présente 17 recherches incarnées : ici, on s’intéressera aux modistes parisiennes, là aux tatoueurs samoans, ailleurs à un gang portoricain de New York ou à des chasseurs de fantômes britanniques… Une plongée au cœur d’une discipline de terrain.”

La sociologie en quête d’images

Le 16 mai 2024 de 16h à 18h30 MMSH, amphithéâtre

5, rue du château de l’horloge Aix en Provence

Comment combiner création de la BD et SHS pour écrire/décrire
le monde social ? Quels sont les enjeux du passage à/par l’image
(“mise en cases” ou roman graphique) des travaux de sciences
sociales ? Des questions parmi celles qui seront discutées lors de la
rencontre organisée autour de Pascal GÉNOT, scénariste du livre
Bourdieu : une enquête algérienne (dessin d’Olivier THOMAS, Éd.
Steinkis, 2023). Avec la participation de : Jérôme BERTHAUT,
auteur de La banlieue du “20 heures” (Agone, 2013), adapté en BD, et
engagé dans l’expérience de la collection Sociorama ; et Émilie
DAVID, illustratrice qui travaille à l’adaptation en BD d’une œuvre de
Jean LAGANE (sous réserve).
Animation : Philippe ALDRIN, Pascal CESARO et Cyriac GOUSSET

Les ateliers du Cirec hors-les-murs

Le 23 avril à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès

9h-17h

Maison de la Recherche (salle E 411)

Entrée libre (possibilité d’assister à distance sur inscription auprès de anais.marshall@univ-tlse2.fr

Le séminaire Sociétés Images et Sons (resp. Olivier Bories et Anaïs Marshall) a confié au Cirec le soin de dessiner sa séance du 23 avril. Cette journée accueillera :

Elsa Maury, réalisatrice et plasticienne, docteure en art et sciences de l’art, autour de son film Nous la mangerons, c’est la moindre des choses (2020) qui suit « les gestes d’une éleveuse qui aime et qui mange ses moutons avec attention » (tënk). Son travail sera discuté par Jean Estebanez, géographe.

Céline Domengie et Charline Collard, respectivement artiste-chercheuse et enseignante-chercheuse, autour des Géorgiques, programme de recherche et d’expérimentations sur les problématiques de la ruralité au cœur de la vallée du Lot en Lot-et-Garonne (2021-2025) (https://les-georgiques.com/). Leur travail sera discuté par Pauline Guinard, géographe.

Le 24 avril au MUCEM (Marseille)

13h-18h

MucemLab (Mucem Fort Saint-Jean, salle Khamsin)

Entrée libre sur inscription à info.cirec@gmail.com

Le Cirec et le Mucemlab organisent ensemble une demi-journée d’atelier qui accueillera cinq femmes qui articulent recherche et création dans leurs parcours et travaux.

Maaï Youssef, autrice franco-égyptienne, docteure en science politique 

Écrire en indigène. Du récit scientifique au récit sensible de l’enquête en terrain contraint

Entre 2012 et 2022, j’ai mené des recherches sur l’histoire contemporaine de la contestation en Égypte et en Syrie. Au cours de cette période, je tenais deux carnets : un carnet de terrain, outil traditionnel des chercheur.euse.s en sciences humaines et sociales, et un carnet plus personnel, sorte de cahier noir, de journal nocturne, dans lequel j’écrivais sur ma manière, intime et politique, d’être faite et défaite par mon enquête. En tant que chercheuse franco-égyptienne, j’avais férocement besoin d’écrire en indigène, de parler ma langue, une langue dissidente, qui prend ses distances avec la praxis académique et sa manière de produire du savoir. Je propose de revenir sur ces procédés d’écriture de l’enquête, afin de questionner ce qui se joue aux confins des frontières entre engagement intellectuel et neutralité scientifique.

