Archives de catégorie : Événements (Expositions, festivals…)

La classe ouvrière c’est pas du cinéma à Bordeaux

L’équipe des rencontres cinématographiques « la classe ouvrière c’est pas du cinéma » a le plaisir de vous annoncer la 19ème édition des rencontres

du 31 janvier au 5 février 2023

Avec un programme de qualité et plein de films à voir ou à revoir

https://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=757&mode=cycle

Un nouveau festival de cinéma documentaire sur les paysans en Ardèche Du 27 janvier au 05 février 2023

 

L’agriculture est depuis toujours au cœur des choix de société de par sa

nécessaire vocation à produire l’alimentation pour les populations. Les paysan.nes
et les ouvrier.es agricoles en sont ainsi les garants.
S
’adapter à un environnement qui change rapidement, lutter contre le
réchauffement climatique, produire pour assurer la souveraineté alimentaire
permettant à chacun.e d’accéder à une alimentation de qualité, préserver le vivant et la biodiversité, entretenir les paysages, garder actifs les territoires ruraux…
 
L’agriculture est confrontée à de nombreux défis. En Ardèche, l’agriculture est riche de sa grande diversité de productions et de la
modernité de ses paysan.nes qui en ont fait une agriculture pionnière dans les
filières de qualité et la relocalisation des productions via les circuits courts ; la recherche d’autonomie et l’adaptation aux ressources de nos territoires.
 
À travers ce festival, les paysan.nes de la Confédération paysanne vous proposent de venir à leur rencontre dans différents lieux du département au gré de 9 projections de films et documentaires autour de thématiques agricoles et alimentaires. Ces projections seront suivies d’échanges avec les paysan.nes organisé.es en groupes locaux pour chaque territoire.

Ce festival nous permet également de faire le lien entre notre milieu agricole et le
milieu de la culture, via les cinémas qui nous accueillent et les associations de projections itinérantes, permettant au plus grand nombre d’avoir accès à ces évènements culturels.
 
Programme complet de la première édition.
https://conf07.files.wordpress.com/2023/01/depliant-festival-du-film-2023-vf.pdf
 

Le festival Filmer le travail a déjà 14 ans

Cette 14e édition s’intéressera au travail informel

Travail au noir, invisible, travail gratuit, bénévole, travail domestique, travail vivant… le festival sera rythmé par de nombreux événements, comme autant de fils à dérouler pour s’interroger sur les formes que prend le travail dès lors qu’il échappe au cadre légal, s’inscrit aux marges ou en dehors du salariat.

Et pour nous accompagner tout au long de cette nouvelle édition, nous avons choisi un visuel haut en couleurs extrait de l’emblématique film de Jean-Luc Godard, Deux ou trois choses que je sais d’elle.

Cette année, 17 films documentaires venus du monde entier composent la compétition internationale du festival Filmer le travail.

Cette sélection nous entraîne de la Belgique aux montagnes colombiennes, des collines irlandaises jusqu’aux villages de la Drôme, de la République centrafricaine au Brésil, en passant par l’Autriche, l’Italie ou encore le Canada. Les cinéastes posent leur regards singuliers sur des parcours de vie et tissent les portraits d’un agriculteur, de bergers, d’une sage-femme, de soignant.e.s, d’étudiant.e.s, d’enseignantes et s’intéressent au travail domestique, militant, politique et artistique.

Sélection des films en compétition – Filmer le travail 2023

La mine fait son cinéma

Du 25 juin 2022 au 29 mai 2023.
L’exposition temporaire La mine fait son cinéma est accessible aux dates et horaires d’ouverture du musée.
Le Centre est ouvert tous les jours sauf du 1er au 31 janvier, les 1er mai et 25 décembre.

Quand les frères Lumière ont lancé l’aventure du cinéma à la fin du XIXème siècle, imaginaient-ils que la mine et les mineurs y tiendraient l’un des premiers rôles ? En effet, dès 1905, Ferdinand Zecca tourne Au pays noir et inaugure la longue saga de la mine au cinéma.

L’abondance de films miniers montre l’intérêt des réalisateurs, mais aussi celui du public, pour un monde souvent inaccessible. À travers différents genres comme la comédie, le documentaire, le drame ou l’animation, le cinéma place sous les feux des projecteurs l’histoire de ceux qui, chaque jour, affrontent le danger pour extraire le charbon du sous-sol. Émile Zola avait fait de Lantier et des personnages de Germinal les héros de son roman et les trois adaptations cinématographiques de Capellani (1913), d’Allégret (1963) ou de Berri (1993) leur offrent un visage et leur donnent vie.

Qu’elle constitue le décor, le sujet principal ou le cadre d’une histoire, la mine a marqué le monde du cinéma durant tout le XXème siècle et l’inspire encore aujourd’hui. Des réalisateurs de tous continents inscrivent cet univers dans leurs scénarios et parmi eux, les entreprises figurent au générique. En effet, par le biais de publicités, de courts-métrages ou de films d’entreprise, les Houillères utilisent le cinéma pour valoriser leur savoir-faire et leur production.

Avec l’exposition La mine fait son cinéma, le Centre Historique Minier déroule le tapis rouge à ce sujet et propose un tour d’horizon des liens qui unissent la mine au cinéma.

Cette exposition s’accompagne de plusieurs événements organisés notamment pour l’anniversaire des dix ans de l’inscription du Bassin minier sur la Liste du Patrimoine mondial.

Centre Historique Minier
Musée de la mine du Nord Pas de Calais – Centre d’archives – Centre de culture scientifique de l’énergie

Fosse Delloye
Rue d’Erchin – CS 30039
59287 Lewarde
France
Téléphone : (33) 03 27 95 82 82
Fax : (33) 03 27 95 82 83
Email :
contact@chm-lewarde.com

Les ouvrières de la mondialisation

 

En partenariat avec l’Institut du monde arabe de Tourcoing (IMA) et Les Archives Nationales du Monde du Travail (ANMT).

Ce Cabaret de l’Union interrogera la place des femmes dans la société, particulièrement dans certaines formes d’emploi régies par l’exploitation économique à l’ère de la mondialisation. Les femmes sont à la fois “bénéficiaires” de cette mondialisation, par la modification des rapports économiques et sociaux qu’elle entraîne, mais aussi victimes car elle engendre la pauvreté touchant davantage les femmes. La mondialisation a pour conséquence au Sud, l’ouverture de nouveaux débouchés par la délocalisation ou l’instauration de zones franches où les conditions de travail y sont bien souvent indécentes… Le prisme réaliste sera traité à partir d’un film de fiction très ancré dans le quotidien des « femmes crevettes » de Tanger au Maroc, et un prisme plus symbolique à partir d’une vidéo art dont la forme esthétique joue avec les codes de la pression économique.

19H : FILM Sur la planche, 110’ Maroc, 2011
Réalisation : Leïla Kilani

Tanger – Aujourd’hui, quatre jeunes femmes de vingt ans travaillent pour survivre le jour et vivent la nuit. Toutes quatre ouvrières, elles sont réparties en deux castes : les textiles et les crevettes. Leur obsession : bouger. “On est là” disent-elles. De l’aube à la nuit la cadence est effrénée, elles traversent la ville. Temps, espace et sommeil sont rares. Petites bricoleuses de l’urgence qui travaillent les hommes et les maisons vides. Ainsi va la course folle de Badia, Imane, Asma et Nawal…

21H : VIDEOS ART Boussa from the Netherlands, 19’, 2017
Réalisation : Bertille Bak

Le film décrit le quotidien d’ouvrières dans une usine de décorticage de crevettes au nord du Maroc. Pêchés et vendus aux Pays-Bas, les crustacés sont conditionnés au Maghreb, où le coût de la main-d’œuvre est moindre. Ces travailleuses de l’ombre sont payées au poids de crevettes.
Et autre surprise…

21H20 : ECHANGES
En présence de Clotilde Lemarchant, Directrice adjointe de la revue « Travail, Genre et Société, Professeure à l’Université de Lille, chercheuse au Centre Lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH)

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Archives Nationales du Monde du Travail
78 Boulevard du Général Leclerc,
59100 Roubaix

La cinquième édition de la biennale Usimage à Creil

Du 15 avril au 11 juin 2023, Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel et du travail, aborde la double thématique de l’énergie et de la métallurgie à travers une programmation de 11 expositions en plein air réparties sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette 5ème édition s’attache à revisiter des fonds photographiques méconnus, tout en poursuivant un soutien marqué à la création contemporaine et aux jeunes talents qui se confrontent à une expérience artistique au cœur des entreprises. Usimages poursuit également ses collaborations internationales qui permettent à la biennale de développer une ouverture sur le monde.

