Archives par mot-clé : écologie

Pompoko, le récit d’une lutte contre le travail

Par Isao Takahata, produit par le studio Ghibli, sorti le 16 juillet 1994, 119 min

 

Par Hugo SAMSON

Pompoko est-il un film sur le travail ? A priori, la présence des tanukis conduit à répondre non à cette question : en effet, ces esprits qui sont capables de se métamorphoser, qui habitent les forêts du folklore mythologique japonais et qui protègent leurs bois contre les êtres humains n’ont rien à voir avec le travail au sens sociologique. Mais en dehors de l’esthétique d’inspiration shintoïste, le récit et la figure de ce yōkai (type de créature surnaturelle et traditionnelle du Japon) ressemblant à des ratons-laveurs sont finement utilisés à des fins politiques. Le scénario traduit dans un langage enfantin les phénomènes d’urbanisation croissants qui réduisent les espaces habités par les créatures et provoque un exode rural. La ville de Tama, projet de construction partant « de zéro » (comprendre ici sans habitation humaine), conduit à la déforestation et la destruction du milieu de vie des tanukis, avec par exemple la canalisation des rivières et le rasage des reliefs pour produire des montagnes de terres dans le département voisin. Choquée par l’oubli de leur existence, cette population d’animaux magiques est alors confrontée à la lutte politique pour le droit à vivre sur leurs terres sacrées. Quelle place peut donc occuper le travail dans cette œuvre plaçant le vivant au cœur de son intrigue ?

Le travail face à l’environnement

Pour s’opposer à ces projets, ces derniers vont alors passer par différents stratagèmes qui échoueront la plupart du temps. En premier lieu, c’est par la casse des outils de chantier et des véhicules que les personnages chercheront à freiner la destruction de la nature. Rappelant le luddisme du début du XIXème siècle, l’historien E.P. Thompson a fait le récit d’artisans anglais, plus précisément les tondeurs de draps, les tisserands sur coton et les tricoteurs sur métier, allant casser les machines récemment installées dans de nouvelles usines qui dépossèdent ces artisans de leurs savoir-faire en produisant une concurrence économique intenable.  Cependant, il est malaisé de faire la comparaison entre luddites et tanukis, dans le sens ou c’est l’appropriation de la terre qui fait question et non les conditions de travail des créatures, qui sont en vérité très peu présentes dans le film. De même, à la différence des tanukis, il ne peut pas être considéré que l’économie morale qui a conduit leurs actions, c’est-à-dire « la production, la répartition et la circulation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social »[1] relève de la justification politique dans le sens où les notions employées par la classe ouvrière anglaise du début du XIXème siècle ne relevait pas de notions de bien public [2]. Au contraire, cette dimension politique était appuyée par les autorités nationales de l’époque et pouvait être renvoyée par la classe ouvrière pour se justifier du bien-fondé publique de leurs actions, de sorte que « les autorités étaient, en quelque sorte, prisonnières du peuple »[3]. Dès le début de Pompoko, la voix off explique que la croissance économique justifie l’établissement de la nouvelle ville et ses effets sur le territoire : « superficie totale : 3000 hectares. Population prévue : 300 000 habitants. Déforestation, rabotage des collines, liquidation des rizières et des maisons d’antan, création d’un nouvel espace totalement remodelé pour construire une ville-dortoir d’un nouveau type, tels étaient les axes de ce nouvel urbanisme. ». Dans cette perspective, le travail, c’est la transformation de l’espace par les autres.

Figure 1 : les véhicules de construction comparés à des insectes mangeant une feuille

Continuer la lecture de Pompoko, le récit d’une lutte contre le travail

Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma (Archives)

Comment sortir de l’écartèlement entre les prédictions catastrophistes et les dénis fervents ? Comment inventer des manières de vivre qui soient en même temps des façons de perdurer ? Voilà quelques-uns des chantiers qu’ouvre aujourd’hui la question écologique, et auquel le cinéma contribue à sa façon. Comment ? D’abord en constatant, en pointant. En faisant affleurer, d’une part, les traces d’un délabrement terrible dans sa patience même. D’autre part, en exposant la palette des réactions et propositions qui ne cessent de croître suite à ce qu’il faut bien appeler une prise de conscience. De ce point de vue, tous les cinémas peuvent être convoqués, depuis les blockbusters qui déclinent les scénarios de la fin du monde tout en maintenant leur idéal esthétique et économique de dépense somptuaire, jusqu’aux documentaires désargentés relevant ici ou là l’avancée du désert et l’implantation des oasis. On le comprend, interroger le cinéma à l’aune de l’écologie est un projet aussi vaste que flou. Un projet n’admettant que des réponses partielles, et qui trouve après une série d’entretiens publiés sur Débordements (avec Elise Domenach, Jean-Baptiste Fressoz et Hervé Aubron) un développement dans ce second numéro papier : Terrestres, après tout.

Continuer la lecture de Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma (Archives)