Maria-Elena Buslacchi et Elisa Ullaury, sociologues des arts et de la culture (Mesopolhis) 

Les voix du quartier au prisme des méthodes créatives

Notre intervention s’articule à un corpus de 60 cartes sensibles collectées entre 2023 et 2024 en complément d’autres méthodologies d’enquêtes, quantitatives et qualitatives, sur le quartier de la Joliette, à Marseille. Les représentations cartographiques données par ses habitants et usagers, lors des différents ateliers deviennent la source d’une analyse spatiale au croisement de la sociologie, de l’anthropologie visuelle et de la géographie, nous permettant d’observer les enjeux des transformations que le front de mer marseillais a traversées au cours des trente dernières années et la manière dont elles ont été appréhendées par les différents publics et populations intéressés à partir de la mémoire individuelle et collective.
A partir de ces cartes et du recueil de la parole qui y a été associé, nous avons demandé à des artistes de donner leur interprétation artistique du corpus afin de synthétiser ces résultats sous la forme de création. Ces créations, dont certaines sont déjà réalisées et d’autres sont en cours, se saisissent des différentes techniques et matières pouvant aussi être récupérées dans le quartier lui-même, à l’aide des habitants.

Lila Neutre, artiste et chercheuse en sciences sociales et Clara Ruby, chercheuse en art du spectacle

La pratique du twerk : entre sexualisation et émancipation 

L’atelier repose sur un dialogue entre deux regards portés sur la pratique du twerk : Clara Ruby est l’autrice d’une analyse sur les représentations de genres dans les clips de rap américain et Lila Neutre celle d’une série d’œuvres intitulée Twerk Nationrécemment acquise par le Centre national des arts plastiques. 

Entre images, textes et sons, Clara et Lila interrogent chacune à leur manière les usages de ce mouvement (dans les vidéoclips pour l’une, dans le milieu de la danse pour l’autre) et proposent de montrer en quoi il peut à la fois manifester la sexualisation d’un corps et incarner l’empouvoirement de ses pratiquants et pratiquantes.

Le 25 avril à Turbulence (Aix-Marseille Université)

14h-19h30

Turbulence (campus St-Charles, salle de projection)

Entrée libre sur inscription en cliquant ici (fermeture des inscriptions le 23 avril à 12h) 

Le Cirec se joint au programme REAP (Recherche, art et participation) et à son cycle d’ateliers et séminaires pour construire une séance en trois temps qui propose de se pencher sur le travail domestique et du soin au prisme de la formation. À partir de travaux filmiques singuliers, nous réfléchirons aux enjeux que véhicule ce travail du care dans des contextes différents, en termes d’inégalités et de domination notamment, et aux manières de donner à voir cette réalité par l’image et le son. 

1.

Atelier

14h-15h30

Atelier autour de la thèse en cours de Guillaume Cuny, doctorant en sociologie visuelle et filmique au Centre Pierre Naville (Université d’Évry Paris-Saclay) : à partir d’une étude menée auprès d’élèves du Bac Pro ASSP (Accompagnement, soins et services à la personne), Le choix des autres porte sur l’enseignement professionnel et la complexité des déterminismes qui orientent vers cette voie, au croisement de la classe, de la race et du genre.

L’atelier proposé reviendra sur le processus de fabrication du film réalisé dans le cadre de cette recherche : à travers la présentation d’extraits, le sociologue-réalisateur reviendra notamment sur l’écart entre le film rêvé et le film fait ainsi que sur la mise en scène du travail de soin y compris dans ses dimensions les moins visibles.

Contact : ebalteau@yahoo.fr

2.