Avec les travaux de Jean POTTIER , Céline CLANET, Françoise HUGUIER, Elliott VERDIER, Michel SÉMÉNIAKO, Pauline PASTRY et Emma RIVIERA, en résidence en entreprise, Rocco RORANDELLI, carte blanche avec le festival Photolux, la carte blanche avec Les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie et des œuvres issues des fonds photographiques de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium, de l’Atelier Pasquero et des Archives du monde du travail à Roubaix.

 

Klinê. Territoires du soin. Des CHU à la recherche de leur patrimoine immatériel

Pour mettre en lumière la culture et les valeurs de l’hôpital public, les CHU de Rouen, Angers et Caen se sont mis en recherche de leur patrimoine culturel immatériel. Cette exposition inaugure la sortie de l’ouvrage retraçant cette quête, Klinê. Territoires du soin, paru aux Éditions 303.
Du 17 octobre au 18 décembre 2022
Dans la cour d’honneur du Conseil régional de Normandie,
Abbaye aux Dames de Caen
Entrée gratuite

Entre 2014 et 2019, les CHU de Rouen, Angers et Caen se sont mis en quête de leur « patrimoine culturel immatériel ». Cette recherche visait à reconnaître le sens des pratiques soignantes. Il s’agissait de mettre en lumière les valeurs et la culture de l’hôpital public et de répondre ainsi aux souffrances des soignants en proie à un sentiment de dévalorisation.

Cette exposition est le fruit de cette investigation. Interrogeant la dimension sensible des pratiques hospitalières, elle fait plonger dans l’enquête ethnographique au cours de laquelle Christophe Halais et Yann Leborgne ont été accueillis dans les services de soins. Ils ont rencontré des soignants, les ont écoutés et photographiés dans leur quotidien.
Cette expérience montre que, dans les hôpitaux, les êtres humains ne luttent pas seulement contre les pathologies qui les assaillent sur les plans physique et biologique. Ils combattent également pour sauvegarder une éthique du soin et l’accueil de tous. Les communautés hospitalières, éprouvant l’humanité jusque dans ses limites les plus extrêmes, parfois tragiques, se révèlent porteuses de puissants
ressorts symboliques qui concourent à leur étonnante capacité à se dépasser et à,surmonter les moments les plus critiques. Ce travail souhaite leur rendre hommage.


Liens
Vers l’exposition : https://www.normandie.fr/exposition-kline-territoires-du-soin
Vers le livre : https://www.editions303.com/le-catalogue/kline-territoires-du-soin/

Départ d’usines 1970-1990 : les photo reporters nantais racontent

A Nantes une belle exposition photo qui allie photojournalisme, histoire industrielle et mémoire ouvrière.

DU MARDI 27 SEPTEMBRE AU SAMEDI 19 NOVEMBRE 2022
OUVERT DU MARDI AU SAMEDI DE 12H À 18H30

GRATUIT

Nantes, à partir des années 1970 et 1980 : crises pétrolières, internationalisation des groupes industriels, fermetures d’usines, luttes sociales mémorables comme celles incarnées par “les filles de Chantelle” ou “les gars de la navale”… En deux décennies, l’identité maritime et industrielle de Nantes se dilue dans le paysage et la ville s’engage dans une métamorphose tertiaire et culturelle.

Une profession, celle des photojournalistes, a enregistré ces mutations. Pour la presse locale ou nationale, ils ont pris des photos sur le vif, traitées dans l’urgence. Patiemment, méthodiquement, ces témoins du quotidien ont documenté le départ des entreprises du centre-ville et ses conséquences. Leurs images font revivre cette page emblématique de l’histoire locale, constitutive d’un patrimoine appartenant à tous, anciens Nantais comme nouveaux arrivants.

Organisée principalement autour du travail d’Hélène Cayeux (AFP, Ouest-France), de Jean-Noël Thoinnet, de Jacky Péault (Presse Océan) et de Gilles Luneau (Gamma), l’exposition présente près de deux cents photographies mêlant des originaux d’époque, des reproductions contemporaines réalisées à partir de numérisations, des grands formats, ainsi que la fabrication d’une photo de presse.

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION
VERNISSAGE : 6 octobre à 18h30
VISITES GUIDÉES : tous les samedis à 15h
MÉMOIRE D’UN QUARTIER OUVRIER, LES BATIGNOLLES : 8 octobre à 18h
CINÉ-DÉBATS AU CINÉMATOGRAPHE : 19 octobre et 20 octobre à 20h30
ATELIERS ENFANTS : 26 et 27 octobre de 14h30 à 17h
ÉCOUTE DE PODCASTS : 10 novembre à 18h30
TABLE RONDE : 17 novembre à 18h30

Exposition en partenariat avec LA RUE DE LA GRUE NOIRE et avec le soutien du Centre d’histoire du travail (CHT), présentée dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise (QPN, du 21 octobre au 19 novembre). LA RUE DE LA GRUE NOIRE est une série d’événements autour de la photo et du patrimoine industriel nantais, produits par l’association Nantes en noir et blanc.

festival-qpn.com
nantesennoiretblanc.org
cht-nantes.org

Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail

Dans les états généraux du documentaire à Lussas, qui se tiennent cette année du 21 au 27 aout dans ce petit village de l’Ardèche, on retiendra entre autres un séminaire intitulé du politique au poétique (24 et 25 aout) interrogeant les formes documentaires autour du travail et dans lequel interviendrons notamment Leslise Kaplan et Nicolas Hatzfeld, un membre du comité de rédaction de la revue ITTI.

 

Continuer la lecture de Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail

Cet été à nantes, La mémoire ouvrière est à l’honneur

Sur les quais de Nantes, les photos s’affichent en grand format (jusqu’à 20 m2). Elles racontent le passé industriel de Nantes avec ce projet de la rue de la grue noire dans le Bas-Chantenay.  Ce projet audiovisuel de valorisation du passé industriel et ouvrier de Nantes a été initié par l’association Nantes en noir et blanc, dont un des fondateurs est Xavier Nerrière, un ami de la revue ITTI.

La rue de la grue noire s’adresse à la fois aux Nantais de longue date sensibles à la mémoire ouvrière, aux nouveaux habitants souhaitant découvrir l’histoire locale et à tous les amoureux de photographie. 

Tout démarre avec une exposition de photos grands formats installées à l’aplomb des quais et visibles depuis la Loire. En tout, une vingtaine de reproductions signées Hélène Cayeux, Victor Girard, Jean-Noël Thoinnet… composent une évocation de l’activité industrielle et portuaire de la ville et permettent une approche du Bas-Chantenay dans ce qu’il a de particulier : son accès à l’eau et les industries qui l’entourent. 

Cette première exposition est accompagnée des récits de l’auteur et metteur en scène Hervé Guilloteau.  Il s’agit de fictions sociales qui constituent un ensemble sonore de quatorze podcasts réalisés par le musicien Federico Pellegrini. Les photos sont accrochées le long des quais entre la gare maritime et la Little Atlantique Brewery. Leurs légendes sont à découvrir sur les bateaux des lignes Navibus 1 et 2. 

En scannant les flash codes situés aux embarcadères et sur les Navibus, les passagers pourront écouter les podcasts. Ou encore directement sur le site internet de la rue de la grue noire. https://nantesennoiretblanc.org/podcasts/ 

Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

La Fondazione MAST présente la Collection MAST – Un Alphabet Visuel de l’Industrie, du Travail et de la Technologie ; la première exposition d’œuvres sélectionnées dans la collection de la Fondation montrant plus de 500 œuvres, dont des photographies, des albums et des vidéos de 200 grands photographes italiens et internationaux, ainsi que des artistes anonymes, organisée par Urs Stahel. L’exposition, qui puise dans la collection de plus de 6 000 images de la Fondation MAST, agit comme un témoignage visuel de l’histoire du monde de l’industrie et du travail.

Compte tenu de sa complexité, l’exposition est divisée en 53 chapitres consacrés aux nombreux concepts illustrés dans les œuvres présentées. L’exposition prend la forme d’un alphabet qui se déploie sur les murs des trois espaces d’exposition (PhotoGallery, Foyer et Niveau 0 de la Fondazione MAST), elle met en lumière un système conceptuel qui va de A pour Abandoned et Architecture à W pour Waste, Water, Wealth (déchets, eau, richesse).

Continuer la lecture de Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

Quand le théâtre entre en résistance

La souffrance d’un forestier confronté à des exigences de productivité est le point de départ de ce spectacle hybride et iconoclaste. 
Comment protéger son beau travail lorsqu’il est confronté à des logiques comptables ? 
Entre contradictions et résistances, parviendra-t-il à se préserver ? 

