Archives par mot-clé : travail

Une nouvelle revue qui s’intéresse au travail.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de la Revue Salariat:

« Salariat est une revue de sciences sociales, fondée à l’initiative de l’Institut Européen du Salariat. Cette revue pluridisciplinaire s’attache à l’étude du salariat entendu comme rapport social, mais aussi comme classe sociale et comme ensemble institutionnel. Elle a ainsi vocation à publier des travaux portant sur le travail, l’emploi, la protection sociale, le syndicalisme ou les groupes sociaux en lien avec la question salariale.

La revue publie des textes fondés sur des approches empiriques aussi bien que théoriques. Elle entend également participer au dialogue entre les sciences sociales et des acteurs et actrices non académiques.« 

L’équipe éditoriale de la revue Images du Travail, Travail des Images a noté avec beaucoup de satisfaction, son intérêt pour les images, notamment dans le cadre de la rubrique Arrêts sur images qui propose pour ce premier numéro un article s’intitulant : « Aux masques citoyennes ! Mélange des genres productifs en régime d’« exception » » rédigé par Fanny Gallot, Giulia Mensitieri, Eve Meuret-Campfort et Maud Simonet.

Cet article part d’une photo de l’étiquette d’un masque en tissu, prise pendant le premier confinement lié à la pandémie du Covid-19. Sur ce petit bout de tissu apparaissent plusieurs d’acteurs qui figurent rarement côte à côte : un hôpital public, une entreprise de textile et un collectif de bénévoles.

« La production de masques au cours du premier confinement du printemps 2020 a donc suscité le développement en quelques semaines d’un régime productif « d’exception » caractérisé par un brouillage des frontières entre secteurs (public, associatif, privé lucratif) et entre formes de travail (rémunéré, non-rémunéré, libre ou contraint) ». Ce mélange des genres inaugure-t-il une nouveau modèle productif?

Jean-Paul Géhin

/

Usimages, une biennale de la photographie de travail

Du 17 avril au 20 juin 2021 se déroule la 4ème édition d’Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel organisée par l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO), programmée et mise en œuvre par Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France. Ce printemps, 13 expositions gratuites présentées en plein air à Creil et dans les communes voisines, invitent les habitants à une déambulation photographique à travers le territoire. Cette biennale est l’occasion de mettre en valeur des photographies contemporaines comme historiques avec toujours un regard centré sur l’homme au travail. Deux jeunes photographes sont également en résidence dans des entreprises de l’agglomération. Leur travail sera exposé et permettra de valoriser l’industrie d’aujourd’hui ainsi que les hommes et les femmes qui contribuent à son développement sur l’ACSO.

Fil rouge de cette édition, la thématique « Santé et sécurité au travail » se décline à travers les photographies issues du fonds photographique de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), qui accompagne depuis 1947 les entreprises du régime général de la Sécurité sociale dans la prévention des risques au travail. Les photographies industrielles d’Émeric FEHER (1904-1966), conservées au Pôle images du Centre des monuments nationaux, révèlent une certaine approche commerciale des années 50 et 60 qui, par le passage du temps, en font des images historiques. Des archives du Musée McCORD, musée d’histoire sociale à Montréal, présentent les photographies des métiers de la métropole québécoise au début du 20ème siècle.

Il est également question d’u travail de bureau avec« Histoire de bureaux », exposition collective avec Julien BENARD, Émeric FEHER, Laurent GÉLISE, Yannick LABROUSSE et Lars TUNBJÖRK. Une série de photographies de bureaux réalisées en entreprises dans les années 70 est présentée, issue du Fonds Heurtier conservé au Musée de Bretagne.

La biennale est ouverte sur le monde et sur les conditions de travail. Ioana CÎRLIG, dans sa série « Post Industrial Stories / The Last Shift »dépeint la classe ouvrière roumaine à la dérive. Dans le cadre des partenariats internationaux, Kaunas Photo festival (Lituanie) présente le travail de Eugenijus BARZDŽIUS, le festival Photolux (Italie) celui de Mattia BALSAMINI.Dans cette période où l’organisation du travail est repensée, Cécile CUNY, Nathalie MOHADJER et Hortense SOICHET invitent à découvrir le travail des manutentionnaires de la logistique à travers l’exposition « On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique ». Toutes les expositions sont ouvertes au public gratuitement.