Projection-débat 

17h30-19h30

Projection du film Overseas (2019) de Sung-A Yoon

En présence de la réalisatrice

Discussion par Thierry Roche (professeur au Départements Arts d’AMU, chercheur au LESA) 

Synopsis : Aux Philippines, on déploie les femmes en masse à l’étranger comme aides ménagères ou nounous. Elles laissent souvent derrière elles leurs propres enfants, avant de se jeter dans l’inconnu. Dans un centre de formation au travail domestique, comme tant d’autres aux Philippines, un groupe de candidates au départ se préparent au mal du pays et aux maltraitances qui pourraient les atteindre. Lors d’exercices de jeux de rôles, les femmes se mettent tant dans la peau de l’employée que des employeu.r.se.s. Aux abords de la fiction, Overseas traite de la servitude moderne de notre monde globalisé, tout en révélant la détermination de ces femmes, leur sororité et les stratégies mises en place face aux épreuves que leur réserve l’avenir.

Contact : ebalteau@yahoo.fr

3.

Masterclass

16h-17h30

La projection sera précédée d’une masterclass avec Sung-A Yoon, réalisatrice et artiste franco-coréenne vivant à Bruxelles. Elle a été formée à l’université Sorbonne Nouvelle (théâtre), à l’École des beaux-arts de Paris-Cergy et à l’école de cinéma INSAS de Bruxelles. Se jouant des formes et des genres, ses films se distinguent par un caractère hybride et une attention particulière portée sur le dispositif de mise en scène. Son travail emprunte autant à la démarche documentaire qu’aux codes de la fiction.

Avec les étudiant.e.s du master Cinéma et audiovisuel d’Aix-Marseille Université

Contact : pascal.cesaro@univ-amu.fr (Pascal Cesaro, enseignant en Cinéma)

Une après-midi co-organisée et animée dans le cadre 

des Ateliers du Cirec, coord : Alex Tilman (Unil, Cirec), Hélène Tilman (Uliège, Cirec), Lila Neutre (Cirec) et Émilie Balteau (Prism, Cirec) et du cycle d’ateliers et séminaires Recherche, art et participation (REAP), Coord : Émilie Balteau (Prism, Cirec), Pascal Cesaro (Prism) et Cédric Parizot (Iremam)

Deuxième séance du séminaire de l’axe transversal «Sociologies visuelles» du Centre Max Weber (05/04/2024)

Date :Vendredi 5 avril de 14h00 à 16h00

Les activités de l’axe transversal Sociologies visuelles du Centre Max Weber reposent sur trois piliers :

  • des séminaires d’axe,
  • des ateliers de travail sur l’image dans la recherche,
  • le séminaire « Image animée ».

La deuxième séance du séminaire aura pour intitulé :

Les apparences au travail : apports pluriels de la photographie

Elle sera consacrée à la présentation du n° 13 (2022) de la revue Images du travail, travail des images , intitulé « Les apparences au travail au prisme de la photographie » et coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret
Les deux coordonnatrices seront présentes.

La séance se déroulera le vendredi 5 avril 2024, de 14h à 16h, dans les locaux de la MSH LSE, en André Bollier (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Peindre le travail, le travail en peinture.

La présentation du numéro 15 de Images du Travail, Travail des Images par Anne Jollet et Hélène Zanin aura lieu le jeudi 21 mars de 14H à 16H Amphi Bourdieu de l’Hôtel Fumé (accès direct par la rue des Carmélites) ou par le 8 rue Descartes (descendre tous les escaliers et ascenseurs jusqu’en bas).

Dans le cadre du séminaire de master transdisciplinaire, Histoire et arts visuels.

  • Anne Jollet : « Mises en images du travail »
  • Hélène Zanin :  “Représentation des femmes au travail et questions d’histoire de l’art : l’exemple des nourrices. »

Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Introduction

Le programme Recherche, art et participation (REAP) propose de mettre en œuvre au cours des deux années à venir (2024-2025) une série d’expériences à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’art et de la science participative pour tester différents modes d’enquête et de diffusion des résultats de la recherche. Il est résolument interdisciplinaire : il réunit des anthropologues, des sociologues, des historiens, des politistes, des cinéastes, ainsi que des plasticiens, des artistes sonores et du spectacle vivant. Collaboratif et participatif, il intègre les citoyens dans les processus de recherche, de production et de circulation du savoir et de la création.

Cette démarche vise trois objectifs :
1) Réévaluer les capacités de nos dispositifs de recherche contemporains à saisir les changements de notre monde ;
2) Explorer d’autres positionnements des chercheurs et des artistes dans la société ;
3) Renouveler les modes de co-production, de partage et de circulation du savoir.

Enquêtes, séminaires et ateliers expérimentaux

Deux enquêtes seront mises en oeuvre sur des terrains distincts de la région Provence Alpes Côte d’Azur, où s’opèrent des grandes transformations de notre monde contemporain. La première enquête, coordonnée par Cédric Parizot, se déploie dans la vallée de la Roya. Elle cherche à saisir, par l’écoute, la création sonore et la cartographie alternative, les circulations et les reconfigurations des limites qui façonnent cette vallée.
La seconde enquête portée par Pascal Cesaro, à Marseille explore, à partir de l’archive audiovisuelle et de sa déconstruction par les personnes concernées, un métier méconnu du travail social : celui des aides aux mères et aux familles à domicile.
Au cœur de ces deux enquêtes l’accent sera mis sur la collaboration étroite avec les citoyens.

Le second axe du programme REAP articule un cycle de séminaires qui expérimente des moyens innovants de production et de présentation de la recherche (performances, installations, projections, etc.) et des ateliers expérimentaux (masterclass et workshops) qui offrent des formes inédites de formation (à la vidéo, au cirque, au théâtre, à la création sonore, etc.). Ces initiations sont à destination des collègues intéressés, et de leurs étudiant/es (Master, Doctorat), avec l’idée de favoriser une synergie entre les initiatives et expériences art-science existantes au sein de l’Institut SoMuM et de l’Université d’Aix Marseille.

Continuer la lecture de Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Dockers, une histoire nantaise : travailler et lutter sur les quais (XVIe siècle-XXe siècle)

Pendant plusieurs siècles, le port de Nantes fut une grande place de la mondialisation, faisant la renommée et la richesse de la ville, notamment lors de son implication dans le commerce triangulaire. Pourtant certains acteurs de l’activité maritime sont mal connus, et les dockers sont du lot.

Cet ouvrage entend combler cette lacune en proposant l’histoire de cette corporation depuis le XVIe siècle. Loin des clichés, les dockers forment une communauté rugueuse et solidaire, pugnace, attachée à ses us et coutumes, et porteuse d’une forte éthique professionnelle qui s’exprime par la volonté de gérer sans intermédiaire chargements et déchargements.

Samuel Guicheteau, historien, enseignant à Nantes Université Inspé, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique ; Manuella Noyer, archiviste et historienne, animatrice-chercheuse au Centre d’histoire du travail ; Christophe Patillon, historien, animateur-chercheur au Centre d’histoire du travail. Préface de John Barzman, professeur d’histoire contemporaine émérite à l’Université du Havre, spécialiste du monde portuaire.


Format 14×20.5, 296 p

2023, 22 euros, ISBN : 9782912228406

Le ou la geste technique : recherche et artisanat au musée (Archives)

Faisant suite à plusieurs années d’analyse et de rencontres entre le dessin et les savoir-faire, le mucem lab tentera cette année une expérience nouvelle avec des artisans qui viendront parler et montrer quelques aspects de leurs métiers en direct au musée. « Sur pièce » et « sur pratique », nous confronterons avec les élèves et auditeurs les apports respectifs des savoirs et savoir-faire pratiques.
Les questions techniques, culturelles et patrimoniales habituelles seront confrontées aux conditions sociales et économiques des métiers artisanaux. Il s’agit en effet de réfléchir à la combinaison des expertises des artisans, des conservateurs et des chercheurs, pour résister à la captation et à la globalisation prédatrice des savoir-faire gestuels par quelques groupes dominants.