Les pièces de théâtre qui évoquent la souffrance au travail ne sont pas si nombreuses. Plus rares encore sont celles qui font monter sur les planches un spécialiste de ces questions ! 

Le 03 mai à 20h15, au théâtre des quatre saisons à Gradignan (33) la compagnie La Mouline présente l’entrée en résistance avec Jean-Pierre Bodin, Alexandrine Brisson et Christophe Desjours.

A partir de cette situation singulière, chacun sera libre de reconnaitre les paradoxes dans son propre travail.

La représentation sera suivie d’un débat citoyen, animé par Alain Garrigou, président de l’ETHNA.(L’Etabli Du Travail Humain en Nouvelle-Aquitaine)

À Nantes, des initiatives originales associant Photographie, patrimoine industriel, mémoire ouvrière et création contemporaine

À la fois entrée de ville, zone économique et commerciale majeure, et espace urbain à part entière, l’appellation « route de Vannes » recouvre un périmètre imprécis situé aux limites de trois communes, Orvault, Saint-Herblain et Nantes, suivant une ligne de crête entre la vallée de la Chézine et la vallée du Cens. Son parcours est ponctué de deux édifices remarquables, d’une part l’église Sainte-Thérèse, construction massive en briques rouges, sur un plan Roman-Byzantin unique à Nantes, et de l’autre l’immeuble du Sillon de Bretagne avec sa forme pyramidale reconnaissable entre toutes. Cet espace singulier et atypique, souvent décrié, en apparence longtemps oublié des projets de planification urbaine, constitue un « écosystème » qui fait l’objet aujourd’hui de nombreuses études et pourrait servir de laboratoire de la ville de demain.

Foire aux animaux sur la place Viarme, à Nantes, vers 1900. © Archives de Nantes

Xavier Nerrière qui a déjà contribué à plusieurs reprise à la revue Images du Travail, Travail des Images nous propose deux idées de balade à Nantes, l’une virtuelle, l’autre en navibus. 

Le site internet de Voyage route de Vannes s’est enrichi d’un nouvel article sur le quartier de Plaisance, à Orvault. Une tranche d’histoire populaire, le long de la route de Vannes qui devrait bientôt être complétée d’un texte consacré au Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain : http://www.routedevannes.com/thematique/plaisance/ 

Et une visite en navibus, sur la ligne entre le hangar à bananes et le Bas-Chantenay. Nantes en noir et blanc (NNB, dont il fait partie) expose, sur un des quais des anciens chantiers Dubigeon, une photographie réalisée par Jean-Noël Thoinnet de la Turmelière (photographe de Presse-Océan) en 1987. À partir d’un négatif 24/36, nous testons notre capacité à imprimer une image sur une bâche de très grand format (3 m x 4,80 m). Cet essai préfigure le projet intitulé “Tu vois, je n’ai pas oublié” qui se développera à partir du printemps.

Le travail qui vient

Du 4 mai au 22 juin, chaque mardi soir à PointCulture Bruxelles et en direct sur les réseaux sociaux,  L’association nosfuturs.net nous invite à réfléchir ensemble aux ressorts de la numérisation accélérée qui bouleverse nos habitudes et imaginaires du travail : coursier·es, cinéastes, journalistes, chercheur·ses, professeur·es et étudiant·es partageront leurs pistes de réflexion et scénarios de nos futurs au travail. Au programme, conférences, films de nosfuturs.net, pod cast, débats…

Déployée sur 2 ans, la thématique « Le travail qui vient » portera en 2021-2022 sur l’atomisation du travail (VOLET 1) et en 2022-2023 sur les organisations collectives du travail (VOLET 2).

Continuer la lecture de Le travail qui vient

La troisième édition du festival du cinéma des utopies réelles

Ce jeune festival de médiation culturelle est organisé par un laboratoire de recherche, le LISIS , Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés. La troisième édition, entièrement en ligne, COVID oblige, est consacrée au travail, notamment numérique.

Avec quatre films, chacun suivi d’une table ronde rassemblant un.e chercheur.se, un.e acteur.rice de terrain et le.la réalisateur.rice, la 3ème édition du Festival du Cinéma des Utopies Réelles propose d’aborder la question de l’avenir du travail, entre utopies, injonctions managériales et expérimentations en cours.

Continuer la lecture de La troisième édition du festival du cinéma des utopies réelles