Archives de catégorie : Événements (Expositions, festivals…)

Une histoire originale de l’hôpital

 L’INA et CHU Média se sont alliés pour proposer la série Aux grands mots/maux, les grands remèdes qui revisite l’histoire de l’Hôpital en France autour de six mots clefs. Après ” cigarette “, “Hygiène ” (Les patients sont sales, surtout au niveau des pieds et du sexe !) et “Infirmière.ier”, le quatrième épisode vient de sortir autour du mot Urgences et s’intitule « Et Lareng créa le SAMU ! »

Cette série nous plonge au cœur de l’évolution de l’hôpital à travers six mots du monde médical, offrant ainsi un regard sur la santé des Français depuis soixante ans. Les CHU sont au cœur de l’intrigue, à la fois comme décor et protagonistes principaux, avec les archives de l’INA comme fil conducteur de la narration.

Ce quatrième épisode nous propose de remonter le temps en archives et de découvrir, à travers l‘origine des Urgences une histoire de l’hôpital et de la santé des Français.

Episode disponible dès à présent sur la chaîne Youtube de CHU Média :

Tant qu’il y aura des luttes

Les chauffeurs de taxi se filment

Vendredi 12 avril à 19H, Cinéma – Le Fresnoy

Dans le cadre du Festival du Film Citoyen de Tourcoing, Travail & Culture avec le Collectif 3ciT et le Fresnoy vous proposent un film sur le travail des chauffeurs de taxi parisiens sur la Base Arrière Taxi (BAT), gigantesque centre de transit isolé aux abords de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

La Base est un refuge pour des chauffeurs confrontés à un marché en déclin, frappé par la concurrence des applications numériques et des nouvelles mobilités urbaines. Celle-ci leur offre un moyen sûr de trouver des passagers, bien que la rentabilité pour le temps passé soit faible : pour chaque course, ils devront patienter plusieurs heures.

19H – PROJECTION : La Base

Film documentaire de Vadim Dumesh, 2023, 72’

Munis de leur smartphone, des chauffeurs de taxi parisiens font la chronique de la Base Arrière Taxi, centre de transit aux abords de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Ici, des chauffeurs vieillissants et venus des quatre coins du monde passent de longues heures à attendre d’être dispatchés dans les terminaux. Ici, ils trouvent refuge contre la fatigue et la concurrence féroce de la métropole. Ici, suspendus dans l’espace et le temps, ils entretiennent une vie communautaire pour échapper au déclin de leur métier et à l’évolution du monde.

20H – ÉCHANGES

En présence de Vadim Dumesh, réalisateur du film et Guillaume Lejeune, sociologue et chercheur associé au laboratoire CERLIS

Entrée libre sur réservation :
Travail & Culture
03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org

LIEU :
Cinéma / Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains
22 rue du Fresnoy
59 202 Tourcoing

Du 3 au 23 avril, le Fresnoy et le collectif 3ciT dont Travail & Culture est membre, proposent une sélection de films, de rencontres et de débats.

Retrouvez le programme complet ici

Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse,

Du 21 novembre 2023 au 25 février 2024.

Jean-Louis Schoellkopf est un photographe français, né à Colmar et désormais installé à Mulhouse. La Filature, lieu d’accueil de spectacles, de concerts et d’expositions, lui consacre une exposition depuis le 21 novembre 2023 jusqu’au 25 février 2024.

Soucieux des évolutions économiques et sociales qui affectent tant l’espace urbain que le monde du travail en général, Jean-Louis Schoellkopf s’est attaché, en usant de son appareil photo, à en documenter les indices et les effets. Sans proposer pour autant une rétrospective globale de son œuvre, l’exposition que lui consacre La Filature témoigne avec force de l’engagement d’un photographe qui s’est astreint à une pratique de la photographie peu spectaculaire mais systématique, attaché qu’il était/est à montrer ces transformations avec obstination et rigueur. Aussi avec une claire empathie pour les personnes photographiées.

Un mur de l’exposition présente un ensemble d’environ 250 photos en noir et blanc, sobrement intitulé Intérieurs, depuis 1986 : il offre le meilleur exemple du travail patient, réalisé par le photographe au fil du temps (cf. photo jointe). Chaque photo propose un portrait de famille, plus rarement d’un individu seul, toujours prise dans l’appartement de la ou des personnes photographiées. Par exemple celle d’un couple, des retraités de toute évidence : les deux sont assis dans un angle de leur salle à manger, au bout de la table. Le buffet au fond de la pièce, la tapisserie qui couvre les murs, l’horloge suspendue, la nappe sur la table attestent d’une époque, antérieure à 1986 sans aucun doute. Or si chaque photo peut ainsi évoquer un temps et un milieu social, c’est le désir d’aller de l’une à l’autre qui s’empare d’emblée du visiteur. Son regard voyage, va et vient, lui permettant de découvrir des mondes différents et semblables pourtant, qui voisinent et présentent les multiples facettes d’un groupe social relativement homogène, saisi à des époques différentes, les personnes étant photographiées à tous les âges de la vie. Un autre couple est photographié dans le coin d’une pièce dont les deux murs sont occupés par des bibliothèques pleines de livres. Des enseignants ? Sans doute. Une autre encore montre un jeune couple avec deux enfants, tous installés dans un canapé adossé à un mur de briques apparentes, un chien alangui au pied de la petite famille. Mais le monde ainsi révélé est celui de gens simples, appréhendés dans leurs univers propres. Un monde populaire, dans sa diversité ! Ce mur de photos, soigneusement épinglées, témoigne à lui seul de l’intérêt de l’exposition et, bien sûr, du travail remarquable du photographe.

Une autre série de photos, en couleurs, réalisées en 2022, montre des travailleurs photographiés dans l’usine qui les emploie. Ils ou elles posent dans leur univers de travail. La photo qui fait l’affiche de l’exposition montre ainsi une femme debout, vêtue d’une blouse bleue, vraisemblablement devant la machine sur laquelle elle travaille, tandis qu’au premier plan le visiteur voit d’énormes bobines de fil rouge. Elle ne travaille pas au moment de la photo, c’est, au contraire, le photographe qui travaille ! Il a installé son appareil photo, un moyen format, sur son trépied et prend une photo posée. C’est le cas pour toute la série, qui montre systématiquement un homme ou une femme en tenue de travail, photographiée dans son milieu de travail. Jean-Louis Schoellkopf dit avoir voulu rendre hommage à la classe ouvrière. D’autre photos, prises dans différents quartiers de la ville, constituent de même un hommage émouvant aux habitants de quartiers populaires de la ville, dans leur diversité d’origines et d’âges. D’autres photos montrent des quartiers d’autres villes, Gênes en particulier, et donnent à voir les transformations de l’espace urbain produites par l’industrie et le développement économique.

Une exposition à voir, si le lecteur lit cette note à temps. Mais surtout : une œuvre photographique à découvrir !

L’exposition elle-même a été conçue par Christian Caujolle.

Henri Eckert

Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma”

Pour le vingtième anniversaire toute l’équipe du festival a concocté un très riche et varié programme avec des journées thématiques, des rétrospectives par pays, de nombreux films rares et un bel ouvrage collectif qui accompagne celui réalisé pour les dix ans. En attendant les rencontres, voici le programme et un extrait de l’édito qui en esquisse le bilan.

Prog_20eme rencontre cine copie (glissé(e)s)

“Toutes nos projections avaient une dimension sociale et culturelle, avec la vocation d’ouvrir à la réflexion, de provoquer une émotion artistique et humaine, de nourrir les débats et les échanges avec les personnes invitées, venues de tous les horizons: militants, syndicalistes, universitaires, cinématographiques (devant ou derrière la caméra), et parfois tout à la fois ! Car notre appellation, si elle n’est pas protégée, est explicite (et personne ne s’y trompe) : « La classe ouvrière c’est pas du cinéma ! ». Comme le réalisateur Mehdi Fikri (AVANT QUE LES FLAMMES NE S’ÉTEIGNENT) nous pensons que :« Être touché par une histoire autre que la sienne, c’est ça le pouvoir politique du cinéma ». Depuis 20 ans, nous avons tenu le cap, accueillant (et sollicitant) les subventions mais nous refusant à la marchandisation de ces Rencontres, à un développement avec aide extérieure dont nous n’aurions pas été maîtres. Pas de prix décernés (c’est le prix de la liberté), pas de festival ostentatoire, mais des Rencontres annuelles (avec prolongations éventuelles dans l’année) à une semaine fixée durablement (la veille des vacances scolaires de février dans l’académie de Bordeaux!). Nous avons donc choisi et mené à bien depuis 20 ans un « développement durable » avec et grâce à votre fréquentation, avec le compagnonnage actif du Musée d’Aquitaine, de l’Institut Cervantès, des syndicats FSU et CGT, de l’IUT Hygiène Santé Environnement, et ô combien de l’équipe de l’UTOPIA, « J’ en passe et des meilleures »….! Après celui qui fêtait nos 10 ans, un ouvrage collectif paraît pour célébrer nos 20 ans d’existence. Parmi celles et ceux qui ont enrichi de leurs interventions nos rencontres, un bon nombre ont bien voulu contribuer librement à la richesse et à l’originalité de l’ouvrage. Vous avez notre programme, offrez donc et offrez- vous ce livre sans équivalent… Nous avons, avec la « constance d’un jardinier », uni nos forces pour nourrir nos projections de musique, de son, de paroles, d’images sans jamais oublier, avec l’aide de nos librairies partenaires (La Machine à Lire, Comptines, Krazy Kat) de vous proposer avec ténacité et régularité des ouvrages écrits ou dessinés pour vous appeler à prolonger les Rencontres comme à explorer d’autres sentiers parallèles. Car, rappelons-le avec le poète grec Yannis Ritsos (deux fois emprisonné sous les deux dictatures qu’il a connues) : « Une simple route ne conduit pas au futur » (Sur Une Corde- poèmes d’un seul vers : 157).”

