Archives de catégorie : Critiques cinéma

LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Long métrage de Philippe Le Guay, France, 2011, 106 minutes

Dans Les femmes du sixième étage, Philippe Le Guay interroge le travail de femme de ménage. Le réalisateur nous donne à voir l’histoire de la famille Joubert, laquelle réside dans un grand immeuble parisien. En l’année 1962, les Joubert embauchent Maria (Natalia Verbeke) – jeune immigrée espagnole – comme nouvelle bonne en remplacement de leur domestique bretonne Germaine (Michèle Gleizer), démissionnaire.

Figure 1 : Maria servant son œuf-coque à Monsieur Joubert.

Continuer la lecture de LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Bouquet Final, un film de Michel Delgado, 5 novembre 2008, Comédie Française, Gaumont Distribution, 101’. Avec Bérénice Béjo, Didier Bourdon, Gérard Depardieu, Valérie Bonneton, Marc-André Grondin et Michel Galabru

 

Bouquet Final, comédie réalisée en 2008 par Michel Delgado, plonge le spectateur dans le monde funéraire. Fraîchement recruté comme directeur commercial Paris d’une grande entreprise américaine de pompes funèbres, le jeune Gabriel (Marc-André Grondin) doit d’abord réaliser un stage de terrain de trois mois auprès de l’acariâtre et expérimenté Gervais Bron (Didier Bourdon). Réticent et n’assumant pas son nouveau travail, il décide de faire croire à ses parents (Gérard Depardieu, Marthe Keller) et à Claire (Bérénice Béjot), sa nouvelle compagne, qu’il est musicien. Cependant les choses se compliquent lorsque Gabriel vend des obsèques d’une grande valeur à un certain monsieur Froissard (Michel Galabru) qui se révèle être le grand-père de Claire… Derrière l’humour noir dévastateur et les situations grinçantes se dessine un portrait assez précis du secteur si particulier des pompes-funèbres. Le spectateur découvre les différentes facettes du métier de « croque-mort » allant de la vente des cercueils, à la participation aux enterrements en passant par les nombreuses tâches administratives ainsi que la mise en beauté des défunts. Le contact proche avec les cadavres n’a pas été omis par Delgado et se révèle être un des ressorts principaux du film comme l’illustre la scène de la première toilette mortuaire qui met si mal à l’aise Gabriel. De même lorsqu’il est confiné avec le cadavre dans l’ascenseur, Gabriel est pris d’une peur panique face à ce contact charnel.

Figure 1: Affiche du film

Continuer la lecture de Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : « Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet ».

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Continuer la lecture de Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Continuer la lecture de Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

Le travail du metteur en scène

La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski avec Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, France, 95’, 2013

A l’origine, La Vénus à la Fourrure est un roman allemand écrit par Leopold von Sacher-Masoch en 1870, auteur qui donnera son nom au sadomasochisme. Il fut adopté au théâtre, puis au cinéma par Roman Polanski. C’est cette dernière adaptation que nous allons étudier. L’intrigue du film est centrée autour d’une audition que doit faire passer Thomas Novacek (interprété par Mathieu Amalric), adaptateur et metteur en scène, à Wanda Jourdain (interprétée par Emmanuelle Seigner), une comédienne. Il s’agira dans cette note d’étudier les représentations du travail de metteur en scène et d’adaptateur (les deux se rejoignant dans le personnage de Thomas Novacek) et les rapports qu’ils entretiennent avec le travail de comédien ou plutôt comédienne ici (Wanda Jourdain). Nous nous focaliserons sur le travail du metteur en scène en nous autorisant quelques observations sur le rôle de comédien. Avant de débuter, il est nécessaire de signaler que ce film n’est pas centré sur le travail de metteur scène en tant que tel. Le fait d’avoir un homme dans le rôle du metteur en scène/adaptateur et une femme en tant que comédienne auditionnée n’est pas anodin, le sexisme étant un sujet central du film.

Continuer la lecture de Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro

Un film réalisé par Léa Frazer,

avec Pio Marmai et Michael Lonsdale. France, 85’, 2014,

 produit par Reso Productions, Canal +.

Lien vers la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=kCj_lgoWPaw

Continuer la lecture de A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Continuer la lecture de Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Sélectionné dans le cadre de la compétition internationale de courts-métrages lors de la 37ème édition du festival Cinéma du Réel à Beaubourg, « San Siro », de Yuri Ancarani, nous projette au cœur du grand stade milanais.

1C’est une étonnante immersion dans l’un des principaux temples du football où s’opère ce rite moderne, avec ses prêtres, ses afficionados et ses dieux vivants. Pourtant, dans ce court métrage, Youri Ancarani ne s’intéresse guère aux pratiques sportives, ni même aux footballeurs millionnaires et au spectacle qu’ils offrent. Ce que montre le cinéaste italien, c’est ce qui précède l’événement, les coulisses du spectacle, ce qui est indispensable au déroulement du match : des kilomètres de câbles, des hectares de parkings, des centaines de marches, des milliers de supporters et surtout des dizaines de travailleurs avec chacun ses tâches, sa fonction, son savoir faire…  Continuer la lecture de SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Da Gong Lao Ban : Le Patron de l’usine

Long métrage, Chine, 2014. Producteur Zhang Min.  Directeur Photo : Lutz Reitemeier.  Distribution : Shendzhem  Huahao Cultural Media CO, en compétition mondiale, au Festival des Films du Monde de Montréal.  Cinéma impérial, le 25 aout 2014, à 14 heures.
Ce film a reçu le prix d’interprétation masculine pour le rôle tenu par l’acteur Yao Anlian qui dit de son personnage : «  C’est un entrepreneur qui poursuit son rêve et il sait prendre ses responsabilités. Mais il est forcé de devenir méchant en raison de la crise. En réalité, c’est un bon gars. »

le patron de l'usine (4)

Thème : Une jeune journaliste infiltre une usine de fabrication de poupées, dirigée par un certain Lin Dalin, et elle enquête sur les conditions de travail apparemment désastreuses.

le patrond e l'usine (2)

La crise de 2008 a un impact sur les usines chinoises de fabrication de jouets qui par centaines ferment leurs portes. Les employés sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail, et une journaliste, l’actrice Tang Yan, veut dénoncer les méthodes  du patron.

le patrond e l'usine (3)
Ce qui est intéressant c’est que le gouvernement chinois ait laissé sortir un tel film, mais le producteur explique « L’économie de la Chine a repris de l’énergie depuis 2008, donc on peut montrer les problèmes, et le film a passé les étapes de la censure qui a approuvé le scénario ».

Accompagné de ses deux acteurs principaux (Yao Anlina et Tang Yan) le producteur explique qu’il a  déjà produit le héros Chengong en 2000, et en 2011 Shadow.  Il attend assez sereinement le jugement du public chinois qui verra le film en octobre.

Ginette Francequin

Le pendule de Costel

Le Pendule de Costel, Pilar Arcila, 2013, Kamatomi film, 68mn

Costel est un Rom mais, est-ce crédible, il n’est ni criminel, ni violent, ni maffieux. Il a une femme, des cousins et des copains qu’il a rencontrés à l’occasion de ses voyages à l’ouest : « on s’est connus et on s’est regroupés en France car on avait peur avec tous ces vagabonds ». Avec sa famille élargie, il sillonne l’Europe pour survivre depuis que la chute de Ceausescu a coupé le principal revenu des communautés Rom en Roumanie, des petits boulots sous payés et peu considérés dans les fermes collectives d’État. Le pendule c’est les mouvements réguliers qu’effectue la communauté entre France, Suisse et Roumanie au gré des politiques nationales et européennes. Marseille où il est encore possible de fouiller les poubelles à la recherche d’objets et de métaux revendables et de s’abriter dans des squats que la politique de modernisation rapide de la ville laisse un moment accessibles. Lausanne où la mendicité rapporte bien mais où il faut trop souvent dormir au froid dans les rues, faute de places dans les centres d’accueil d’urgence. Manarade, petit village de Transylvanie avec ses maisons colorées et insalubres où grâce à l’argent envoyé de France et de Suisse vivent les enfants élevés par les grands-parents.

Continuer la lecture de Le pendule de Costel