Archives par mot-clé : exposition

Johan van der Keuken

Le rythme des images (archives)

Du 16 juin au 17 septembre, le musée du Jeu de Paume rend hommage au photographe et cinéaste néerlandais Johan van der Keuken à travers une grande rétrospective. L’exposition revient sur la carrière exceptionnelle de l’artiste (de 1955 à 2000) pour qui la dualité entre le cinéma et la photographie est au cœur de son processus artistique. Exposition, d’autant plus intéressante que la question de la confrontation et de la complémentarité entre images fixes et animées reste d’actualité.

“Tout en distinguant les particularités de chacune des deux pratiques, l’artiste n’a cessé de les travailler de manière interconnectée. Environ 150 photographies, documents et maquettes originales sont rassemblés autour d’une dizaine de courts métrages, dont deux documentaires sur l’artiste.

Johan van der Keuken est né le 4 avril 1938 à Amsterdam. Il a 12 ans lorsqu’il est initié à la photographie et à seulement 17 ans, il publie son premier livre de photos. Pour cette exposition, des tirages vintages sont présentés aux côtés de films, livres et écrits. Le parcours, thématique, confronte l’œuvre photographique de l’artiste et une sélection de courts métrages, révélant la spécificité de son œuvre au fil des salles.”

On peut se réjouir que près de 20 ans après une première grande rétrospective consacrée à Johan van der Keuken en France, le Jeu de Paume a souhaité rendre un nouvel hommage à ce grand artiste très engagé socialement et soucieux de rendre compte du monde du travail.

Gestes techniques et savoir faire des peuples sibériens (archives)

Exposition de photographies
Du lundi au vendredi
Du 14 avril au 26 mai 2023
De 10 à 19 heures
Espace Françoise Héritier
10 cours des humanités
AUBERVILLIERS
 
Les sociétés sibériennes sont très diversifiées. Elles sont composées d’anciens groupes de chasseurs cueilleurs et/ou d’éleveurs nomades et transhumants répartis sur un territoire grand comme à peu près 26 fois la France. Jusqu’à la période soviétique, le mode de subsistance de ces communautés dépendait fortement du milieu environnant. La connaissance fine de ce milieu permettait l’exploitation des
ressources brutes et leur transformation en produits manufacturés (artisanaux), mais elle conditionnait également l’organisation sociale et les représentations.
Dans une perspective identitaire, les sociétés autochtones sibériennes contemporaines remettent à jour certains des savoir-faire qu’elles considèrent comme traditionnels. Interroger ces savoir-faire revient à questionner non seulement les connaissances, actions et techniques mobilisées dans les productions matérielles, mais également leur transmission, ainsi que les modes de vie, les rapports entre l’humain et son environnement, entre l’humain et la matière, les rapports sociaux, et les visions dumonde. La question de savoir pourquoi, dans un contexte postsoviétique, ces savoir-faire-là sont réactualisés plutôt que d’autres, est aussi très importante. En d’autres termes, qu’est-ce que les savoir-faire peuvent nous apprendre des sociétés qui les mobilisent ?
Dans le but de répondre à cette interrogation, les photographies de cette exposition présentent quelques-uns des savoir-faire des sociétés autochtones sibériennes, éventuellement sous la forme des chaînes opératoires des actions effectuées. Les textes descriptifs qui accompagnent la mise en scène des procédés de fabrication,
volontairement succincts, permettent de replacer ces savoir-faire dans leur contexte, en faisant le lien entre les dimensions matérielles, sociales, religieuses et esthétiques. Avec la volonté de donner à voir et à comprendre, cette exposition vise à mettre en avant les sociétés autochtones sibériennes, leurs connaissances et techniques du corps comme savoir-faire, les discours qui les accompagnent et permettent leur transmission, mais aussi le travail de recueil de données effectué par
les anthropologues du Centre d’Études Mongoles et Sibérienne.

Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

Images de grèves et de manifestations (1936-1987)

Exposition à partir du 9 janvier 2023

Les femmes ont toujours travaillé et toujours lutté pour leurs droits et l’amélioration de leurs conditions de travail !

À travers les portraits, les slogans, les objets ou outils de travail détournés, arborés par les manifestantes, grévistes, occupant ou non leur lieu de travail, on découvre ou redécouvre l’évolution de plusieurs décennies de luttes et de revendications. De l’égalité salariale à la lutte contre le travail de nuit en passant par le combat contre les chefs autoritaires et méprisants, ce sont cinquante ans d’images de grèves, de manifestations et d’occupations d’usine que présente cette exposition.
 
Issues principalement des fonds photographiques du journal l’Humanité et de l’IHS-CGT, ces photographies montrent les grands conflits liés à la désindustrialisation en Seine-Saint-Denis (Grandin, Mécano), des mouvements de grève nationaux comme ceux du Front populaire en 1936 ou mai-juin 1968 mais également des exemples de lutte plus ordinaires comme les manifestations du 8 mars ou du 1er mai.
 
Le carnet de grève des ouvrières de l’usine Obsession (Gilmo) à Villeurbanne, récemment restauré par l’institut national du Patrimoine, sera également présenté lors de l’inauguration de l’exposition, le 8 mars 2023 journée internationale du droit des femmes.
 
Trois tables rondes accompagneront cette exposition ainsi qu’un cycle de visites guidées.
 

Continuer la lecture de Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

Exposition photo de François Lucchesi. Un ouvrier photographe. (archives)

 

PHOTOGRAPHIES – TIRAGES ARGENTIQUES
“PORT PÉTROLIER DE FOS-SUR-MER”

L’exposition présente des tirages argentiques réalisés entre 1980 et 2004 sur le port pétrolier de Fos-sur-Mer. François Lucchesi a travaillé comme ouvrier sur le site pendant trente et un an et c’est avec discrétion qu’il a photographié ses collègues, l’ambiance, vues du site. Plus tard, sa rencontre avec Laurent Quessette et Michel Péronnet, l’actuel directeur du site aboutira à l’édition d’un livre présentant ses clichés “Ils brillaient de pétrole sous le soleil” aux éditions l’Harmattan avec les textes de Laurent Quessette. François Lucchesi vit à Saint-Mitre-les- Remparts et est le président du club photo “Marius” depuis 45 ans.

Exposition | Istres Hall 233

Infos Pratiques

Entrée libre

VISITES :

Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

Vernissage le mardi 21 férvier à 18h15

Visite commenté avec l’artiste le mardi 28 février à 17h sur résa au

04 13 59 50 83

La mine fait son cinéma (archives)

Du 25 juin 2022 au 29 mai 2023.
L’exposition temporaire La mine fait son cinéma est accessible aux dates et horaires d’ouverture du musée.
Le Centre est ouvert tous les jours sauf du 1er au 31 janvier, les 1er mai et 25 décembre.

Quand les frères Lumière ont lancé l’aventure du cinéma à la fin du XIXème siècle, imaginaient-ils que la mine et les mineurs y tiendraient l’un des premiers rôles ? En effet, dès 1905, Ferdinand Zecca tourne Au pays noir et inaugure la longue saga de la mine au cinéma.

L’abondance de films miniers montre l’intérêt des réalisateurs, mais aussi celui du public, pour un monde souvent inaccessible. À travers différents genres comme la comédie, le documentaire, le drame ou l’animation, le cinéma place sous les feux des projecteurs l’histoire de ceux qui, chaque jour, affrontent le danger pour extraire le charbon du sous-sol. Émile Zola avait fait de Lantier et des personnages de Germinal les héros de son roman et les trois adaptations cinématographiques de Capellani (1913), d’Allégret (1963) ou de Berri (1993) leur offrent un visage et leur donnent vie.

Qu’elle constitue le décor, le sujet principal ou le cadre d’une histoire, la mine a marqué le monde du cinéma durant tout le XXème siècle et l’inspire encore aujourd’hui. Des réalisateurs de tous continents inscrivent cet univers dans leurs scénarios et parmi eux, les entreprises figurent au générique. En effet, par le biais de publicités, de courts-métrages ou de films d’entreprise, les Houillères utilisent le cinéma pour valoriser leur savoir-faire et leur production.

Avec l’exposition La mine fait son cinéma, le Centre Historique Minier déroule le tapis rouge à ce sujet et propose un tour d’horizon des liens qui unissent la mine au cinéma.

Cette exposition s’accompagne de plusieurs événements organisés notamment pour l’anniversaire des dix ans de l’inscription du Bassin minier sur la Liste du Patrimoine mondial.

Centre Historique Minier
Musée de la mine du Nord Pas de Calais – Centre d’archives – Centre de culture scientifique de l’énergie

Fosse Delloye
Rue d’Erchin – CS 30039
59287 Lewarde
France
Téléphone : (33) 03 27 95 82 82
Fax : (33) 03 27 95 82 83
Email :
contact@chm-lewarde.com

Une exposition photographique à Céret

Jean-Claude LIEHN, association Lumières d’encre, Céret

Nous rapportons ici l’expérience d’une exposition photographique consacrée au monde du travail, intitulée Céret travaille.

Photographie 1 : Céret travaille, photographie d’une Assistante Maternelle

© Lumière d’Encre

La photographie 1 représente une assistante maternelle, posant chez elle, dans la salle de jeu réservée aux enfants. Elle fait partie des 74 portraits de personnes travaillant à Céret, montrés lors d’une exposition tenue du 30 avril au 28 mai 2022.

Toutes les images furent présentées au format 12×18 cm au Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre (CAPLE) à Céret. Par ailleurs, 24 de ces portraits furent présentés sur les murs de la ville sous forme d’affiches légendées (intitulé de la profession) de format adapté à leur lieu de collage, de hauteur comprise le plus souvent entre 150 et 200 cm. Il s’agissait de murs privés (Photographie 2) ou publics, comme la façade de la mairie de la ville (Photographie 3).

Continuer la lecture de Une exposition photographique à Céret

La fabrique des mémoires

Les doctorants et doctorantes du GRESCO proposent un colloque international “La fabrique des mémoires” qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2022 à la MSHS de Poitiers.

 

Ce colloque original invite à une réflexion sur les constructions sociales des mémoires individuelles et collectives.

 

Des lieux de mémoire à la construction de récits mémoriels dans l’éducation nationale, en passant par les pratiques mémorielles numériques et les mémoires d’événements violents, la première journée abordera une variété de thématiques liées aux pratiques mémorielles et proposera une réflexion sur les enjeux éthiques et épistémologiques du traitement mémoriel.

 

La deuxième journée cherchera davantage à éclairer l’articulation entre silences, oublis et mémoires, en abordant différents types de mémoire collective (mémoires familiales, mémoires de guerre, mémoires ouvrières) et en interrogeant la place des pratiques et récits mémoriels dans l’espace social. Une exposition, une table-ronde et une projection-débat se tiendront également durant ces deux jours, ouverts par deux conférences inaugurales. 

On notera l’intérêt pour les images fixes comme animées des doctorantes et des doctorants du GRESCO qui ont organisé ce colloque.

Cet été à nantes, La mémoire ouvrière est à l’honneur

Sur les quais de Nantes, les photos s’affichent en grand format (jusqu’à 20 m2). Elles racontent le passé industriel de Nantes avec ce projet de la rue de la grue noire dans le Bas-Chantenay.  Ce projet audiovisuel de valorisation du passé industriel et ouvrier de Nantes a été initié par l’association Nantes en noir et blanc, dont un des fondateurs est Xavier Nerrière, un ami de la revue ITTI.

La rue de la grue noire s’adresse à la fois aux Nantais de longue date sensibles à la mémoire ouvrière, aux nouveaux habitants souhaitant découvrir l’histoire locale et à tous les amoureux de photographie. 

Tout démarre avec une exposition de photos grands formats installées à l’aplomb des quais et visibles depuis la Loire. En tout, une vingtaine de reproductions signées Hélène Cayeux, Victor Girard, Jean-Noël Thoinnet… composent une évocation de l’activité industrielle et portuaire de la ville et permettent une approche du Bas-Chantenay dans ce qu’il a de particulier : son accès à l’eau et les industries qui l’entourent. 

Cette première exposition est accompagnée des récits de l’auteur et metteur en scène Hervé Guilloteau.  Il s’agit de fictions sociales qui constituent un ensemble sonore de quatorze podcasts réalisés par le musicien Federico Pellegrini. Les photos sont accrochées le long des quais entre la gare maritime et la Little Atlantique Brewery. Leurs légendes sont à découvrir sur les bateaux des lignes Navibus 1 et 2. 

En scannant les flash codes situés aux embarcadères et sur les Navibus, les passagers pourront écouter les podcasts. Ou encore directement sur le site internet de la rue de la grue noire. https://nantesennoiretblanc.org/podcasts/ 

Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

La Fondazione MAST présente la Collection MAST – Un Alphabet Visuel de l’Industrie, du Travail et de la Technologie ; la première exposition d’œuvres sélectionnées dans la collection de la Fondation montrant plus de 500 œuvres, dont des photographies, des albums et des vidéos de 200 grands photographes italiens et internationaux, ainsi que des artistes anonymes, organisée par Urs Stahel. L’exposition, qui puise dans la collection de plus de 6 000 images de la Fondation MAST, agit comme un témoignage visuel de l’histoire du monde de l’industrie et du travail.

Compte tenu de sa complexité, l’exposition est divisée en 53 chapitres consacrés aux nombreux concepts illustrés dans les œuvres présentées. L’exposition prend la forme d’un alphabet qui se déploie sur les murs des trois espaces d’exposition (PhotoGallery, Foyer et Niveau 0 de la Fondazione MAST), elle met en lumière un système conceptuel qui va de A pour Abandoned et Architecture à W pour Waste, Water, Wealth (déchets, eau, richesse).

Continuer la lecture de Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

Usimages, une biennale de la photographie de travail (Archives)

Du 17 avril au 20 juin 2021 se déroule la 4ème édition d’Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel organisée par l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO), programmée et mise en œuvre par Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France. Ce printemps, 13 expositions gratuites présentées en plein air à Creil et dans les communes voisines, invitent les habitants à une déambulation photographique à travers le territoire. Cette biennale est l’occasion de mettre en valeur des photographies contemporaines comme historiques avec toujours un regard centré sur l’homme au travail. Deux jeunes photographes sont également en résidence dans des entreprises de l’agglomération. Leur travail sera exposé et permettra de valoriser l’industrie d’aujourd’hui ainsi que les hommes et les femmes qui contribuent à son développement sur l’ACSO.

Fil rouge de cette édition, la thématique « Santé et sécurité au travail » se décline à travers les photographies issues du fonds photographique de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), qui accompagne depuis 1947 les entreprises du régime général de la Sécurité sociale dans la prévention des risques au travail. Les photographies industrielles d’Émeric FEHER (1904-1966), conservées au Pôle images du Centre des monuments nationaux, révèlent une certaine approche commerciale des années 50 et 60 qui, par le passage du temps, en font des images historiques. Des archives du Musée McCORD, musée d’histoire sociale à Montréal, présentent les photographies des métiers de la métropole québécoise au début du 20ème siècle.

Il est également question d’u travail de bureau avec« Histoire de bureaux », exposition collective avec Julien BENARD, Émeric FEHER, Laurent GÉLISE, Yannick LABROUSSE et Lars TUNBJÖRK. Une série de photographies de bureaux réalisées en entreprises dans les années 70 est présentée, issue du Fonds Heurtier conservé au Musée de Bretagne.

La biennale est ouverte sur le monde et sur les conditions de travail. Ioana CÎRLIG, dans sa série « Post Industrial Stories / The Last Shift »dépeint la classe ouvrière roumaine à la dérive. Dans le cadre des partenariats internationaux, Kaunas Photo festival (Lituanie) présente le travail de Eugenijus BARZDŽIUS, le festival Photolux (Italie) celui de Mattia BALSAMINI.Dans cette période où l’organisation du travail est repensée, Cécile CUNY, Nathalie MOHADJER et Hortense SOICHET invitent à découvrir le travail des manutentionnaires de la logistique à travers l’exposition « On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique ». Toutes les expositions sont ouvertes au public gratuitement.

Continuer la lecture de Usimages, une biennale de la photographie de travail (Archives)

Être au travail (Archives)

À l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, l’exposition Êtres au travail regroupe du 16 mars au 14 juillet 2019, sur les grilles du Jardin du Luxembourg (Rue Médicis – 75006 Paris) 80 photographies de Magnum Photos et de photographes indépendants.

Donner à voir le travail à un public large, stimuler les réflexions de chacun en articulant regards artistiques et points de vue scientifiques, telles sont les ambitions de cette exposition qui fait aussi l’objet d’un ouvrage collectif bilingue de 128 pages croisant photographies et textes d’experts.

©Steve McCurry/Magnum Photos
Continuer la lecture de Être au travail (Archives)

Usimages (archives)

Du samedi 27 avril au samedi 15 juin 2019 se déroule la troisième édition d’Usimages, Biennale de la photographie industrielle, sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette année Usimages propose 12 expositions gratuites et s’attache à explorer les relations entre la photographie et la commande d’entreprise. Elle soulève aussi la question de sa capacité à témoigner ou non des réalités du monde du travail. Pour ce faire, la programmation interroge le rapport des artistes à la commande industrielle et souligne la difficulté à exercer un regard libre au sein des entreprises. La programmation s’articule autour d’expositions de photographes internationaux qui permettent de croiser point de vue historique et contemporain. Comme le souligne le dossier de presse de la biennale, c’est la diversité des époques, des entreprises commanditaires, des origines géographiques et des choix esthétiques des photographes qui permet d’engager une réflexion poussée sur la photographie industrielle

Continuer la lecture de Usimages (archives)

Partir – 35 histoires de migration (archives)

Exposition réalisée par Jean-François Fort, en partenariat avec le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et le centre social du Toit du Monde.

Chapelle Saint Louis, 1 rue Louis Renard, Poitiers
Du 25 mars 2019 à 18h30 ; jusqu’au 15 avril 2019
Horaires: du lundi au vendredi de 12h / 18h. Samedi et dimanche de 14h / 18h.

Continuer la lecture de Partir – 35 histoires de migration (archives)

La Biennale Usimages (archives)

Exposition et conférence

Le CHT est à la
Biennale Usimages

Agglomération Creil Sud
Oise, du 24 avril au 4 juin 2017

 

Dans le cadre de cette biennale, dont le CHT est l’un des invités, Xavier Nerrière assurera une conférence sur L’Auto-représentation des salariés, ce jeudi, 18 mai, à 10h, au Sarcus, 9 rue Ronsard, à Nogent-sur-Oise.

Groupe d’ouvriers des Forges de Basse-Indre avec Groupe d’ouvriers des Forges de Basse-Indre avec une pancarte : « Vive la Saint-Pierre et la Saint Jean 1947 – Les sans privé d’amour ». Pierre Gaillard est à gauche, avec un genou à terre. [CHT, coll. Famille Gaillard]

Continuer la lecture de La Biennale Usimages (archives)