VINCENT TACONET, pour toute l’équipe des Rencontres

 

Filmer le travail 2024, contrôle et surveillance

 

La 15e édition de Filmer le travail aura pour thématique le contrôle et la surveillance.  En voici le programme et la présentation détaillée de l’équipe du festival.

PROGRAMME – Filmer le travail 2024

” Entre développement des nouvelles technologies, obsessions sécuritaires et injonctions à la rentabilité, comment s’exercent le contrôle et la surveillance dans le monde du travail, et sur qui ? Quels métiers, quelles pratiques, quelles dérives ? Mais aussi quelles actions menées par des collectifs qui luttent contre les pratiques illégitimes du contrôle et mènent de précieuses enquêtes ? Surveillance des frontières, contrôle des corps, concentration des médias, politiques sécuritaires, violences policières, surveillance généralisée… autant de pistes que nous explorerons cette année en présence de nombreux invité.e.s !

Pour illustrer cette thématique, nous avons choisi le magnifique visuel de Urban Solutions, Grand Prix Filmer le travail 2023, réalisé par Arne Hector, Luciana Mazeto, Minze Tummescheit et Vinícius Lopes. Enveloppé de couleurs chaudes, un nid de guêpes s’installe sur une caméra de surveillance, comme un pied de nez du vivant face à la surveillance technologique. 

Cette année, quinze films ont été sélectionnés en compétition internationale. Une traversée 2024 qui nous entraîne aux quatre coins du monde, du port de Mumbai jusqu’au désert d’Atacama, des forêts portugaises aux chantiers de construction de République centrafricaine, en passant par la Colombie ou les Hauts-Plateaux boliviens. 

À travers ces films documentaires récents, c’est une mosaïque des enjeux contemporains qui se tisse. Les cinéastes s’intéressent à la surveillance des incendies et des galeries d’eaux souterraines, aux méthodes de pêche, aux luttes LGBTI, à la situation dramatique de la psychiatrie en France, à l’accompagnement de personnes en situation d’exil, mais aussi aux conditions de travail dans le textile, l’industrie minière ou nucléaire. 

Pour plus d’informations : https://filmerletravail.org/

De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

Continuer la lecture de De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.

Travail des formes, formes du travail (archives)

En partenariat avec le LAAC et le FRAC Grand Large, en résonance avec la Triennale Art et Industrie 2023 – Dunkerque / Hauts-de-France

Cette rencontre interroge les chemins empruntés par l’art contemporain pour interroger le travail au sens large.

  • Introduction par Camille Richert, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ENSBA Lyon, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po, co-commissaire de la triennale Art et Industrie Chaleur humaine 
  • La création au cœur de l’activité de travail avec les artistes Donovan Le CoadouSarah Feuillas et Victor Villafagne
  • Habiter les espaces de travail avec les artistes Maxime BrygoCiel Grommen et Raphaële Jeune, curatrice indépendante et chercheuse en esthétique et théorie de l’art
  • Critique artiste et critique sociale du Travail avec les artistes Robert SchlichtRomana Schmalisch et Thierry Verbeke

Entrée libre sur inscription : 03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org
Formulaire d’inscription.

Continuer la lecture de Travail des formes, formes du travail (archives)

La deuxième édition du FAANA (festival des autrices et auteurs de l’image et du son en Nouvelle Aquitaine) se déroulera du 21 au 23 septembre 2023 à Saint Georges de Didonne. (archives)

L’association NAAIS (Association des Auteurs et Autrices de l’Image et du Son en Nouvelle-Aquitaine) en partenariat avec l’association CREA (Association cinéma et spectacle vivant) organise la 2ème édition du Festival des Autrices et Auteurs en Nouvelle-Aquitaine du 21 au 23 septembre au centre culturel Relais de la Côte de Beauté, à Saint-Georges-de-Didonne.

Le FAANA est né d’une volonté de diffuser les créations cinématographiques, audiovisuelles et radiophoniques des auteur.rice.s-réalisateur.rice.s du territoire néo-aquitain, de rassembler les professionnel.le.s de la filière et d’échanger avec le public. Ce festival consacrée au cinéma et à l’audiovisuel associe rencontres professionnelles, diffusions publiques d’œuvres filmiques et sonores, échanges avec le public et actions d’éducation aux images et aux sons.

Un coup d’œil sur le programme montre la richesse de la programmation qui fait une plac belle aux rencontres professionnelles et à la formation à la réalisation en Nouvelle Aquitaine.

Un autre aspect saillant de la programmation est la place que les réalisateurs et les réalisatrices accordent au travail aussi bien dans les fictions que dans les documentaires ; avec une grande diversité des métiers présentés (mannequin, femme de chambre, prostituée, artiste, autrice, marins dans un navire usine, enseignant.es…) comme des thématiques abordées (Carrières des femmes, gilets jaunes, travail domestique ou bénévole, précarité…)

 
 
 

“S’habiller pour l’école” : Une exposition qui aborde le travail des élèves. (archives)

MUNAÉ, Musée national de l’Éducation,

Exposition grand format du 10 juin 2023 au 31 mars 2024, aux 2e et 3e étages du centre d’expositions. Commissariat : Aude Le Guennec et Nicolas Coutant.

Chacun conserve dans sa mémoire d’écolier un souvenir en lien avec le vêtement, qu’il soit lié à une obligation scolaire, au vestiaire du cours de sport ou au souci d’être à la mode… Objet intime en contact avec le corps et témoin des premières tentatives d’affirmation de soi, le vêtement de l’enfant et de l’adolescent conserve souvent, chez l’élève devenu adulte, une forte charge affective.

Le rapport de l’école au vêtement

Résultat d’un long travail de recherche, l’exposition S’habiller pour l’école explore le rapport qu’entretient l’école avec le vêtement depuis les années 1880 jusqu’à nos jours, en s’intéressant à la tenue de l’élève comme à celle de l’enseignant ainsi qu’à la place tenue par le vêtement dans les enseignements. Si le propos concerne essentiellement l’école française, le projet adopte aussi une démarche comparative, notamment avec le Royaume-Uni, où la culture vestimentaire scolaire s’avère différente.

L’exposition elle-même se structure en trois parties :

–          Être écolier : les jeux de style, la place du vêtement entre l’école et la sphère domestique

–          L’école s’en mêle : la réglementation, la place du vêtement dans la définition des rôles

–          Regards sur l’école : le vêtement des enseignants, se voir élève

L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

“Depuis plus de 30 ans, Yann Arthus-Bertrand photographie les Français accompagnés de ceux qu’ils aiment, de leur famille et de leurs animaux.

Tout commence en 1994, avec des photographies commandées par l’Express qui initient sans le savoir un grand travail sur les Français. Au fil des années, celui-ci est enrichi par des clichés d’éleveurs et de leurs bestiaux, d’ouvriers à la Réunion, de Français et de leurs chevaux capturés sur une même bâche.

Il se poursuit par des prises de vue sur l’ensemble du territoire que ce soit à Boulogne-Billancourt, à Saint-Tropez ou dans son studio dans son village d’origine aux Mesnuls. Les participants viennent ou en tenue de travail ou dans leurs habits de tous les jours et chacun reçoit un fichier numérique d’une sélection de photos.

Continuer la lecture de L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

Johan van der Keuken

Le rythme des images (archives)

Du 16 juin au 17 septembre, le musée du Jeu de Paume rend hommage au photographe et cinéaste néerlandais Johan van der Keuken à travers une grande rétrospective. L’exposition revient sur la carrière exceptionnelle de l’artiste (de 1955 à 2000) pour qui la dualité entre le cinéma et la photographie est au cœur de son processus artistique. Exposition, d’autant plus intéressante que la question de la confrontation et de la complémentarité entre images fixes et animées reste d’actualité.

“Tout en distinguant les particularités de chacune des deux pratiques, l’artiste n’a cessé de les travailler de manière interconnectée. Environ 150 photographies, documents et maquettes originales sont rassemblés autour d’une dizaine de courts métrages, dont deux documentaires sur l’artiste.

Johan van der Keuken est né le 4 avril 1938 à Amsterdam. Il a 12 ans lorsqu’il est initié à la photographie et à seulement 17 ans, il publie son premier livre de photos. Pour cette exposition, des tirages vintages sont présentés aux côtés de films, livres et écrits. Le parcours, thématique, confronte l’œuvre photographique de l’artiste et une sélection de courts métrages, révélant la spécificité de son œuvre au fil des salles.”

On peut se réjouir que près de 20 ans après une première grande rétrospective consacrée à Johan van der Keuken en France, le Jeu de Paume a souhaité rendre un nouvel hommage à ce grand artiste très engagé socialement et soucieux de rendre compte du monde du travail.

Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

Images de grèves et de manifestations (1936-1987)

Exposition à partir du 9 janvier 2023

Les femmes ont toujours travaillé et toujours lutté pour leurs droits et l’amélioration de leurs conditions de travail !

À travers les portraits, les slogans, les objets ou outils de travail détournés, arborés par les manifestantes, grévistes, occupant ou non leur lieu de travail, on découvre ou redécouvre l’évolution de plusieurs décennies de luttes et de revendications. De l’égalité salariale à la lutte contre le travail de nuit en passant par le combat contre les chefs autoritaires et méprisants, ce sont cinquante ans d’images de grèves, de manifestations et d’occupations d’usine que présente cette exposition.
 
Issues principalement des fonds photographiques du journal l’Humanité et de l’IHS-CGT, ces photographies montrent les grands conflits liés à la désindustrialisation en Seine-Saint-Denis (Grandin, Mécano), des mouvements de grève nationaux comme ceux du Front populaire en 1936 ou mai-juin 1968 mais également des exemples de lutte plus ordinaires comme les manifestations du 8 mars ou du 1er mai.
 
Le carnet de grève des ouvrières de l’usine Obsession (Gilmo) à Villeurbanne, récemment restauré par l’institut national du Patrimoine, sera également présenté lors de l’inauguration de l’exposition, le 8 mars 2023 journée internationale du droit des femmes.
 
Trois tables rondes accompagneront cette exposition ainsi qu’un cycle de visites guidées.
 

Continuer la lecture de Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

De la dance sur la chaîne de Stellantis (archives)

« Être autre » est un projet chorégraphique qui explore les états du corps à l’ouvrage et l’expérience sensible du monde du travail par les gestes du travail. Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Jeudi 6 et vendredi 7 avril 2023 à 19h30 :

SPECTACLE Être autre – Solo de danse, 60’
Conception et performance : Alejandro Russo, Compagnie La Malagua. Co-production : Travail & Culture – TEC CRIAC

À partir d’une observation des corps au travail d’une ligne de production de l’Usine Stellantis (ex-PSA) à Trith-St-Léger, le danseur et ingénieur Alejandro Russo nous plonge dans une atmosphère sonore, visuelle et rythmique. En archéologue du monde du travail, il cherche avec ce solo dansé, les frontières poreuses entre le corps-sensible et le corps-exécutant.

Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Usine Stellantis Valenciennes (ex-PSA)
Parc d’activités de l’Aérodrome,
Avenue Marc Lefranc
59125 TRITH-SAINT-LEGER

Exposition photo de François Lucchesi. Un ouvrier photographe. (archives)

 

PHOTOGRAPHIES – TIRAGES ARGENTIQUES
“PORT PÉTROLIER DE FOS-SUR-MER”

L’exposition présente des tirages argentiques réalisés entre 1980 et 2004 sur le port pétrolier de Fos-sur-Mer. François Lucchesi a travaillé comme ouvrier sur le site pendant trente et un an et c’est avec discrétion qu’il a photographié ses collègues, l’ambiance, vues du site. Plus tard, sa rencontre avec Laurent Quessette et Michel Péronnet, l’actuel directeur du site aboutira à l’édition d’un livre présentant ses clichés “Ils brillaient de pétrole sous le soleil” aux éditions l’Harmattan avec les textes de Laurent Quessette. François Lucchesi vit à Saint-Mitre-les- Remparts et est le président du club photo “Marius” depuis 45 ans.

Exposition | Istres Hall 233

Infos Pratiques

Entrée libre

VISITES :

Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

Vernissage le mardi 21 férvier à 18h15

Visite commenté avec l’artiste le mardi 28 février à 17h sur résa au

04 13 59 50 83