18 janvier 2024 au MucemLab

Dévoiler un handicap invisible (archives)

Handicap au travail : « J’ai préféré ne rien cacher, je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences »

Révéler ou taire son handicap invisible à l’entreprise est un cas de conscience pour nombre de personnes concernées. Témoignages.

Par Sophie Viguier-Vinson Publié dans LE MONDE du 23 mars 2023 à 13h00, modifié le 24 mars 2023 à 09h37

“Dans son magasin Grand Optical de Saint-Etienne, Stéphanie Muguet, 45 ans, conseille sa clientèle avec entrain. Personne ne soupçonnerait le synovialosarcome qui lui a coûté un muscle fessier en 2014, ni les récidives aux poumons limitant sa capacité respiratoire. Mais elle n’en a jamais fait mystère. « Après réflexion, j’ai préféré ne rien cacher dès le début. J’occupais un poste de directrice et je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences. »

Son choix s’inscrit dans la mouvance des coming out de grands patrons, comme tout récemment celui d’Arthur Sadoun, dirigeant de Publicis, communiquant sur son cancer de la gorge. Dans la foulée, au dernier sommet de Davos, la fondation du groupe a annoncé le lancement de la plate-forme Working With Cancer, invitant toutes les entreprises à rejoindre le mouvement afin de permettre aux collaborateurs concernés de ne pas craindre de stagner ou de perdre leur emploi.

Pour Stéphanie, la transparence a payé : « Ma direction m’a bien accompagnée. Comme je ne pouvais plus assumer pleinement le management, j’ai basculé sur un poste de simple opticienne, mais je ne le vis pas comme une rétrogradation. C’est moins stressant, j’ai bénéficié d’un fauteuil adapté ainsi que d’un espace de repos et je fais bien mon travail. J’ai même le temps de m’investir comme bénévole à la Ligue contre le cancer. »La réalité n’est pas toujours aussi enthousiasmante et rassurante sur le plan professionnel. Leila Abes (l’identité a été changée), 47 ans, s’est ainsi vue licenciée pour inaptitude alors qu’elle souffrait de grave dépression, à la suite d’un cancer du sein. « J’étais aide-soignante dans un grand groupe de soins picard au début de ma maladie, et mon employeur informé m’a bien soutenue. C’est en rejoignant un groupe concurrent que les choses se sont gâtées. Je n’ai pas évoqué mon cancer à l’embauche, on m’a postée en unité de soins palliatifs, très anxiogène, et j’ai développé une dépression. »

            © STÉFANIA INFANTE

Continuer la lecture de Dévoiler un handicap invisible (archives)

Gestes techniques et savoir faire des peuples sibériens (archives)

Exposition de photographies
Du lundi au vendredi
Du 14 avril au 26 mai 2023
De 10 à 19 heures
Espace Françoise Héritier
10 cours des humanités
AUBERVILLIERS
 
Les sociétés sibériennes sont très diversifiées. Elles sont composées d’anciens groupes de chasseurs cueilleurs et/ou d’éleveurs nomades et transhumants répartis sur un territoire grand comme à peu près 26 fois la France. Jusqu’à la période soviétique, le mode de subsistance de ces communautés dépendait fortement du milieu environnant. La connaissance fine de ce milieu permettait l’exploitation des
ressources brutes et leur transformation en produits manufacturés (artisanaux), mais elle conditionnait également l’organisation sociale et les représentations.
Dans une perspective identitaire, les sociétés autochtones sibériennes contemporaines remettent à jour certains des savoir-faire qu’elles considèrent comme traditionnels. Interroger ces savoir-faire revient à questionner non seulement les connaissances, actions et techniques mobilisées dans les productions matérielles, mais également leur transmission, ainsi que les modes de vie, les rapports entre l’humain et son environnement, entre l’humain et la matière, les rapports sociaux, et les visions dumonde. La question de savoir pourquoi, dans un contexte postsoviétique, ces savoir-faire-là sont réactualisés plutôt que d’autres, est aussi très importante. En d’autres termes, qu’est-ce que les savoir-faire peuvent nous apprendre des sociétés qui les mobilisent ?
Dans le but de répondre à cette interrogation, les photographies de cette exposition présentent quelques-uns des savoir-faire des sociétés autochtones sibériennes, éventuellement sous la forme des chaînes opératoires des actions effectuées. Les textes descriptifs qui accompagnent la mise en scène des procédés de fabrication,
volontairement succincts, permettent de replacer ces savoir-faire dans leur contexte, en faisant le lien entre les dimensions matérielles, sociales, religieuses et esthétiques. Avec la volonté de donner à voir et à comprendre, cette exposition vise à mettre en avant les sociétés autochtones sibériennes, leurs connaissances et techniques du corps comme savoir-faire, les discours qui les accompagnent et permettent leur transmission, mais aussi le travail de recueil de données effectué par
les anthropologues du Centre d’Études Mongoles et Sibérienne.

Des images du travail ?

Les idées reçues véhiculent des représentations plus ou moins partagées et mêlent vrai et faux.  Elles orientent nos conceptions et éclairent nos visions du monde. C’est le projet de la collections “Idées reçues” de la maison d’édition Le cavalier bleu.

Le dernier ouvrage collectif paru dans cette collection éveille notre attention : Idées reçues sur le travail emploi, activité, organisation. Dirigé par Marie-Anne Dujarier, il dresse un bilan éloquent de nos représentations collectives. Dommage qu’il n’intègre pas plus d’images matérielles.

Continuer la lecture de Des images du travail ?

Chercheurs et réalisateurs en milieu viticole (archives)

La prochaine séance du séminaire Image animée du Centre Max Weber aura lieu de 17 mars 2023. Cette séance se propose de poursuivre la réflexion sur les relations entre humains et non-humains, à travers une activité humaine particulière : la viticulture. Comment ces relations ont évolués depuis l’avènement de la monoculture ? Comment sont-elles aujourd’hui réinterrogées sous les effets conjugués de différents facteurs (pression sociale, mise au jour de maladies professionnelles, prise de consciences des agriculteurs et des riverains…) ? Comment la recherche en Sciences Humaines et Sociales, épaulée par l’image animée, peut peser sur la prise en compte du vivant dans cette activité ?

Elle prendra la forme de projections débats. Organisée autour de la projection de deux films Terrain d’entente (Gasc, 2022) et Rémanences(Girardot-Pennors, 2022), cette séance permettra d’aborder la question de la relation humains non-humains à travers l’usage des pesticides en milieu viticole, selon deux points d’entrée différents (celui des riverains et celui des viticulteurs).
Réalisés tous deux à partir des travaux de recherche de deux chercheur.e.s en Sciences Humaines et Sociales (Etienne Amiet pour Terrain d’entente, Fabienne Goutille pour Rémanences), mais répondant
tous deux à des contextes et des dispositifs de réalisation bien différents, cette séance nous permettra également d’interroger de manière précise et documentée les usages et enjeux de l’image animée pour la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)

Il se tiendra pour sa quatrième édition du 15 au 18 juin 2023 à Marseille, au Mucem. 

Focus vous propose de participer aux ateliers et rencontres POC et Pitch” !
Ces ateliers et rencontres ont pour objectif de faciliter les partenariats entre SHS et économie créative. 
«Fabriquer» un film documentaire, un documentaire sonore, un portfolio, imaginer une exposition, un livre graphique ou se lancer dans une écriture multimodale se construit peu à peu au cours de différentes étapes, allant d’une réflexion sur la narration, sur les collaborations nécessaires, ou encore sur les partenaires pour assurer leur diffusion. 

Continuer la lecture de Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)