Archives par mot-clé : photographie

Deuxième séance du séminaire de l’axe transversal «Sociologies visuelles» du Centre Max Weber (05/04/2024)

Date :Vendredi 5 avril de 14h00 à 16h00

Les activités de l’axe transversal Sociologies visuelles du Centre Max Weber reposent sur trois piliers :

  • des séminaires d’axe,
  • des ateliers de travail sur l’image dans la recherche,
  • le séminaire « Image animée ».

La deuxième séance du séminaire aura pour intitulé :

Les apparences au travail : apports pluriels de la photographie

Elle sera consacrée à la présentation du n° 13 (2022) de la revue Images du travail, travail des images , intitulé « Les apparences au travail au prisme de la photographie » et coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret
Les deux coordonnatrices seront présentes.

La séance se déroulera le vendredi 5 avril 2024, de 14h à 16h, dans les locaux de la MSH LSE, en André Bollier (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse,

Du 21 novembre 2023 au 25 février 2024.

Jean-Louis Schoellkopf est un photographe français, né à Colmar et désormais installé à Mulhouse. La Filature, lieu d’accueil de spectacles, de concerts et d’expositions, lui consacre une exposition depuis le 21 novembre 2023 jusqu’au 25 février 2024.

Soucieux des évolutions économiques et sociales qui affectent tant l’espace urbain que le monde du travail en général, Jean-Louis Schoellkopf s’est attaché, en usant de son appareil photo, à en documenter les indices et les effets. Sans proposer pour autant une rétrospective globale de son œuvre, l’exposition que lui consacre La Filature témoigne avec force de l’engagement d’un photographe qui s’est astreint à une pratique de la photographie peu spectaculaire mais systématique, attaché qu’il était/est à montrer ces transformations avec obstination et rigueur. Aussi avec une claire empathie pour les personnes photographiées.

Un mur de l’exposition présente un ensemble d’environ 250 photos en noir et blanc, sobrement intitulé Intérieurs, depuis 1986 : il offre le meilleur exemple du travail patient, réalisé par le photographe au fil du temps (cf. photo jointe). Chaque photo propose un portrait de famille, plus rarement d’un individu seul, toujours prise dans l’appartement de la ou des personnes photographiées. Par exemple celle d’un couple, des retraités de toute évidence : les deux sont assis dans un angle de leur salle à manger, au bout de la table. Le buffet au fond de la pièce, la tapisserie qui couvre les murs, l’horloge suspendue, la nappe sur la table attestent d’une époque, antérieure à 1986 sans aucun doute. Or si chaque photo peut ainsi évoquer un temps et un milieu social, c’est le désir d’aller de l’une à l’autre qui s’empare d’emblée du visiteur. Son regard voyage, va et vient, lui permettant de découvrir des mondes différents et semblables pourtant, qui voisinent et présentent les multiples facettes d’un groupe social relativement homogène, saisi à des époques différentes, les personnes étant photographiées à tous les âges de la vie. Un autre couple est photographié dans le coin d’une pièce dont les deux murs sont occupés par des bibliothèques pleines de livres. Des enseignants ? Sans doute. Une autre encore montre un jeune couple avec deux enfants, tous installés dans un canapé adossé à un mur de briques apparentes, un chien alangui au pied de la petite famille. Mais le monde ainsi révélé est celui de gens simples, appréhendés dans leurs univers propres. Un monde populaire, dans sa diversité ! Ce mur de photos, soigneusement épinglées, témoigne à lui seul de l’intérêt de l’exposition et, bien sûr, du travail remarquable du photographe.

