Archives par mot-clé : entreprise

Usimages, une biennale de la photographie de travail (Archives)

Du 17 avril au 20 juin 2021 se déroule la 4ème édition d’Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel organisée par l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO), programmée et mise en œuvre par Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France. Ce printemps, 13 expositions gratuites présentées en plein air à Creil et dans les communes voisines, invitent les habitants à une déambulation photographique à travers le territoire. Cette biennale est l’occasion de mettre en valeur des photographies contemporaines comme historiques avec toujours un regard centré sur l’homme au travail. Deux jeunes photographes sont également en résidence dans des entreprises de l’agglomération. Leur travail sera exposé et permettra de valoriser l’industrie d’aujourd’hui ainsi que les hommes et les femmes qui contribuent à son développement sur l’ACSO.

Fil rouge de cette édition, la thématique « Santé et sécurité au travail » se décline à travers les photographies issues du fonds photographique de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), qui accompagne depuis 1947 les entreprises du régime général de la Sécurité sociale dans la prévention des risques au travail. Les photographies industrielles d’Émeric FEHER (1904-1966), conservées au Pôle images du Centre des monuments nationaux, révèlent une certaine approche commerciale des années 50 et 60 qui, par le passage du temps, en font des images historiques. Des archives du Musée McCORD, musée d’histoire sociale à Montréal, présentent les photographies des métiers de la métropole québécoise au début du 20ème siècle.

Il est également question d’u travail de bureau avec« Histoire de bureaux », exposition collective avec Julien BENARD, Émeric FEHER, Laurent GÉLISE, Yannick LABROUSSE et Lars TUNBJÖRK. Une série de photographies de bureaux réalisées en entreprises dans les années 70 est présentée, issue du Fonds Heurtier conservé au Musée de Bretagne.

La biennale est ouverte sur le monde et sur les conditions de travail. Ioana CÎRLIG, dans sa série « Post Industrial Stories / The Last Shift »dépeint la classe ouvrière roumaine à la dérive. Dans le cadre des partenariats internationaux, Kaunas Photo festival (Lituanie) présente le travail de Eugenijus BARZDŽIUS, le festival Photolux (Italie) celui de Mattia BALSAMINI.Dans cette période où l’organisation du travail est repensée, Cécile CUNY, Nathalie MOHADJER et Hortense SOICHET invitent à découvrir le travail des manutentionnaires de la logistique à travers l’exposition « On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique ». Toutes les expositions sont ouvertes au public gratuitement.

Continuer la lecture de Usimages, une biennale de la photographie de travail (Archives)

LA DIFFICILE MISE EN IMAGE DU TRAVAIL (archives)

Carte blanche à la revue Images du travail, travail des images, dans le cadre des rendez vous de l’histoire de Blois

PROJECTION – DÉBAT

Jeudi 11 octobre 2018

9h15 – 11h30 Cinéma Les Lobis

Documentaire, France, 2011, 59 min, de Manuela FRÉSIL.

Entrée du personnel est un documentaire coup-de-poing qui témoigne de l’inhumanité du travail dans un abattoir industriel. La réalisatrice s’est heurtée à la volonté de contrôle des images par l’entreprise et à la difficulté de recueillir la parole des ouvriers.

Quelles sont les conditions requises pour saisir le travail dans sa complexité et sa diversité ? Il ne suffit pas de faire confiance à l’œil mécanique de l’appareil. Mettre en images le travail humain implique un long travail d’observation, d’enquête, de déconstruction puis de reconstruction.

INTERVENANTS
Manuela FRÉSIL, cinéaste
Jean-Paul GÉHIN, sociologue du travail, maitre de conférences émérite, Université de Poitiers
Françoise F. LAOT, sociologue, professeure, Université de Reims

MODÉRATION
David HAMELIN, historien, festival Filmer le travail

Cette carte blanche à la revue Images du travail, travail des images a été réalisée en partenariat avec le festival Filmer le travail, le Ministère de l’Éducation Nationale et la revue Cahiers de l’histoire.

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.