Archives par mot-clé : travail

Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma”

Pour le vingtième anniversaire toute l’équipe du festival a concocté un très riche et varié programme avec des journées thématiques, des rétrospectives par pays, de nombreux films rares et un bel ouvrage collectif qui accompagne celui réalisé pour les dix ans. En attendant les rencontres, voici le programme et un extrait de l’édito qui en esquisse le bilan.

Prog_20eme rencontre cine copie (glissé(e)s)

“Toutes nos projections avaient une dimension sociale et culturelle, avec la vocation d’ouvrir à la réflexion, de provoquer une émotion artistique et humaine, de nourrir les débats et les échanges avec les personnes invitées, venues de tous les horizons: militants, syndicalistes, universitaires, cinématographiques (devant ou derrière la caméra), et parfois tout à la fois ! Car notre appellation, si elle n’est pas protégée, est explicite (et personne ne s’y trompe) : « La classe ouvrière c’est pas du cinéma ! ». Comme le réalisateur Mehdi Fikri (AVANT QUE LES FLAMMES NE S’ÉTEIGNENT) nous pensons que :« Être touché par une histoire autre que la sienne, c’est ça le pouvoir politique du cinéma ». Depuis 20 ans, nous avons tenu le cap, accueillant (et sollicitant) les subventions mais nous refusant à la marchandisation de ces Rencontres, à un développement avec aide extérieure dont nous n’aurions pas été maîtres. Pas de prix décernés (c’est le prix de la liberté), pas de festival ostentatoire, mais des Rencontres annuelles (avec prolongations éventuelles dans l’année) à une semaine fixée durablement (la veille des vacances scolaires de février dans l’académie de Bordeaux!). Nous avons donc choisi et mené à bien depuis 20 ans un « développement durable » avec et grâce à votre fréquentation, avec le compagnonnage actif du Musée d’Aquitaine, de l’Institut Cervantès, des syndicats FSU et CGT, de l’IUT Hygiène Santé Environnement, et ô combien de l’équipe de l’UTOPIA, « J’ en passe et des meilleures »….! Après celui qui fêtait nos 10 ans, un ouvrage collectif paraît pour célébrer nos 20 ans d’existence. Parmi celles et ceux qui ont enrichi de leurs interventions nos rencontres, un bon nombre ont bien voulu contribuer librement à la richesse et à l’originalité de l’ouvrage. Vous avez notre programme, offrez donc et offrez- vous ce livre sans équivalent… Nous avons, avec la « constance d’un jardinier », uni nos forces pour nourrir nos projections de musique, de son, de paroles, d’images sans jamais oublier, avec l’aide de nos librairies partenaires (La Machine à Lire, Comptines, Krazy Kat) de vous proposer avec ténacité et régularité des ouvrages écrits ou dessinés pour vous appeler à prolonger les Rencontres comme à explorer d’autres sentiers parallèles. Car, rappelons-le avec le poète grec Yannis Ritsos (deux fois emprisonné sous les deux dictatures qu’il a connues) : « Une simple route ne conduit pas au futur » (Sur Une Corde- poèmes d’un seul vers : 157).”

VINCENT TACONET, pour toute l’équipe des Rencontres

 

Filmer le travail 2024, contrôle et surveillance

 

La 15e édition de Filmer le travail aura pour thématique le contrôle et la surveillance.  En voici le programme et la présentation détaillée de l’équipe du festival.

PROGRAMME – Filmer le travail 2024

” Entre développement des nouvelles technologies, obsessions sécuritaires et injonctions à la rentabilité, comment s’exercent le contrôle et la surveillance dans le monde du travail, et sur qui ? Quels métiers, quelles pratiques, quelles dérives ? Mais aussi quelles actions menées par des collectifs qui luttent contre les pratiques illégitimes du contrôle et mènent de précieuses enquêtes ? Surveillance des frontières, contrôle des corps, concentration des médias, politiques sécuritaires, violences policières, surveillance généralisée… autant de pistes que nous explorerons cette année en présence de nombreux invité.e.s !

Pour illustrer cette thématique, nous avons choisi le magnifique visuel de Urban Solutions, Grand Prix Filmer le travail 2023, réalisé par Arne Hector, Luciana Mazeto, Minze Tummescheit et Vinícius Lopes. Enveloppé de couleurs chaudes, un nid de guêpes s’installe sur une caméra de surveillance, comme un pied de nez du vivant face à la surveillance technologique. 

Cette année, quinze films ont été sélectionnés en compétition internationale. Une traversée 2024 qui nous entraîne aux quatre coins du monde, du port de Mumbai jusqu’au désert d’Atacama, des forêts portugaises aux chantiers de construction de République centrafricaine, en passant par la Colombie ou les Hauts-Plateaux boliviens. 

À travers ces films documentaires récents, c’est une mosaïque des enjeux contemporains qui se tisse. Les cinéastes s’intéressent à la surveillance des incendies et des galeries d’eaux souterraines, aux méthodes de pêche, aux luttes LGBTI, à la situation dramatique de la psychiatrie en France, à l’accompagnement de personnes en situation d’exil, mais aussi aux conditions de travail dans le textile, l’industrie minière ou nucléaire. 

Pour plus d’informations : https://filmerletravail.org/

De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

Continuer la lecture de De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.

La revue Ethnographique.org aborde le travail dans les institutions totales.

” Le numéro « Ethnographier les institutions totales » s’est fixé pour objectif de remettre sur le métier le concept d’institution totale, forgé par Erving Goffman dans les années 1950 aux États-Unis, et popularisé par son essai Asiles en 1968. Le concept, qui se caractérise à la fois par sa dimension descriptive et critique, a depuis été mobilisé par les sciences sociales pour étudier différentes institutions, qui elles-mêmes ont connu des évolutions diachroniques obligeant à interroger la pertinence de son usage pour les définir. Pourtant, concept labile, il reste un outil heuristique fécond au regard des phénomènes de détotalisation (Rostaing 2009) et/ou de désinstitutionnalisation (Castel 2011) des institutions considérées. C’est de cette vitalité, mais aussi de cette plasticité du concept dont le présent numéro rend compte, en présentant des analyses explorant différents terrains : la prison, le bloc opératoire, le monastère, l’hôpital psychiatrique, les communautés thérapeutiques pour usagers de drogues, les institutions de soin dédiées aux personnes diagnostiquées démentes et l’armée.”
mots-clés : institutions totales, armée, bloc opératoire, drogue, monastère, psychiatrie, prison, Goffman

Rue Erving Goffman

Dessin d’Evan Barnaud (2023)

Continuer la lecture de La revue Ethnographique.org aborde le travail dans les institutions totales.

Appel à articles de la revue “Perspectives” (archives)

La revue Perspective : actualité en histoire de l’art consacrera son n° 2025 – 1 à la question du travail dans ses relations avec l’histoire de l’art, entendue comme discipline scientifique et comme champ d’étude.
Ce que l’on appelle communément « travail » fait aujourd’hui l’objet de mutations rapides et de débats brûlants qui opposent, souvent de manière caricaturale, celles et ceux pour qui le travail est une valeur en soi (travailler ou fainéanter, telle serait l’alternative) à celles et ceux qui questionnent la qualité du travail : quel travail est utile à la société ? Les conditions dans lesquelles le travail s’exerce sont-elles acceptables ? Le travail est-il une forme de domination ? Aborder cette question du point de vue de l’histoire de l’art permet de la considérer à nouveaux frais et de l’approfondir.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est william_morris_a_dream_of_john_ball-small200.jpg.

Ce numéro se propose d’étudier les relations entre le travail et l’histoire de l’art selon quatre axes :
  1. Le débat sur l’art comme travail : comment l’histoire de l’art y a-t-elle participé, fait évoluer son vocabulaire, interagi avec les artistes, les critiques d’art, les philosophes qui y ont pris part ?
  2. L’art comme processus de production : quels courants de l’histoire de l’art ont porté leur attention sur la production de l’art plus que sur sa réception, avec quel appareillage théorique, méthodologique et idéologique ?
  3. L’iconographie du travail : quelles contributions l’histoire de l’art apporte-t-elle à la connaissance des réalités ou des représentations du travail à travers l’analyse des images ? Qu’emprunte-t-elle ou qu’apprend-elle aux autres sciences humaines qui étudient le travail ?
  4. L’histoire de l’art comme travail : quelles sont les conditions matérielles dans lesquelles l’histoire de l’art est produite ? Comment ces conditions varient-elles selon les situations individuelles, locales, historiques ?
En prenant soin d’ancrer la réflexion dans une perspective historiographique, méthodologique ou épistémologique, prière de faire parvenir vos propositions (un résumé de 2 000 à 3 000 signes, un titre provisoire, une courte bibliographie sur le sujet et une biographie de quelques lignes) à l’adresse de la rédaction (revue-perspective@inha.fr) au plus tard le 11 décembre 2023. Perspective prenant en charge les traductions, les projets seront examinés par le comité de rédaction quelle que soit la langue. Les auteurs ou autrices des propositions retenues seront informées de la décision du comité de rédaction enjanvier 2024, tandis que les articles seront à remettre pour le15 mai 2024. Les textes soumis (25 000 à 45 000 signes selon le projet envisagé) seront définitivement acceptés à l’issue d’un processus anonyme d’évaluation par les pairs.
 

Continuer la lecture de Appel à articles de la revue “Perspectives” (archives)

Travail des formes, formes du travail (archives)

En partenariat avec le LAAC et le FRAC Grand Large, en résonance avec la Triennale Art et Industrie 2023 – Dunkerque / Hauts-de-France

Cette rencontre interroge les chemins empruntés par l’art contemporain pour interroger le travail au sens large.

  • Introduction par Camille Richert, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ENSBA Lyon, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po, co-commissaire de la triennale Art et Industrie Chaleur humaine 
  • La création au cœur de l’activité de travail avec les artistes Donovan Le CoadouSarah Feuillas et Victor Villafagne
  • Habiter les espaces de travail avec les artistes Maxime BrygoCiel Grommen et Raphaële Jeune, curatrice indépendante et chercheuse en esthétique et théorie de l’art
  • Critique artiste et critique sociale du Travail avec les artistes Robert SchlichtRomana Schmalisch et Thierry Verbeke

Entrée libre sur inscription : 03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org
Formulaire d’inscription.

Continuer la lecture de Travail des formes, formes du travail (archives)

Appel à articles “Images, travail et handicap”

La revue Images du Travail, Travail des Images (ITTI) propose un appel à articles pour son numéro 19.

A partir des années 1960, l’évolution de la législation sur le travail des personnes handicapées s’inscrit dans un mouvement international d’émergence de leurs droits porté par les disability studies (Ravaud, 1999). Il remet en cause le modèle individuel et biomédical du handicap pour le redéfinir comme « modèle social » imputant la production du handicap à la société (ses structures, ses organisations) et non plus à la personne. Au niveau international, deux séries d’acteurs institutionnels ont joué un rôle décisif. D’une part, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) défend une approche biomédicale du handicap, mais fait entrer la dimension environnementale en révisant ses classifications, concédant ainsi une avancée vers le « modèle social ». D’autre part, l’ONU (Organisation des nations unies), puis le Conseil de l’Europe, relaient les revendications plus radicales des mouvements militants adossées au travail conceptuel des disability studies, qui promeuvent le « modèle social » (Ravaud & Fougeyrollas, 2005).

Continuer la lecture de Appel à articles “Images, travail et handicap”

“S’habiller pour l’école” : Une exposition qui aborde le travail des élèves. (archives)

MUNAÉ, Musée national de l’Éducation,

Exposition grand format du 10 juin 2023 au 31 mars 2024, aux 2e et 3e étages du centre d’expositions. Commissariat : Aude Le Guennec et Nicolas Coutant.

Chacun conserve dans sa mémoire d’écolier un souvenir en lien avec le vêtement, qu’il soit lié à une obligation scolaire, au vestiaire du cours de sport ou au souci d’être à la mode… Objet intime en contact avec le corps et témoin des premières tentatives d’affirmation de soi, le vêtement de l’enfant et de l’adolescent conserve souvent, chez l’élève devenu adulte, une forte charge affective.

Le rapport de l’école au vêtement

Résultat d’un long travail de recherche, l’exposition S’habiller pour l’école explore le rapport qu’entretient l’école avec le vêtement depuis les années 1880 jusqu’à nos jours, en s’intéressant à la tenue de l’élève comme à celle de l’enseignant ainsi qu’à la place tenue par le vêtement dans les enseignements. Si le propos concerne essentiellement l’école française, le projet adopte aussi une démarche comparative, notamment avec le Royaume-Uni, où la culture vestimentaire scolaire s’avère différente.

L’exposition elle-même se structure en trois parties :

–          Être écolier : les jeux de style, la place du vêtement entre l’école et la sphère domestique

–          L’école s’en mêle : la réglementation, la place du vêtement dans la définition des rôles

–          Regards sur l’école : le vêtement des enseignants, se voir élève

ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Suspendre le travail : images des manifestations

Numéro coordonné par Henri Eckert – henri.eckert@univ-poitiers.fr et Nicolas Hatzfeld – nicolas.hatzfeld@gmail.com

« Toute manifestation veut donner à entendre, à plus fort titre à voir ; pour “rendre manifeste”. Elle constitue donc, par essence, une image, aux degrés d’élaboration préalables et délibérés éminemment variables. Cette mise en scène des masses peut se doubler d’une mise en images, à laquelle les organisateurs aspirent mais qui est aussi bien susceptible de la prédéfinir, on le sait. » (Tartakowsky, 2001, 161)

Les manifestations dans l’espace public sont l’occasion, outre l’expression directe des mécontentements ou des revendications qui les ont suscitées, d’exprimer quelque chose de plus sur les conditions sociales d’existence des manifestants, au travail, dans la cité ou, plus généralement, dans leur vie quotidienne. À l’instar des Gilets jaunes qui, s’exprimant sur leurs tuniques ou des pancartes bricolées, donnaient à lire à tous, autres manifestants ou simples spectateurs en bordure de leurs défilés, leurs opinions, leurs pensées, leurs colères ou leurs espoirs en réaction à la situation économique qui leur était faite (Monchatre & Têtu, 2022). La prévalence de ces expressions individuelles sur le recours à des banderoles susceptibles de regrouper les manifestants constituerait-elle un trait caractéristique majeur de ces manifestations ? Toujours est-il que les Gilets jaunes mettaient ainsi, puissamment, l’accent sur leur droit à la parole et leur volonté d’être entendus, d’une part, et, d’autre part, témoignaient de manière éclatante d’un vif désir d’utiliser la manifestation pour s’exprimer, directement et sans médiation. Si ces modes d’intervention « ne sont pas réductibles à l’expression revendicative propre à la forme de la manifestation » (Ibid.), il convient de remarquer qu’ils n’ont pas commencé avec l’irruption des Gilets jaunes et encore moins cessé avec l’épuisement de leur mouvement. C’est d’abord sur ce phénomène social, qui s’est généralisé lors des manifestations relatives au travail, que cet appel à articles veut attirer l’attention, pour inviter à en saisir toutes les pratiques, des pancartes brandies à bout de bras aux banderoles et toutes autres manières d’expression graphique ou textuelle.

©Henri Eckert

Continuer la lecture de ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Dévoiler un handicap invisible (archives)

Handicap au travail : « J’ai préféré ne rien cacher, je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences »

Révéler ou taire son handicap invisible à l’entreprise est un cas de conscience pour nombre de personnes concernées. Témoignages.

Par Sophie Viguier-Vinson Publié dans LE MONDE du 23 mars 2023 à 13h00, modifié le 24 mars 2023 à 09h37

“Dans son magasin Grand Optical de Saint-Etienne, Stéphanie Muguet, 45 ans, conseille sa clientèle avec entrain. Personne ne soupçonnerait le synovialosarcome qui lui a coûté un muscle fessier en 2014, ni les récidives aux poumons limitant sa capacité respiratoire. Mais elle n’en a jamais fait mystère. « Après réflexion, j’ai préféré ne rien cacher dès le début. J’occupais un poste de directrice et je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences. »

Son choix s’inscrit dans la mouvance des coming out de grands patrons, comme tout récemment celui d’Arthur Sadoun, dirigeant de Publicis, communiquant sur son cancer de la gorge. Dans la foulée, au dernier sommet de Davos, la fondation du groupe a annoncé le lancement de la plate-forme Working With Cancer, invitant toutes les entreprises à rejoindre le mouvement afin de permettre aux collaborateurs concernés de ne pas craindre de stagner ou de perdre leur emploi.

Pour Stéphanie, la transparence a payé : « Ma direction m’a bien accompagnée. Comme je ne pouvais plus assumer pleinement le management, j’ai basculé sur un poste de simple opticienne, mais je ne le vis pas comme une rétrogradation. C’est moins stressant, j’ai bénéficié d’un fauteuil adapté ainsi que d’un espace de repos et je fais bien mon travail. J’ai même le temps de m’investir comme bénévole à la Ligue contre le cancer. »La réalité n’est pas toujours aussi enthousiasmante et rassurante sur le plan professionnel. Leila Abes (l’identité a été changée), 47 ans, s’est ainsi vue licenciée pour inaptitude alors qu’elle souffrait de grave dépression, à la suite d’un cancer du sein. « J’étais aide-soignante dans un grand groupe de soins picard au début de ma maladie, et mon employeur informé m’a bien soutenue. C’est en rejoignant un groupe concurrent que les choses se sont gâtées. Je n’ai pas évoqué mon cancer à l’embauche, on m’a postée en unité de soins palliatifs, très anxiogène, et j’ai développé une dépression. »

            © STÉFANIA INFANTE

Continuer la lecture de Dévoiler un handicap invisible (archives)

Un renouveau des images du travail d’enseignement.

Jean-Paul Géhin, GRESCO, Université de Poitiers

Il semble bien que les activités d’enseignement soient rarement mises en images sous forme de photographies, de films documentaires ou de fiction ou encore de romans graphiques ou bandes dessinées. Est-ce parce qu’il s’agit d’une activité intellectuelle sans gestuelle spectaculaire, sans savoir-faire photogénique ? Comme c’était le cas du traditionnel maître d’école caractérisé par toute une série de pratiques, matérialisées par autant d’objets (tableau, estrade, carte, image, tour de France…). Ou est-ce parce que nous avons eu tant le loisir de l’observer durant nos longues années de scolarité que le travail d’enseignement est devenu invisible.

Depuis peu des films, des bandes dessinées, des spectacles mettent en scène les activités d’enseignement avec des points de vue différents et renouvelés dans le fond comme la forme.

Continuer la lecture de Un renouveau des images du travail d’enseignement.

Des images du travail ?

Les idées reçues véhiculent des représentations plus ou moins partagées et mêlent vrai et faux.  Elles orientent nos conceptions et éclairent nos visions du monde. C’est le projet de la collections “Idées reçues” de la maison d’édition Le cavalier bleu.

Le dernier ouvrage collectif paru dans cette collection éveille notre attention : Idées reçues sur le travail emploi, activité, organisation. Dirigé par Marie-Anne Dujarier, il dresse un bilan éloquent de nos représentations collectives. Dommage qu’il n’intègre pas plus d’images matérielles.

Continuer la lecture de Des images du travail ?

De bien vieilles images du travail! (archives)

43e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur 2023

Acteurs techniques, acteurs sociaux : des vestiges matériels à l’organisation sociale du travail, de la Préhistoire à nos jours

Du 11 au 13 octobre 2023

Appel à communication

Parfois perçue, à l’époque du développement de l’économie politique, comme un facteur d’aliénation individuelle et de délitement du collectif en même temps que d’accroissement de la productivité (Smith 1776, Marx 1867) et, dans les sciences sociales naissantes, au contraire, comme un vecteur de cohésion et de solidarité (Durkheim 1893), la division du travail, fondée sur l’échange, est un phénomène éminemment social. La nature et le degré de spécialisation ainsi que les modalités d’organisation des activités techniques sont du reste à la base d’un certain nombre de catégorisations des sociétés opérées par les ethnologues et les archéologues : un système éco-technique définit alors un type de société ou un régime social. Au regard des historiens, la division du travail renvoie à des mécanismes de coopération ou de concurrence, de tradition ou d’innovation, dont la compréhension est essentielle pour saisir l’évolution des sociétés.

Assurément, la spécialisation des activités humaines – et des multiples tâches qui s’y rapportent – participe de l’organisation des sociétés, jusqu’à en être parfois un élément structurant. Plus ou moins marquée selon les cas, elle concerne toutes les cultures et implique des catégories sociales diverses, souvent multiples et emboîtées, dont certaines se rapportent au sexe, à l’âge ou au genre, tandis que d’autres renvoient à des classes ou castes particulières. La spécialisation technique peut en outre opérer à l’échelle intracommunautaire (organisation en groupes de spécialistes: métiers, corporations, guildes…) ou reposer sur des complémentarités et des échanges entre communautés spécialisées, voire entre sociétés différentes. Certaines formes de spécialisation portent enfin sur des domaines d’activités distincts (e.g. subsistance vs artisanat), tandis que d’autres ont pour cadre une même production dont la chaîne opératoire se voit alors segmentée en tâches assurées par des acteurs différents, spécialistes ou non-spécialistes.

L’organisation sociale du travail sera ici explorée à partir des vestiges matériels : par l’examen de différentes catégories d’objets (outils, produits finis, déchets de production…), des images et de divers types de sites archéologiques (habitats ou ateliers, unités domestiques ou de production, espaces funéraires…) à des échelles variées (de l’artefact au territoire). Pour les archéologues, en particulier pour les préhistoriens et protohistoriens, ces vestiges matériels, dont l’analyse relève de multiples approches pouvant mobiliser des méthodes très sophistiquées, constituent des témoins privilégiés – parfois les seuls – pour appréhender des activités et des acteurs techniques susceptibles de rendre compte de l’organisation des sociétés investiguées. Ils peuvent éclairer des pans entiers de cette organisation, y compris au sein de sociétés historiques dont le fonctionnement n’est pas toujours réglé par des normes explicites ou qui sont tout simplement peu ou pas documentées par l’écrit ; pour peu qu’elles soient finement interprétées, les traces matérielles peuvent révéler des gestes, des pratiques, un habitus qui renvoient au procès du travail.

L’objectif des 43e Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire sera de réfléchir, entre spécialistes de différentes disciplines, cultures et époques, à l’organisation sociale du travail au sein des groupes humains, en s’intéressant à l’articulation entre phénomènes techniques et arrangements sociaux, ainsi qu’aux protocoles et aux méthodes susceptibles d’en rendre compte.

 

 

Lire la suite : De bien vieilles images du travail! (archives)

 

Exposition photo de François Lucchesi. Un ouvrier photographe. (archives)

 

PHOTOGRAPHIES – TIRAGES ARGENTIQUES
“PORT PÉTROLIER DE FOS-SUR-MER”

L’exposition présente des tirages argentiques réalisés entre 1980 et 2004 sur le port pétrolier de Fos-sur-Mer. François Lucchesi a travaillé comme ouvrier sur le site pendant trente et un an et c’est avec discrétion qu’il a photographié ses collègues, l’ambiance, vues du site. Plus tard, sa rencontre avec Laurent Quessette et Michel Péronnet, l’actuel directeur du site aboutira à l’édition d’un livre présentant ses clichés “Ils brillaient de pétrole sous le soleil” aux éditions l’Harmattan avec les textes de Laurent Quessette. François Lucchesi vit à Saint-Mitre-les- Remparts et est le président du club photo “Marius” depuis 45 ans.

Exposition | Istres Hall 233

Infos Pratiques

Entrée libre

VISITES :

Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

Vernissage le mardi 21 férvier à 18h15

Visite commenté avec l’artiste le mardi 28 février à 17h sur résa au

04 13 59 50 83

La classe ouvrière c’est pas du cinéma à Bordeaux (archives)

L’équipe des rencontres cinématographiques « la classe ouvrière c’est pas du cinéma » a le plaisir de vous annoncer la 19ème édition des rencontres

du 31 janvier au 5 février 2023

Avec un programme de qualité et plein de films à voir ou à revoir

https://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=757&mode=cycle