Une autre série de photos, en couleurs, réalisées en 2022, montre des travailleurs photographiés dans l’usine qui les emploie. Ils ou elles posent dans leur univers de travail. La photo qui fait l’affiche de l’exposition montre ainsi une femme debout, vêtue d’une blouse bleue, vraisemblablement devant la machine sur laquelle elle travaille, tandis qu’au premier plan le visiteur voit d’énormes bobines de fil rouge. Elle ne travaille pas au moment de la photo, c’est, au contraire, le photographe qui travaille ! Il a installé son appareil photo, un moyen format, sur son trépied et prend une photo posée. C’est le cas pour toute la série, qui montre systématiquement un homme ou une femme en tenue de travail, photographiée dans son milieu de travail. Jean-Louis Schoellkopf dit avoir voulu rendre hommage à la classe ouvrière. D’autre photos, prises dans différents quartiers de la ville, constituent de même un hommage émouvant aux habitants de quartiers populaires de la ville, dans leur diversité d’origines et d’âges. D’autres photos montrent des quartiers d’autres villes, Gênes en particulier, et donnent à voir les transformations de l’espace urbain produites par l’industrie et le développement économique.

Une exposition à voir, si le lecteur lit cette note à temps. Mais surtout : une œuvre photographique à découvrir !

L’exposition elle-même a été conçue par Christian Caujolle.

Henri Eckert

L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

“Depuis plus de 30 ans, Yann Arthus-Bertrand photographie les Français accompagnés de ceux qu’ils aiment, de leur famille et de leurs animaux.

Tout commence en 1994, avec des photographies commandées par l’Express qui initient sans le savoir un grand travail sur les Français. Au fil des années, celui-ci est enrichi par des clichés d’éleveurs et de leurs bestiaux, d’ouvriers à la Réunion, de Français et de leurs chevaux capturés sur une même bâche.

Il se poursuit par des prises de vue sur l’ensemble du territoire que ce soit à Boulogne-Billancourt, à Saint-Tropez ou dans son studio dans son village d’origine aux Mesnuls. Les participants viennent ou en tenue de travail ou dans leurs habits de tous les jours et chacun reçoit un fichier numérique d’une sélection de photos.

Continuer la lecture de L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Suspendre le travail : images des manifestations

Numéro coordonné par Henri Eckert – henri.eckert@univ-poitiers.fr et Nicolas Hatzfeld – nicolas.hatzfeld@gmail.com

« Toute manifestation veut donner à entendre, à plus fort titre à voir ; pour “rendre manifeste”. Elle constitue donc, par essence, une image, aux degrés d’élaboration préalables et délibérés éminemment variables. Cette mise en scène des masses peut se doubler d’une mise en images, à laquelle les organisateurs aspirent mais qui est aussi bien susceptible de la prédéfinir, on le sait. » (Tartakowsky, 2001, 161)

Les manifestations dans l’espace public sont l’occasion, outre l’expression directe des mécontentements ou des revendications qui les ont suscitées, d’exprimer quelque chose de plus sur les conditions sociales d’existence des manifestants, au travail, dans la cité ou, plus généralement, dans leur vie quotidienne. À l’instar des Gilets jaunes qui, s’exprimant sur leurs tuniques ou des pancartes bricolées, donnaient à lire à tous, autres manifestants ou simples spectateurs en bordure de leurs défilés, leurs opinions, leurs pensées, leurs colères ou leurs espoirs en réaction à la situation économique qui leur était faite (Monchatre & Têtu, 2022). La prévalence de ces expressions individuelles sur le recours à des banderoles susceptibles de regrouper les manifestants constituerait-elle un trait caractéristique majeur de ces manifestations ? Toujours est-il que les Gilets jaunes mettaient ainsi, puissamment, l’accent sur leur droit à la parole et leur volonté d’être entendus, d’une part, et, d’autre part, témoignaient de manière éclatante d’un vif désir d’utiliser la manifestation pour s’exprimer, directement et sans médiation. Si ces modes d’intervention « ne sont pas réductibles à l’expression revendicative propre à la forme de la manifestation » (Ibid.), il convient de remarquer qu’ils n’ont pas commencé avec l’irruption des Gilets jaunes et encore moins cessé avec l’épuisement de leur mouvement. C’est d’abord sur ce phénomène social, qui s’est généralisé lors des manifestations relatives au travail, que cet appel à articles veut attirer l’attention, pour inviter à en saisir toutes les pratiques, des pancartes brandies à bout de bras aux banderoles et toutes autres manières d’expression graphique ou textuelle.

©Henri Eckert

Continuer la lecture de ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Johan van der Keuken

Le rythme des images (archives)

Du 16 juin au 17 septembre, le musée du Jeu de Paume rend hommage au photographe et cinéaste néerlandais Johan van der Keuken à travers une grande rétrospective. L’exposition revient sur la carrière exceptionnelle de l’artiste (de 1955 à 2000) pour qui la dualité entre le cinéma et la photographie est au cœur de son processus artistique. Exposition, d’autant plus intéressante que la question de la confrontation et de la complémentarité entre images fixes et animées reste d’actualité.

“Tout en distinguant les particularités de chacune des deux pratiques, l’artiste n’a cessé de les travailler de manière interconnectée. Environ 150 photographies, documents et maquettes originales sont rassemblés autour d’une dizaine de courts métrages, dont deux documentaires sur l’artiste.

Johan van der Keuken est né le 4 avril 1938 à Amsterdam. Il a 12 ans lorsqu’il est initié à la photographie et à seulement 17 ans, il publie son premier livre de photos. Pour cette exposition, des tirages vintages sont présentés aux côtés de films, livres et écrits. Le parcours, thématique, confronte l’œuvre photographique de l’artiste et une sélection de courts métrages, révélant la spécificité de son œuvre au fil des salles.”

On peut se réjouir que près de 20 ans après une première grande rétrospective consacrée à Johan van der Keuken en France, le Jeu de Paume a souhaité rendre un nouvel hommage à ce grand artiste très engagé socialement et soucieux de rendre compte du monde du travail.

Gestes techniques et savoir faire des peuples sibériens (archives)

Exposition de photographies
Du lundi au vendredi
Du 14 avril au 26 mai 2023
De 10 à 19 heures
Espace Françoise Héritier
10 cours des humanités
AUBERVILLIERS
 
Les sociétés sibériennes sont très diversifiées. Elles sont composées d’anciens groupes de chasseurs cueilleurs et/ou d’éleveurs nomades et transhumants répartis sur un territoire grand comme à peu près 26 fois la France. Jusqu’à la période soviétique, le mode de subsistance de ces communautés dépendait fortement du milieu environnant. La connaissance fine de ce milieu permettait l’exploitation des
ressources brutes et leur transformation en produits manufacturés (artisanaux), mais elle conditionnait également l’organisation sociale et les représentations.
Dans une perspective identitaire, les sociétés autochtones sibériennes contemporaines remettent à jour certains des savoir-faire qu’elles considèrent comme traditionnels. Interroger ces savoir-faire revient à questionner non seulement les connaissances, actions et techniques mobilisées dans les productions matérielles, mais également leur transmission, ainsi que les modes de vie, les rapports entre l’humain et son environnement, entre l’humain et la matière, les rapports sociaux, et les visions dumonde. La question de savoir pourquoi, dans un contexte postsoviétique, ces savoir-faire-là sont réactualisés plutôt que d’autres, est aussi très importante. En d’autres termes, qu’est-ce que les savoir-faire peuvent nous apprendre des sociétés qui les mobilisent ?
Dans le but de répondre à cette interrogation, les photographies de cette exposition présentent quelques-uns des savoir-faire des sociétés autochtones sibériennes, éventuellement sous la forme des chaînes opératoires des actions effectuées. Les textes descriptifs qui accompagnent la mise en scène des procédés de fabrication,
volontairement succincts, permettent de replacer ces savoir-faire dans leur contexte, en faisant le lien entre les dimensions matérielles, sociales, religieuses et esthétiques. Avec la volonté de donner à voir et à comprendre, cette exposition vise à mettre en avant les sociétés autochtones sibériennes, leurs connaissances et techniques du corps comme savoir-faire, les discours qui les accompagnent et permettent leur transmission, mais aussi le travail de recueil de données effectué par
les anthropologues du Centre d’Études Mongoles et Sibérienne.

