Archives par mot-clé : travail

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles).

C’est quoi le travail ? Oui, toujours la même question depuis 20 ans, depuis la première édition du festival en 1998. Mais des réponses, nombreuses, en constante évolution. Cette année, le festival Regards sur le Travail continue son enquête avec 11 films, des rencontres, une Master Class, du merveilleux… Au programme :

 

Prendre soin avec De Chaque Instant, de Nicolas Philibert (avant première belge) qui pose son regard sur le parcours intense et difficile que représente la formation d’infirmier.e. En présence du réalisateur.

Regards de femmes sur le monde du travail avec une séance de courts-métrages réalisés par des femmes cinéastes et abordant de manière directe ou en toile de fond la question du travail.En présence des réalisatrices.

Des lendemains aux filières agroalimentaires industrielles avec Nul homme n’est une île, de Dominique Marchais (avant première belge, en présence du réalisateur) et une table ronde sur les circuits courts.

La mémoire des luttes sociales avec Rien de nous est donné, de Benjamin Durand, l’adaptation animée de la BD éponyme d’Etienne Davodeau Un homme est mort, et une table ronde sur la Mémoire des conflits sociaux.

Regards sur le Travail, c’est aussi :
Une Master Class exceptionnelle de la réalisatrice belge Sophie Bruneau,

Une exposition sous forme de carte blanche au festival d’art engagé Résonances,
Des événements en partenariat avec la saison18/19 de PointCulture consacrée au Travail,
Une séance de pitching de projets documentaires et un.e auteur.e lauréat.e d’une bourse d’aide à l’écriture,
Et du merveilleux ! Avec le film Peau d’âme, de Pierre Oscar Levy, qui revient sur les traces du tournage de Peau d’âne, de Jacques Demy.

CONTACT – Une programmation préparée par l’asbl Le P’tit Ciné – Regards sur les docs :
Programmation : Pauline David
Communication : Laure Bioulès
contact@leptitcine.be
+32 (0)2 538 17 57 / +32 (0)493 56 69 07
http://www.leptitcine.be
http://www.regardssurletravail.be

Continuer la lecture de Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles).

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Journée d’étude « Penser les convivialités au travail », le 4 décembre 2015 à Roubaix (archives)

Journée d’étude Penser les convivialités au travail, le 4 décembre 2015, de 9h à 17h, salle Jean Favier.

version_finale entrée libre-1

Le constat des phénomènes de convivialité au travail n’est pas à proprement parler nouveau : les historiens, les ethnologues, les sociologues et les ergonomes le signalent dans leurs travaux. Cependant à ce jour on ne dispose pas sur ce sujet d’une réflexion de synthèse.

Continuer la lecture de Journée d’étude « Penser les convivialités au travail », le 4 décembre 2015 à Roubaix (archives)

SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Sélectionné dans le cadre de la compétition internationale de courts-métrages lors de la 37ème édition du festival Cinéma du Réel à Beaubourg, « San Siro », de Yuri Ancarani, nous projette au cœur du grand stade milanais.

1C’est une étonnante immersion dans l’un des principaux temples du football où s’opère ce rite moderne, avec ses prêtres, ses afficionados et ses dieux vivants. Pourtant, dans ce court métrage, Youri Ancarani ne s’intéresse guère aux pratiques sportives, ni même aux footballeurs millionnaires et au spectacle qu’ils offrent. Ce que montre le cinéaste italien, c’est ce qui précède l’événement, les coulisses du spectacle, ce qui est indispensable au déroulement du match : des kilomètres de câbles, des hectares de parkings, des centaines de marches, des milliers de supporters et surtout des dizaines de travailleurs avec chacun ses tâches, sa fonction, son savoir faire…  Continuer la lecture de SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Quatre films de fiction récents, présentés en avant première au festival international du film de La Rochelle illustrent bien cette tendance. Abordant des questions a priori éloignées (La maladie, le décès d’un proche, la passion, les relations filiales, le choix du conjoint), ces films font du travail, plus qu’un contexte ou une toile de fond, un élément essentiel orientant les destins individuels et les relations sociales.

 Mia madre de Nanni Moretti (Italie/France, Fiction, 2015, 1h42, en sélection officielle au festival de Cannes) est d’abord un drame familial vécu par une quinquagénaire active qui voit à la fois sa mère s’éteindre à l’hôpital, sa fille en crise d’adolescence et des remous dans sa vie sentimentale. Mais ces tumultes d’ordre privé cachent mal l’importance et l’omniprésence du travail : ainsi Margherita, personnage principal du film, artiste engagée et réalisatrice d’un film sur une lutte sociale dans une grande entreprise industrielle, apparaît bien souvent au bord du burn out, stressée par les caprices de la vedette américaine de son film ou culpabilisée par un frère qui sait prendre des distances avec son travail.

1 Continuer la lecture de Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Appel à articles et à contributions, Sociologies pratiques, n°33 (archives)

Sociologies pratiques, n°33
Coordinatrice scientifique : Emmanuelle Savignac
Coordinateur éditorial : Frédéric Rey

Appel à articles et à contributions

Mises en scènes, en mots et en images de l’entreprise et du travail
Représentations et contre-représentations du monde du travail

Cet appel à articles s’adresse aux professionnels, intervenants, artistes qui mobilisent la sociologie pour leurs travaux tout autant qu’aux chercheurs académiques et universitaires. Les représentations font débat dans l’espace social soit par le caractère d’innovation de ce qu’elles véhiculent (la psychanalyse, la génétique…), soit par leur caractère polémique (l’armée, le nucléaire, le féminisme, la GPA…) soit encore par leur importance pour tout un chacun dans sa vie quotidienne. C’est le cas du travail et des lieux qui l’organisent. Ces représentations que l’on dit sociales, circulant d’interactions interpersonnelles en médias et en institutions, donneraient à voir les termes dans lesquels s’énoncent ces débats sur ces questions complexes. Ces termes étant pluriels, parfois même en opposition, ils esquissent des territoires symboliques rassemblant autour d’aspects contrastés les parties-prenantes aux débats. Ce que dessinent les représentations pourrait ainsi renvoyer à des populations rassemblées autour de définitions communes, de valeurs positives comme négatives de l’objet représenté.

Continuer la lecture de Appel à articles et à contributions, Sociologies pratiques, n°33 (archives)

RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

RETOUR SUR L’ÉDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

url

En attendant l’intégrale Visconti, les rétrospectives Louis Feuillade et Musidora, les hommages à Olivier Assayas, Marco Bellochio, Hou Hsiao-Hsen et à la famille Makhmalbaf à compter du 26 juin 2015, un dernier regard à l’édition 2014. Ou le travail du film au carrefour de la peinture et du cinéma par l’entremise de National Gallery de Frederick Wiseman (France, doc, 2014, 2h54).

Continuer la lecture de RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE