Archives par mot-clé : bande dessinée

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Deux billets précédents soulignent l‘intérêt croissant de la bande dessinée pour aborder le travail, l’activité professionnelle ou le métier présentés tantôt comme contrainte, tantôt comme vocation. Non seulement les scénaristes et les graphistes qui s’intéressent à ces questions sont de plus en plus nombreux mais surtout ils développent souvent un point de vue original mêlant une documentation précise et détaillée, et un regard personnel, singulier, intimiste.

Ce point de vue, que l’on peut qualifier d’engagé au sens fort du terme, a été construit en général de manière longue et progressive. Nous avons vu dans les précédents billets plusieurs voies d’acquisition. Dans l’enfance, lorsque le métier et l’entreprise sont un héritage familial qui peut s’avérer encombrant à l’âge adulte, comme le montre le dessinateur de presse Aurel dans La menuiserie. Dans la phase d’entrée dans la vie active où les difficultés de se faire un nom dans les métiers de la bande dessinée impliquent bien souvent des activités professionnelles vivrières que ce soit l’intérim, les petits boulots ou toutes sortes de minijobs… Dans les luttes, lorsque la bande dessinée participe au combat et permet de souder le collectif (Louis Theillier, Journal de bord d’une entreprise en lutte). Ou encore, de manière plus volontariste, lorsque l’auteur se fait embaucher dans une profession pour pouvoir en rendre compte de l’intérieur (Kazuta Tatsuta, Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F). Ce point de vue original peut aussi être obtenu par la mise en images d’un récit biographique sur le travail ; Ma vie est un best-seller est ainsi le produit d’une rencontre entre Aurélia Aurita, dessinatrice et Corinne Maier, écrivaine à succès… Ou encore Putain d’usine, qui est l’adaptation graphique par Efix du roman éponyme de Jean Pierre Levaray.

Ces cas de figure n’épuisent pas les différentes manières de construire un point de vue à la fois intimiste et documenté sur le travail. Comme le montre ce troisième billet, ce peut être le résultat d’un long travail d’observation, s’inscrire dans un processus de reconversion professionnelle dans les métiers de la bande dessinée ou à l’inverse s’inspirer d’une vocation, d’un métier rêvé d’enfance ou d’adolescence qui n’a pas pu être atteint.

Observation participante et/ou participation observante.

Depuis 2017, Philippe Squarzoni, plutôt connu pour ses bandes dessinées politiques, publie chez Delcourt, une série documentaire, Homicide. Une année dans les rues de Baltimore, retraçant, avec une précision et une chronologie aussi fidèles que possible, le fonctionnement de la brigade criminelle de cette ville qui compte alors 240 meurtres par an et est l’une des plus pauvres des USA : tome 1, 18 janvier – 4 février 1988 ; tome 2, 4 février – 10 février 1988 ; tome 3, 10 février – 2 avril 1988. David Simon, reporter au Baltimore Sun, a passé toute l’année 1988 au sein de cette brigade et en a tiré en 1992 un roman documentaire, A year on the killing street, qui raconte avec précision et de nombreux détails techniques le quotidien de la police d’investigation. Cette longue observation participante propose un regard renouvelé sur les services de police et de justice, qui sont débordés par les affaires de drogue et souffrent d’un manque patent de moyens matériels…  Et ceci dans un contexte politique de relégation des pauvres, principalement d’origine africaine et latino-américaine, dans des ghettos insalubres et de dégradation vertigineuse de l’école publique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Techniques du dessin et travail cinématographique (archives)

Appel à proposition d’articles pour le numéro n° 9 (janvier 2020) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Jean-Paul Géhin, Jean-Marc Leveratto et Gwenaële Rot

Ce numéro vise à interroger la place et le rôle du dessin dans le processus de production cinématographique de films de fiction comme de films documentaires. Il s’agit d’analyser tous les rapports existant, sans se focaliser sur le cinéma d’animation, entre le dessin et le cinéma, sur la base d’observations précises et concrètes des usages du dessin dans la production cinématographique et sa communication commerciale.

Continuer la lecture de Techniques du dessin et travail cinématographique (archives)

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Quand la bande dessinée rencontre les bouilleurs de cru

BD-laBouille-couvAutour de l’album de Troubs, La Bouille (Rackham, 2012) : lecture, spectacle, rencontre, débat, exposition, dans le cadre de la biennale de la lecture en Poitou-Charentes.  Ces trois rencontres organisées avec l’auteur et un bouilleur de cru permettront d’évoquer une tradition sur le point de disparaître et le BD reportage.

 

Renseignements sur le site de la Biennale de la lecture ou sur celui la Cité de la bande dessinée.

Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire

Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.
Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.

Sébastien Marnier (scénario et couleurs) et Élise Griffon (dessin et scénario) ont co-réalisé cette bande dessinée, d’abord hébergée sous forme d’un blog hébergé par Libération. Elle a été publiée par les éditions Delcourt, face au succès rencontré (plus d’un million de clics) auprès d’un public jeune qui y retrouve son expérience des petits boulots.

Continuer la lecture de Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire

Albums. Des histoires dessinées entre ici et ailleurs : Bande dessinée et immigration 1913-2013

 

album entete2
Albums. Des histoires dessinées entre ici et ailleurs, de Marie V., Ollivier G., dir. Futuropolis, 2013, 190p.

Albums c’est le titre d’une exposition du musée de l’histoire de l’immigration qui se déroule du 16 octobre 2013 au 27 avril 2014. C’est aussi le catalogue de cette exposition dirigé par Vincent Marie et Gilles Ollivier, publié par les éditions Futuropolis. Alors que l’immigration continue à alimenter les débats nationaux, il est bon de rappeler l’histoire étroite et multiforme entre le neuvième art et les mouvements migratoires intenses, structurants et souvent liés au travail, qui se sont accélérés durant les dernières décennies.

Continuer la lecture de Albums. Des histoires dessinées entre ici et ailleurs : Bande dessinée et immigration 1913-2013