Exposition photo de François Lucchesi. Un ouvrier photographe. (archives)

 

PHOTOGRAPHIES – TIRAGES ARGENTIQUES
“PORT PÉTROLIER DE FOS-SUR-MER”

L’exposition présente des tirages argentiques réalisés entre 1980 et 2004 sur le port pétrolier de Fos-sur-Mer. François Lucchesi a travaillé comme ouvrier sur le site pendant trente et un an et c’est avec discrétion qu’il a photographié ses collègues, l’ambiance, vues du site. Plus tard, sa rencontre avec Laurent Quessette et Michel Péronnet, l’actuel directeur du site aboutira à l’édition d’un livre présentant ses clichés “Ils brillaient de pétrole sous le soleil” aux éditions l’Harmattan avec les textes de Laurent Quessette. François Lucchesi vit à Saint-Mitre-les- Remparts et est le président du club photo “Marius” depuis 45 ans.

Exposition | Istres Hall 233

Infos Pratiques

Entrée libre

VISITES :

Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

Vernissage le mardi 21 férvier à 18h15

Visite commenté avec l’artiste le mardi 28 février à 17h sur résa au

04 13 59 50 83

Le dessous des images (archive)

En 2023, Arte propose une nouvelle émission régulière, un peu sur le modèle du dessous des cartes, animée par Sonia Devillers, qui présente depuis des années sur France inter une émission quotidienne qui traite des médias et de l’information.

Voilà comme Arte présente le projet :  “Sonia Devillers raconte avec passion l’histoire d’une photo, d’une image. De sa construction à son impact sur notre vision du monde, comment expliquer sa viralité et ses pouvoirs ? Le magazine “Le dessous des images” propose une interprétation qui nous apprend à voir au-delà du premier regard.”

Une vingtaine d’épisodes sont accessible sur le site de la chaine traitant de photographies ou de vidéos avec une présentation normalisée de 12 minutes : analyse de l’image et de sa diffusion, notamment dans les réseaux sociaux ; interview de l’auteur ; contexte de la prise de vue ; point de vue d’un expert…

Un petit nombre de ces images concerne le travail et son environnement. L’équipe de l’émission a d’ailleurs contacté la revue Images du Travail, Travail des Images pour un éventuel commentaire d’un chercheur. Cela n’a pu se faire, mais il y aura sans doute d’autres occasions.

Le développement rapide du vélo pour aller au travail ou même pour travailler a créé une nouvelle catégorie sociale , les vélotaffeurs, qui, munis d’une go pro, ont beaucoup de succès sur les réseaux sociaux et créent des polémiques.

https://www.arte.tv/fr/videos/110342-008-A/le-dessous-des-images/

Un autre thème abordé a à voir avec le travail et surtout l’actualité footballistique : les conditions de logement des ouvriers immigrés construisant les stades et les infrastructures. C’est une photo interdite. Elle a été prise par un photo reporter au Qatar, à la dérobée, quelques mois avant la coupe du monde de football. On y voit des logements où s’entassent dans des conditions insalubres des ouvriers dans la zone industrielle de Doha, la capitale.

https://www.arte.tv/fr/videos/110342-007-A/le-dessous-des-images/

Faire parler du travail à partir d’images : enjeux méthodologiques et épistémologiques (archives)

Appel à articles Images du Travail, Travail des Images n°17

Numéro coordonné par Sylvaine Conord et Christian Papinot

A la suite des numéros 3 et 8 de la revue qui s’intéressaient aux usages des images dans la démarche de recherche de terrain et aux différentes façons de faire de la recherche filmée sur le travail, nous souhaitons poursuivre notre questionnement sur la fabrique de la recherche en interrogeant plus spécifiquement le statut de ces données d’enquête produites lorsque le chercheur fait parler du travail à partir d’images que ce soit avec les méthodes de la photo-elicitation interview (PEI) de l’auto-confrontation, des itinéraires photographiques (Petiteau, 2001) ou d’autres usages combinés des images photographiques pour faire parler les enquêté.e.s. Il s’agit donc d’interroger les démarches d’enquête en sciences sociales visant à susciter des commentaires, des récits, des paroles d’enquêtés décryptant des images qu’elles soient celles des enquêtés, du chercheur, d’un professionnel de l’image l’accompagnant ou de tout autre source. L’objectif du numéro visera à questionner ce que faire parler à partir d’images veut dire, ce que cela fait à l’enquête, ce que cela engendre dans la relation enquêteur-enquêté.e.s, quel est le statut de ce type de données d’enquête. Nous invitons donc à produire de l’analyse réflexive sur ces techniques d’enquête, à questionner non seulement leurs apports et limites d’un point de vue épistémologique et méthodologique mais aussi leurs spécificités pour la connaissance des mondes du travail.

Continuer la lecture de Faire parler du travail à partir d’images : enjeux méthodologiques et épistémologiques (archives)

La cinquième édition de la biennale Usimage à Creil (archives)

Du 15 avril au 11 juin 2023, Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel et du travail, aborde la double thématique de l’énergie et de la métallurgie à travers une programmation de 11 expositions en plein air réparties sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette 5ème édition s’attache à revisiter des fonds photographiques méconnus, tout en poursuivant un soutien marqué à la création contemporaine et aux jeunes talents qui se confrontent à une expérience artistique au cœur des entreprises. Usimages poursuit également ses collaborations internationales qui permettent à la biennale de développer une ouverture sur le monde.

Avec les travaux de Jean POTTIER , Céline CLANET, Françoise HUGUIER, Elliott VERDIER, Michel SÉMÉNIAKO, Pauline PASTRY et Emma RIVIERA, en résidence en entreprise, Rocco RORANDELLI, carte blanche avec le festival Photolux, la carte blanche avec Les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie et des œuvres issues des fonds photographiques de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium, de l’Atelier Pasquero et des Archives du monde du travail à Roubaix.

 

Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde (archives)

Cette année, au MUCEN, le séminaire « Une autre façon de raconter » connecte trois lignes de réflexion, sur les nouveaux modes de narration en sciences humaines et sociales, la question des impensés de la patrimonialisation muséale la question de la “digitalisation du monde”.

Comme en 2018-2019 nous réunirons de façon plus interactive et réflexive les productions des artisans, des chercheurs et des auteurs-dessinateurs.

Chacune des journées sera l’occasion de faire se rencontrer des métiers et savoir-faire originaux sur des enjeux de techniques, de patrimoines et de numérisation du monde que nous mettons en débat non seulement du point de vue des contenus mais également de point de vue de leur mise formes et en récits, qu’ils soient muséographiques, dessinés, photographiques ou textuels.

Continuer la lecture de Une autre façon de raconter…La geste technique et la digitalisation du monde (archives)

Une exposition photographique à Céret

Jean-Claude LIEHN, association Lumières d’encre, Céret

Nous rapportons ici l’expérience d’une exposition photographique consacrée au monde du travail, intitulée Céret travaille.

Photographie 1 : Céret travaille, photographie d’une Assistante Maternelle

© Lumière d’Encre

La photographie 1 représente une assistante maternelle, posant chez elle, dans la salle de jeu réservée aux enfants. Elle fait partie des 74 portraits de personnes travaillant à Céret, montrés lors d’une exposition tenue du 30 avril au 28 mai 2022.

Toutes les images furent présentées au format 12×18 cm au Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre (CAPLE) à Céret. Par ailleurs, 24 de ces portraits furent présentés sur les murs de la ville sous forme d’affiches légendées (intitulé de la profession) de format adapté à leur lieu de collage, de hauteur comprise le plus souvent entre 150 et 200 cm. Il s’agissait de murs privés (Photographie 2) ou publics, comme la façade de la mairie de la ville (Photographie 3).

Continuer la lecture de Une exposition photographique à Céret

” Faire parler les photographies” Colloque international Institut National d’Histoire de l’Art – INHA Paris 6 et 7 octobre 2022

On connaît le pouvoir des photographies pour déclencher l’anamnèse, le récit de soi ou des autres, dans des expériences privées ou administratives – en son for intérieur, en famille comme dans un commisariat de police ou devant une cour de justice. « Faire parler » les images ou faire parler à partir d’elles est aussi devenu une pratique courante dans les enquêtes en sciences sociales qui mérite que l’on s’y attarde. Ce colloque veut interroger de manière croisée la mobilisation de photographies et leurs mises en récit, afin de réfléchir aux manières dont elles peuvent s’enrichir mutuellement.

Nous voudrions dans ce colloque faire dialoguer actrices et acteurs issus du monde académique mais aussi de la littérature, du documentaire, du journalisme, de l’art contemporain… La mise en récit est envisagée ici de manière plurielle. Elle peut être verbale, à travers des mots dits à l’occasion d’une interview, d’un enregistrement, d’une discussion. Elle peut être écrite, en plaçant les photographies dans des dispositifs iconotextuels plus large : une photographie collée et commentée dans une correspondance épistolaire, des mots griffonnés, une description accompagnant une carte postale. Elle peut encore être visuelle à travers des collages, des assemblages ou des photomontages dans des journaux intimes, des albums photographiques ou sur les murs d’une pièce qui, eux aussi, racontent des histoires.

Cet été à nantes, La mémoire ouvrière est à l’honneur

Sur les quais de Nantes, les photos s’affichent en grand format (jusqu’à 20 m2). Elles racontent le passé industriel de Nantes avec ce projet de la rue de la grue noire dans le Bas-Chantenay.  Ce projet audiovisuel de valorisation du passé industriel et ouvrier de Nantes a été initié par l’association Nantes en noir et blanc, dont un des fondateurs est Xavier Nerrière, un ami de la revue ITTI.

La rue de la grue noire s’adresse à la fois aux Nantais de longue date sensibles à la mémoire ouvrière, aux nouveaux habitants souhaitant découvrir l’histoire locale et à tous les amoureux de photographie. 

Tout démarre avec une exposition de photos grands formats installées à l’aplomb des quais et visibles depuis la Loire. En tout, une vingtaine de reproductions signées Hélène Cayeux, Victor Girard, Jean-Noël Thoinnet… composent une évocation de l’activité industrielle et portuaire de la ville et permettent une approche du Bas-Chantenay dans ce qu’il a de particulier : son accès à l’eau et les industries qui l’entourent. 

Cette première exposition est accompagnée des récits de l’auteur et metteur en scène Hervé Guilloteau.  Il s’agit de fictions sociales qui constituent un ensemble sonore de quatorze podcasts réalisés par le musicien Federico Pellegrini. Les photos sont accrochées le long des quais entre la gare maritime et la Little Atlantique Brewery. Leurs légendes sont à découvrir sur les bateaux des lignes Navibus 1 et 2. 

En scannant les flash codes situés aux embarcadères et sur les Navibus, les passagers pourront écouter les podcasts. Ou encore directement sur le site internet de la rue de la grue noire. https://nantesennoiretblanc.org/podcasts/ 

Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

La Fondazione MAST présente la Collection MAST – Un Alphabet Visuel de l’Industrie, du Travail et de la Technologie ; la première exposition d’œuvres sélectionnées dans la collection de la Fondation montrant plus de 500 œuvres, dont des photographies, des albums et des vidéos de 200 grands photographes italiens et internationaux, ainsi que des artistes anonymes, organisée par Urs Stahel. L’exposition, qui puise dans la collection de plus de 6 000 images de la Fondation MAST, agit comme un témoignage visuel de l’histoire du monde de l’industrie et du travail.

Compte tenu de sa complexité, l’exposition est divisée en 53 chapitres consacrés aux nombreux concepts illustrés dans les œuvres présentées. L’exposition prend la forme d’un alphabet qui se déploie sur les murs des trois espaces d’exposition (PhotoGallery, Foyer et Niveau 0 de la Fondazione MAST), elle met en lumière un système conceptuel qui va de A pour Abandoned et Architecture à W pour Waste, Water, Wealth (déchets, eau, richesse).

Continuer la lecture de Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE