Archives par mot-clé : documentaire

Un nouveau festival de cinéma documentaire sur les paysans en Ardèche Du 27 janvier au 05 février 2023

 

L’agriculture est depuis toujours au cœur des choix de société de par sa

nécessaire vocation à produire l’alimentation pour les populations. Les paysan.nes
et les ouvrier.es agricoles en sont ainsi les garants.
S
’adapter à un environnement qui change rapidement, lutter contre le
réchauffement climatique, produire pour assurer la souveraineté alimentaire
permettant à chacun.e d’accéder à une alimentation de qualité, préserver le vivant et la biodiversité, entretenir les paysages, garder actifs les territoires ruraux…
 
L’agriculture est confrontée à de nombreux défis. En Ardèche, l’agriculture est riche de sa grande diversité de productions et de la
modernité de ses paysan.nes qui en ont fait une agriculture pionnière dans les
filières de qualité et la relocalisation des productions via les circuits courts ; la recherche d’autonomie et l’adaptation aux ressources de nos territoires.
 
À travers ce festival, les paysan.nes de la Confédération paysanne vous proposent de venir à leur rencontre dans différents lieux du département au gré de 9 projections de films et documentaires autour de thématiques agricoles et alimentaires. Ces projections seront suivies d’échanges avec les paysan.nes organisé.es en groupes locaux pour chaque territoire.

Ce festival nous permet également de faire le lien entre notre milieu agricole et le
milieu de la culture, via les cinémas qui nous accueillent et les associations de projections itinérantes, permettant au plus grand nombre d’avoir accès à ces évènements culturels.
 
Programme complet de la première édition.
https://conf07.files.wordpress.com/2023/01/depliant-festival-du-film-2023-vf.pdf
 

Séminaire images du politique et politiques de l’image en méditerranée

Projection du film « Marseille. Phocée contre fossés » et débat avec les réalisateurs Ahmed Nadjar et Vincent Geisser à  La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, le jeudi 12 janvier 2023 de 16h à 18h dans le Grand amphithéâtre

C’est un changement d’ère politique que raconte ce film, retraçant un héritage municipal de plus de vingt-cinq ans à partir d’images d’archives, de séquences tournées durant la bataille électorale pour la conquête de la mairie en 2020 et de témoignages d’anonymes et de personnalités locales. Ce film n’est pas simplement un documentaire politique et électoral : il retrace l’histoire vivante de Marseillaises et de Marseillais ordinaires et extraordinaires, confrontés aux réalités d’une des villes les plus pauvres de France mais animés aussi par des espoirs, des utopies et des rêves qui leur permettent de survivre et de « tenir ensemble ».

Discussion avec les réalisateurs introduite par Pascal Cesaro, chercheur en cinéma (AMU/Prism,) et par Cesare Mattina, sociologue, (AMU/Mesopolhis)

Une séance organisée dans le cadre du séminaire inter-laboratoires de la MMSH

Images du politique et politiques de l’image en Méditerranée (IPPI Med)
Coordination : Ph. Aldrin (Mesopolhis), P. Cesaro (Prism), P. Fournier (Mesopolhis), V. Geisser (Iremam)

 

MMSH
5, rue du Château de l’Horloge.
Aix-en-Provence

Les ouvrières de la mondialisation

 

En partenariat avec l’Institut du monde arabe de Tourcoing (IMA) et Les Archives Nationales du Monde du Travail (ANMT).

Ce Cabaret de l’Union interrogera la place des femmes dans la société, particulièrement dans certaines formes d’emploi régies par l’exploitation économique à l’ère de la mondialisation. Les femmes sont à la fois “bénéficiaires” de cette mondialisation, par la modification des rapports économiques et sociaux qu’elle entraîne, mais aussi victimes car elle engendre la pauvreté touchant davantage les femmes. La mondialisation a pour conséquence au Sud, l’ouverture de nouveaux débouchés par la délocalisation ou l’instauration de zones franches où les conditions de travail y sont bien souvent indécentes… Le prisme réaliste sera traité à partir d’un film de fiction très ancré dans le quotidien des « femmes crevettes » de Tanger au Maroc, et un prisme plus symbolique à partir d’une vidéo art dont la forme esthétique joue avec les codes de la pression économique.

19H : FILM Sur la planche, 110’ Maroc, 2011
Réalisation : Leïla Kilani

Tanger – Aujourd’hui, quatre jeunes femmes de vingt ans travaillent pour survivre le jour et vivent la nuit. Toutes quatre ouvrières, elles sont réparties en deux castes : les textiles et les crevettes. Leur obsession : bouger. “On est là” disent-elles. De l’aube à la nuit la cadence est effrénée, elles traversent la ville. Temps, espace et sommeil sont rares. Petites bricoleuses de l’urgence qui travaillent les hommes et les maisons vides. Ainsi va la course folle de Badia, Imane, Asma et Nawal…

21H : VIDEOS ART Boussa from the Netherlands, 19’, 2017
Réalisation : Bertille Bak

Le film décrit le quotidien d’ouvrières dans une usine de décorticage de crevettes au nord du Maroc. Pêchés et vendus aux Pays-Bas, les crustacés sont conditionnés au Maghreb, où le coût de la main-d’œuvre est moindre. Ces travailleuses de l’ombre sont payées au poids de crevettes.
Et autre surprise…

21H20 : ECHANGES
En présence de Clotilde Lemarchant, Directrice adjointe de la revue « Travail, Genre et Société, Professeure à l’Université de Lille, chercheuse au Centre Lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH)

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Archives Nationales du Monde du Travail
78 Boulevard du Général Leclerc,
59100 Roubaix

Un documentaire sur le travail d’une peintre

Dans le cadre du cycle Filmer l’intime des Mardis Cinéma, le mardi 13 décembre à 17h, à l’Auditorium de l’Humathèque Condorcet (Espace Françoise Héritier), le  documentaire Marjatta l’Éblouie de Corinne Fortier (2017 – 52 min) sera projeté.

Ce documentaire de création fait de peinture et de couleurs dessine le portrait intimiste d’une femme artiste, Marjatta Taburet, peintre et céramiste d’origine finlandaise devenue une référence « bretonne » dans le patrimoine artistique local. Marjatta a suivi les traces de femmes artistes finlandaises pionnières à l’époque comme Helene Schjerfbeck. Elle explore les sources inconscientes de sa création, sa compatibilité avec sa propre maternité, et reconstruit par bribes l’histoire même de son origine. Elle formera, avec son mari, Jean-Claude Taburet, céramiste ayant également travaillé pour la faïencerie Henriot à Quimper, un couple d’artistes ayant réussi, ce qui est exceptionnel dans l’histoire de l’art, à collaborer tout en développant leur propre style. Après ce portrait filmique, Marjatta ressaisira à sa manière le miroir qui lui a été tendu, pour peindre son premier autoportrait à 85 ans, « avant de devenir vieille ».

La projection sera suivie d’un échange avec la réalisatrice Corinne Fortier, anthropologue, chargée de recherche au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (CNRS-EHESS) et Jacques Lombard (réalisateur et anthropologue, membre du conseil scientifique de ITTI). Il se conclura par un verre de l’amitié.

La présentation de la séance et le programme sont en ligne.

Les sociologues au travail

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, un couple de sociologues, qui a largement contribué à rendre légitime l’étude de la grande bourgeoisie, des riches, des classes dominantes sont au cœur du documentaire À demain mon amour (2022, 1h32mn). Bien qu’à la retraite du CNRS, ils continuent leur travail de terrain et analysent les inégalités sociales, notamment en cherchant à comprendre le mouvement des gilets jaunes. Pendant près de 5 ans, un jeune documentariste, Basile Carré-Agostini, les a suivis dans l’ensemble de leurs activités, des conférences en province au soutien des mouvements sociaux en passant par l’écriture, la lecture, les interviews et les différentes techniques d’enquête en sciences sociales.

C’est donc le travail des sociologues que nous donne à voir ce documentaire à l’image du film de Pierre Carles sur Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat (2001, 2h20mn, CP productions, actuellement en accès libre sur le site de la production : https://www.cp-productions.fr/la-sociologie-est-un-sport-de-combat/) ou encore celui en chantier, Bourdieu, le retour, en cours de réalisation par Pierre Carles et Annie Gonzalez.

Grace au sens de l’humour et de l’autodérision de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot, A demain, mon amour réussit à la fois à nous toucher, à déclencher des rires et à nous faire réfléchir. Il est vrai qu’ils n’hésitent pas à se mettre en scène tant dans les activités professionnelles que dans l’espace privé comme ils l’ont fait en bande dessinée avec Marion Montaigne (Riche, pourquoi pas toi, 2013, Dargaud, 133 pages). Cette mise en scène permet de traiter avec le même irrespect les chercheur.es que leur objet, les riches, et surtout elle renvoie à la méthode d’enquête utilisée, de type ethnographique. Comme ils le soulignent dans la préface de l’ouvrage « Les observateurs se retrouvent observés et peuvent, après coup, s’observer eux-mêmes, dans leur travail d’enquête. Juste retour des choses ! »

Ce positionnement est loin d’être unique et éclaire sans doute l’intérêt renforcé des sociologues depuis quelques années pour les autobiographies ou, pour le dire plus sociologiquement, l’auto-socio-analyse. C’est le cas de la dernière publication de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Notre vie chez les riches, mémoires d’un couple de sociologues, 2021, zones) ou encore plus récemment, de l’ouvrage de Gilles Moreau (S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s)d’un sociologue de province, 2022, La dispute, 198 pages) qui cherche à répondre à la question posée en quatrième de couverture : « Comment une origine rurale, un père garde champêtre, une mère sans diplôme et un militantisme post 68 fabriquent-ils un professeur de sociologie ? ».

 

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Journée d’études Films de recherche en Sciences sociales (archives)

Journée d’études organisée par la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS)

En partenariat avec l’association « Filmer le travail »

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour. Continuer la lecture de Journée d’études Films de recherche en Sciences sociales (archives)

Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Quoi de plus banal que ces marchands de fruits qui installent le temps d’une saison leur étal au bord des routes sous toutes les latitudes ? Quoi de plus exposé au regard des innombrables automobilistes qui sillonnent ces routes et négocient souvent âprement leur achat ? Quoi de plus invisible que ces travailleurs saisonniers qui semblent sans qualification et sans domicile ?

Photo 1

Continuer la lecture de Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Continuer la lecture de Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Sélectionné dans le cadre de la compétition internationale de courts-métrages lors de la 37ème édition du festival Cinéma du Réel à Beaubourg, « San Siro », de Yuri Ancarani, nous projette au cœur du grand stade milanais.

1C’est une étonnante immersion dans l’un des principaux temples du football où s’opère ce rite moderne, avec ses prêtres, ses afficionados et ses dieux vivants. Pourtant, dans ce court métrage, Youri Ancarani ne s’intéresse guère aux pratiques sportives, ni même aux footballeurs millionnaires et au spectacle qu’ils offrent. Ce que montre le cinéaste italien, c’est ce qui précède l’événement, les coulisses du spectacle, ce qui est indispensable au déroulement du match : des kilomètres de câbles, des hectares de parkings, des centaines de marches, des milliers de supporters et surtout des dizaines de travailleurs avec chacun ses tâches, sa fonction, son savoir faire…  Continuer la lecture de SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Le pendule de Costel

Le Pendule de Costel, Pilar Arcila, 2013, Kamatomi film, 68mn

Costel est un Rom mais, est-ce crédible, il n’est ni criminel, ni violent, ni maffieux. Il a une femme, des cousins et des copains qu’il a rencontrés à l’occasion de ses voyages à l’ouest : « on s’est connus et on s’est regroupés en France car on avait peur avec tous ces vagabonds ». Avec sa famille élargie, il sillonne l’Europe pour survivre depuis que la chute de Ceausescu a coupé le principal revenu des communautés Rom en Roumanie, des petits boulots sous payés et peu considérés dans les fermes collectives d’État. Le pendule c’est les mouvements réguliers qu’effectue la communauté entre France, Suisse et Roumanie au gré des politiques nationales et européennes. Marseille où il est encore possible de fouiller les poubelles à la recherche d’objets et de métaux revendables et de s’abriter dans des squats que la politique de modernisation rapide de la ville laisse un moment accessibles. Lausanne où la mendicité rapporte bien mais où il faut trop souvent dormir au froid dans les rues, faute de places dans les centres d’accueil d’urgence. Manarade, petit village de Transylvanie avec ses maisons colorées et insalubres où grâce à l’argent envoyé de France et de Suisse vivent les enfants élevés par les grands-parents.

Continuer la lecture de Le pendule de Costel