Continuer la lecture de Usimages, une biennale de la photographie de travail

BD et romans graphiques au travail

Dossier coordonné par Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot et Pierre Nocérino

Appel à contribution pour la revue Images du travail, travail des images

Bien culturel particulièrement apprécié, la bande dessinée conduit à interroger le travail de multiples façons.

Elle permet tout d’abord de mettre le travail en image : nombre de publications décrivent aujourd’hui diverses réalités sociales, parmi lesquelles de multiples pratiques professionnelles (Géhin, 2018-2019). Ce phénomène est accentué par l’émergence de la bande dessinée documentaire, appelée aussi « bande dessinée reportage » ou encore « bande dessinée du réel », soit un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner (Lesage, 2017). La bande dessinée documentaire connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 ou plus tard le succès des albums de Joe Sacco. Au point que certaines structures éditoriales se dédient à ce type de production : outre les collections créées au sein de multiples maisons d’édition, on peut citer les journaux La revue dessinée, The nib et Topo.

« Ethnographie embarquée dans le milieu de la bande dessinée » (extrait de la thèse de P. Nocérino).
Continuer la lecture de BD et romans graphiques au travail

L’apparence au travail au prisme des images

Finale nationale du concours des meilleurs apprentis de France : cuisine froide © David Desaleux.

Appel à propositions d’articles pour le n° 13 de la revue Images du travail, Travail des images (sortie prévue en septembre 2022)

Numéro coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret

Si les travaux en sciences humaines et sociales ne manquent pas sur les vêtements de travail et au travail, ils restent le plus souvent éclatés et ne font pas l’objet d’une réflexion en soi, en dehors de quelques publications somme toute récentes (notamment Francequin, 2008 ; Villelongue, 2011 ; Barbier et al, 2016 ; Rennes, Lemarchant et Bernard, 2019). Nous observons cependant un intérêt croissant pour la thématique qui dépasse la sphère universitaire et scientifique. En effet, trois expositions de l’automne 2020, l’une en Italie et les deux autres en France le démontrent, chacune s’emparant de la question de manière différente : la première a exposé des photographies montrant différents types de vêtements de travail portés dans des contextes et des secteurs professionnels variés, la deuxième s’est focalisée sur le bleu de travail et la troisième s’est attachée à présenter des « Vêtements Modèles » dont le bleu de travail[1]. Ainsi, le vêtement de/au travail est un objet à la mode quand il n’est de mode.

Continuer la lecture de L’apparence au travail au prisme des images

Le loup de wall street, LE TRAVAIL COMME MOTEUR D’ASCENSION SOCIALE OU DE DÉCADENCE ULtime? (archives)

Long-métrage de Martin Scorsese, États-Unis, 2013, 179 minutes.

 

Inspiré d’une histoire vraie, Le loup de Wall Street se centre sur l’ascension puis la chute du jeune courtier Jordan Belfort, interprété par Léonardo Di Caprio, dans le milieu de la finance des années 1990. Le film est construit comme un pic : les premières scènes nous montrent le héros au sommet de sa gloire, puis s’ensuit un long flashback dévoilant son ascension et enfin sa chute à la fois professionnelle et personnelle. Après avoir commencé sa carrière comme courtier junior à Wall Street et s’être initié aux pratiques excessives qui entourent la profession, Jordan est victime de la crise économique de 1987 et est contraint de tout recommencer à zéro. Il monte alors des arnaques financières en vendant des actions bas de gamme à de grands investisseurs, ce qui lui permet de s’enrichir vite, de mener un train de vie indécent et de rencontrer sa nouvelle épouse Naomi incarnant la réussite matérielle par sa beauté. Cependant, ce schéma ascendant est stoppé net, d’abord par ses difficultés dans sa vie conjugale, ainsi que par les poursuites du FBI qui lui reproche l’illégalité de ses pratiques, notamment de vendre ses propres actions en bourse. Jordan doit alors se résoudre à cacher ses revenus sur un compte en banque suisse, et après de multiples péripéties finit par être envoyé en prison. La chute est alors radicale, puisque sa femme divorce en réclamant la garde des enfants, et il perd une grande partie de sa fortune. Malgré toutes ces déconvenues, la fin du film nous le montre invariablement prospère, donnant des séminaires de motivation à travers le monde pour enseigner l’art de la vente.

Image 1 : Affiche du film

Le métier de courtier : une promesse de réussite et d’argent facile

Continuer la lecture de Le loup de wall street, LE TRAVAIL COMME MOTEUR D’ASCENSION SOCIALE OU DE DÉCADENCE ULtime? (archives)

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles) (archives)

C’est quoi le travail ? Oui, toujours la même question depuis 20 ans, depuis la première édition du festival en 1998. Mais des réponses, nombreuses, en constante évolution. Cette année, le festival Regards sur le Travail continue son enquête avec 11 films, des rencontres, une Master Class, du merveilleux… Au programme :

 

Prendre soin avec De Chaque Instant, de Nicolas Philibert (avant première belge) qui pose son regard sur le parcours intense et difficile que représente la formation d’infirmier.e. En présence du réalisateur.

Regards de femmes sur le monde du travail avec une séance de courts-métrages réalisés par des femmes cinéastes et abordant de manière directe ou en toile de fond la question du travail.En présence des réalisatrices.

Des lendemains aux filières agroalimentaires industrielles avec Nul homme n’est une île, de Dominique Marchais (avant première belge, en présence du réalisateur) et une table ronde sur les circuits courts.

La mémoire des luttes sociales avec Rien de nous est donné, de Benjamin Durand, l’adaptation animée de la BD éponyme d’Etienne Davodeau Un homme est mort, et une table ronde sur la Mémoire des conflits sociaux.

Regards sur le Travail, c’est aussi :
Une Master Class exceptionnelle de la réalisatrice belge Sophie Bruneau,

Une exposition sous forme de carte blanche au festival d’art engagé Résonances,
Des événements en partenariat avec la saison18/19 de PointCulture consacrée au Travail,
Une séance de pitching de projets documentaires et un.e auteur.e lauréat.e d’une bourse d’aide à l’écriture,
Et du merveilleux ! Avec le film Peau d’âme, de Pierre Oscar Levy, qui revient sur les traces du tournage de Peau d’âne, de Jacques Demy.

CONTACT – Une programmation préparée par l’asbl Le P’tit Ciné – Regards sur les docs :
Programmation : Pauline David
Communication : Laure Bioulès
contact@leptitcine.be
+32 (0)2 538 17 57 / +32 (0)493 56 69 07
http://www.leptitcine.be
http://www.regardssurletravail.be

Continuer la lecture de Le festival Regards sur le Travail fête ses 20 ans ! Rendez-vous du 2 au 7 octobre prochains, au cinéma Aventure et au cinéma Palace (Bruxelles) (archives)

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Journée d’étude « Penser les convivialités au travail », le 4 décembre 2015 à Roubaix (archives)

Journée d’étude Penser les convivialités au travail, le 4 décembre 2015, de 9h à 17h, salle Jean Favier.

version_finale entrée libre-1

Le constat des phénomènes de convivialité au travail n’est pas à proprement parler nouveau : les historiens, les ethnologues, les sociologues et les ergonomes le signalent dans leurs travaux. Cependant à ce jour on ne dispose pas sur ce sujet d’une réflexion de synthèse.

Continuer la lecture de Journée d’étude « Penser les convivialités au travail », le 4 décembre 2015 à Roubaix (archives)

SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Sélectionné dans le cadre de la compétition internationale de courts-métrages lors de la 37ème édition du festival Cinéma du Réel à Beaubourg, « San Siro », de Yuri Ancarani, nous projette au cœur du grand stade milanais.

1C’est une étonnante immersion dans l’un des principaux temples du football où s’opère ce rite moderne, avec ses prêtres, ses afficionados et ses dieux vivants. Pourtant, dans ce court métrage, Youri Ancarani ne s’intéresse guère aux pratiques sportives, ni même aux footballeurs millionnaires et au spectacle qu’ils offrent. Ce que montre le cinéaste italien, c’est ce qui précède l’événement, les coulisses du spectacle, ce qui est indispensable au déroulement du match : des kilomètres de câbles, des hectares de parkings, des centaines de marches, des milliers de supporters et surtout des dizaines de travailleurs avec chacun ses tâches, sa fonction, son savoir faire…  Continuer la lecture de SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Quatre films de fiction récents, présentés en avant première au festival international du film de La Rochelle illustrent bien cette tendance. Abordant des questions a priori éloignées (La maladie, le décès d’un proche, la passion, les relations filiales, le choix du conjoint), ces films font du travail, plus qu’un contexte ou une toile de fond, un élément essentiel orientant les destins individuels et les relations sociales.

 Mia madre de Nanni Moretti (Italie/France, Fiction, 2015, 1h42, en sélection officielle au festival de Cannes) est d’abord un drame familial vécu par une quinquagénaire active qui voit à la fois sa mère s’éteindre à l’hôpital, sa fille en crise d’adolescence et des remous dans sa vie sentimentale. Mais ces tumultes d’ordre privé cachent mal l’importance et l’omniprésence du travail : ainsi Margherita, personnage principal du film, artiste engagée et réalisatrice d’un film sur une lutte sociale dans une grande entreprise industrielle, apparaît bien souvent au bord du burn out, stressée par les caprices de la vedette américaine de son film ou culpabilisée par un frère qui sait prendre des distances avec son travail.

1 Continuer la lecture de Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Appel à articles et à contributions, Sociologies pratiques, n°33 (archives)

Sociologies pratiques, n°33
Coordinatrice scientifique : Emmanuelle Savignac
Coordinateur éditorial : Frédéric Rey

Appel à articles et à contributions

Mises en scènes, en mots et en images de l’entreprise et du travail
Représentations et contre-représentations du monde du travail

Cet appel à articles s’adresse aux professionnels, intervenants, artistes qui mobilisent la sociologie pour leurs travaux tout autant qu’aux chercheurs académiques et universitaires. Les représentations font débat dans l’espace social soit par le caractère d’innovation de ce qu’elles véhiculent (la psychanalyse, la génétique…), soit par leur caractère polémique (l’armée, le nucléaire, le féminisme, la GPA…) soit encore par leur importance pour tout un chacun dans sa vie quotidienne. C’est le cas du travail et des lieux qui l’organisent. Ces représentations que l’on dit sociales, circulant d’interactions interpersonnelles en médias et en institutions, donneraient à voir les termes dans lesquels s’énoncent ces débats sur ces questions complexes. Ces termes étant pluriels, parfois même en opposition, ils esquissent des territoires symboliques rassemblant autour d’aspects contrastés les parties-prenantes aux débats. Ce que dessinent les représentations pourrait ainsi renvoyer à des populations rassemblées autour de définitions communes, de valeurs positives comme négatives de l’objet représenté.

Continuer la lecture de Appel à articles et à contributions, Sociologies pratiques, n°33 (archives)

RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

RETOUR SUR L’ÉDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

url

En attendant l’intégrale Visconti, les rétrospectives Louis Feuillade et Musidora, les hommages à Olivier Assayas, Marco Bellochio, Hou Hsiao-Hsen et à la famille Makhmalbaf à compter du 26 juin 2015, un dernier regard à l’édition 2014. Ou le travail du film au carrefour de la peinture et du cinéma par l’entremise de National Gallery de Frederick Wiseman (France, doc, 2014, 2h54).

Continuer la lecture de RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE